Connect with us

faits divers

Un homme filmait les enfants et les ados nus sur la plage

Publié

le

 L’individu âgé de 55 ans consultait régulièrement des sites pédo-pornographiques…

L’individu avait déjà été condamné en 2014 pour des faits similaires. Un homme de 55 ans a été interpellé jeudi sur une plage naturiste de Vielle-Saint-Girons (Landes), en train de filmer à leur insu des enfants et des adolescents nus, rapporte ce lundi Sud Ouest.

Une caméra-stylo

L’homme utilisait une caméra-stylo pour tenter de se faire discret. Mais les maître-nageurs-sauveteurs onr repéré son manège.

Après avoir été remis aux gendarmes, il devait être présenté à un magistrat. Les investigations réalisées à son domicile ont permis de découvrir qu’il consultait régulièrement des sites pédo-pornographiques. Son ordinateur a été saisi

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

Gironde : Un ouvrier décède sur un chantier de construction près de Bordeaux

Publié

le

FAITS DIVERS Un ouvrier en menuiserie, âgé de 51 ans, a perdu la vie sur un chantier immobilier en cours au Bouscat, près de Bordeaux…

 

Ce mardi en fin de matinée, un ouvrier en menuiserie, âgé de 51 ans, est décédé sur le chantier de construction sur lequel il travaillait avenue de la Libération au Bouscat.

Selon les premiers éléments mais qui restent à confirmer, il aurait reçu une lourde charge au niveau de la tête. Les pompiers contactés à 10 h 49 et appuyés par le SMUR n’ont malheureusement rien pu faire, il serait mort sur le coup. La police a été chargée d’une enquête pour déterminer dans quelles circonstances l’accident a eu lieu et si toutes les obligations de sécurité étaient remplies.

Continuez la lecture

ECONOMIE

Bordeaux : Un banquier aurait volé 74.000 euros dans le distributeur de son agence

Publié

le

FAITS DIVERS Le chargé de clientèle âgé de 30 ans a été dénoncé par sa femme et sera jugé devant le tribunal correctionnel pour abus de confiance…

 

Un chargé de clientèle âgé de 30 ans sera jugé devant le tribunal correctionnel de Bordeaux ​pour abus de confiance. Il est soupçonné d’avoir détourné plus de 74.000 euros en quelques mois, relate Sud-Ouest.

En attente d’une promotion qui tardait à venir, ce père de famille avait quelques difficultés financières : des retards dans le paiement de ses loyers et de ses factures.

Dénoncé par son épouse

Pour se sortir d’affaire, il aurait eu l’idée de s’emparer d’une partie des billets déposés plusieurs fois par semaine dans le distributeur automatique de son agence par les convoyeurs de fonds. Il aurait commencé en 2017 avec de petites sommes et serait devenu de plus en plus gourmand. Il aurait caché ses vols en recourant à un jeu d’écriture informatique.

Sa femme, qu’il n’a pas mise au courant, l’a surpris au bout de quelques mois, comptant de grosses liasses de billets. Elle l’avait dénoncé à sa hiérarchie qui avait licencié le suspect et une enquête de police avait été lancée. Elle avait mis à jour 74.000 euros détournés en six mois, une somme minimisée par le suspect qui avait néanmoins reconnu les faits.

Continuez la lecture

Bordeaux

G7 à Biarritz: Une enveloppe de 350.000 euros débloquée pour les commerçants

Publié

le

SOMMET Une compensation pour les commerçants dont l’activité a été impactée par le G7, sous condition

 

Ce sera donc 350.000 euros. La secrétaire d’Etat à l’Economie et aux finances Agnès Pannier-Runacher a annoncé jeudi à Biarritz le déblocage d’une enveloppe de 350.000 euros pour indemniser les commerçants dont l’activité a été touchée par le sommet des chefs d’Etat.

« Nous voulons saluer les commerçants qui ne sont pas des agents publics, mais qui ont joué le jeu en restant ouverts pendant les quatre jours du sommet. Il est légitime de les indemniser », a déclaré Agnès Pannier-Runacher à la presse, devant l’hôtel Bellevue, l’un des lieux qui avaient accueilli les rencontres des chefs d’Etat.

Une enveloppe versée avant le 1er novembre

Agnès Pannier-Runacher a précisé que l’enveloppe, qui devrait être versée avant le 1er novembre, n’était « pas fermée. Elle est immédiatement disponible car l’enjeu, c’est d’aller vite ».

Les compensations, basées sur la marge brute, seront calculées sur les quatre jours où Biarritz a été fermée. Elles pourront aussi être élargies à « d’autres endroits qui ont pu être bloqués à proximité de Biarritz ».

L’enveloppe correspond « peu ou prou à l’argent que l’on a pu verser aux commerçants lors des travaux de Notre-Dame de Paris ou lors de l’expérience des gilets jaunes », a précisé la secrétaire d’Etat.

Une enveloppe soumise à conditions

Elle sera toutefois soumise à conditions. « Il n’y a aucune ambiguïté sur les commerçants qui ont été ouverts, mais il y en a aussi certains qui ont ouvert et qui se sont aperçus qu’ils ne pouvaient pas travailler. Pour ceux qui avaient pris leurs dispositions en amont et qui étaient fermés, il n’y aura en revanche pas d’indemnisation », a-t-elle expliqué.

La secrétaire d’Etat avait auparavant fait un tour dans quelques commerces de la ville, notamment ceux située dans la zone rouge, périmètre où la sécurité était maximale et où ne pouvaient rentrer que les personnes accréditées et les habitants.

« C’était la pire semaine pour faire ce sommet »

Patrick Darrigade, gérant de la Maison de la presse à deux pas du casino municipal, a assuré avoir « perdu 28.000 euros sur quatre jours. Avec une telle perte, en fin d’année, je suis déficitaire », a glissé le commerçant dont la boutique était située en zone rouge et qu’il avait dû fermer. « C’était la pire semaine pour faire ce sommet », a souligné Joëlle Vachet, gérante d’un magasin de vêtements, alors qu’un autre commerçant, Philippe Mc Gary, en face de l’Hôtel du Palais, a affirmé avoir « perdu 50 % de notre chiffre d’affaires ».

Agnès Pannier-Runacher a également rencontré des élus et des représentants de la Chambre de commerce et d’industrie. Cette dernière avait auparavant insisté sur la « nécessité » de cette mesure d’indemnisation, pas seulement pour les commerçants de Biarritz mais pour « l’ensemble de ceux du Pays basque »

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr