Connect with us

media

TV Notes 2019: «Koh-Lanta», «Pékin Express», «DALS»… Quelle sera la compétition de téléréalité de la saison?

Publié

le

A VOS VOTES Formats forts de la télévision, les compétitions de téléréalité rassemblent de nombreux téléspectateurs chaque semaine, prêts à défendre bec et ongle leur programme favori

 

Dans la catégorie « Compétition de téléréalité de la saison », TF1 laisse généralement des miettes aux autres chaînes. L’an dernier, The VoiceDanse avec les stars et Koh-Lanta avaient réuni à elles trois plus de 54 % des votes ; c’est le jeu d’aventure qui avait terminé à la première place des TV Notes 2018 de cette catégorie.

Une saison mitigée pour TF1

Cette saison, la donne sera peut-être différente, notamment avec l’arrivée de Camille Combal à la tête de Danse avec les stars. L’animateur venu de C8 a donné un second souffle au programme dont l’audience baissait d’année en année. Camille Combal a redressé la barre, et a profité d’un casting d’un meilleur niveau que les éditions précédentes. Des éléments qui pourraient faire de DALS la compétition de la saison.

Sur TF1, les marques fortes de la chaîne ont perdu de leur splendeur au fil des ans. The Voice, par exemple, a réalisé la plus mauvaise saison de son histoire en terme d’audiences. La machine semble donc rouillée, tout comme Koh-Lanta qui a égaré des centaines de milliers de téléspectateurs en quelques saisons. Toutefois, ces deux émissions sont bien ancrées dans le cœur des Français, et cela suffira peut-être pour que l’une d’entre elles reparte encore avec le trophée.

L’arrivée de Pékin Express pourrait tout faire basculer

Un programme de TF1 a donc toutes les chances de remporter cette catégorie cette année encore… à moins que le retour d’un programme très populaire sur une autre chaîne conjure le sort ! L’été dernier, M6 a relancé Pékin Express sur son antenne après quatre ans d’absence, une émission très appréciée du public. Les téléspectateurs étaient au rendez-vous il y a un an : 2,8 millions de personnes en moyenne ont regardé la onzième saison du jeu présentée par Stéphane Rotenberg.

Sont également nommées dans la catégorie « Compétition de téléréalité de la saison » : Prodiges (France 2), La Carte aux trésors (France 3), La France a un Incroyable Talent (M6), Le Meilleur pâtissier (M6), Top Chef (M6), et The Mud Day, la course dans la boue (L’Équipe).

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

Défilé du 14 juillet: Macron, sifflé, passe en revue les troupes sur les Champs-Elysées

Publié

le

CEREMONIE Le président a ouvert les festivités à bord d’un « command car » avant le défilé militaire du 14 juillet

 

Le président Emmanuel Macron a ouvert dimanche les festivités du 14 juillet en descendant les Champs-Elysées à bord d’un «command car» avant le début du traditionnel défilé militaire, placé cette année sous le signe de la coopération militaire européenne.

Des sifflets de «gilets jaunes»

Des sifflets émanant de «gilets jaunes» ont été entendus sur le passage du chef de l’État, dont c’est le troisième défilé depuis son élection en mai 2017. La veille au soir, quelques dizaines de manifestants, dont certains portaient des «gilets jaunes», avaient fait entendre leur voix devant l’Hôtel de Brienne, où Emmanuel Macron prononçait un discours, en visant le ministre de la Transition écologique François de Rugy, épinglé par Mediapart pour des dîners fastueux lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale.

Des dirigeants européens réunis

Après avoir entamé vers 10h la revue des troupes sur la célèbre avenue parisienne aux côtés de son chef d’état-major, le président a rejoint la tribune présidentielle place de la Concorde, où l’attendaient plusieurs dirigeants européens, dont Angela Merkel, ainsi que son épouse Brigitte Macron, ainsi que les membres du gouvernement dont François de Rugy.

Un homme volant sur les Champs

Le champion du monde de jet-ski français Franky Zapata a offert un époustouflant spectacle futuriste dimanche au traditionnel défilé du 14 juillet à Paris en volant debout, fusil en main, à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol sur son «Flyboard», un engin de son invention, au-dessus des Champs-Elysées.

Cette plateforme volante propulsée par cinq réacteurs à jet d’air, «va permettre de tester différentes utilisations, par exemple une plateforme logistique volante ou bien une plateforme d’assaut» pour les militaires, avait commenté plus tôt la ministre des Armées Florence Parly sur France Inter.

Continuez la lecture

media

Affaires Rugy: Le ministre, qui a rencontré le déontologue de l’Assemblée, espère que tout sera terminé fin juillet

Publié

le

HOMARGATE Dans une interview au JDD, le ministre de la Transition écologique et solidaire a dit avoir rencontré la déontologue de l’Assemblée nationale pour justifier ses dépenses

 

François de Rugy, le ministre de la Transition écologique et solidaire, est dans l’œil du cyclone et espèce que c’est bientôt terminé. Dans une interview donnée au Journal du dimanche, l’ancien député écologiste affirme avoir vu la déontologue de l’Assemblée nationale pour justifier de ses dépenses lors de son passage à la tête de la Chambre basse.

Le ministre se retrouve au cœur de plusieurs polémiques depuis le début de la semaine au sujet de dépenses jugées somptuaires alors qu’il était président de l’Assemblée nationale, puis au ministère, depuis l’automne dernier. Les révélations, de Mediapart et d’autres médias, se sont succédé cette semaine. François de Rugy a réussi à sauver son poste au gouvernement en promettant de justifier chaque euro dépensé et en s’engageant à rembourser en cas de problème.

« Édouard Philippe souhaitait qu’il puisse y avoir une forme de process, un regard extérieur… », a expliqué François de Rugy dans les colonnes du Journal du Dimanche, expliquant son entretien avec le déontologue de l’Assemblée. Le ministre espère donc que ces démarches seront terminées avant la fin du mois. « Personne n’a envie de laisser traîner ça. »

Continuez la lecture

Bordeaux

Le groupe de presse «Sud Ouest» annonce la suppression de 132 postes via des départs volontaires

Publié

le

MEDIAS Le groupe Sud Ouest a annoncé mercredi un plan de départs volontaires portant sur 132 postes, dont 18 journalistes

 

« Mettre plus de force sur le numérique ». C’est l’objectif du groupe Sud Ouest, éditeur duquotidien régional éponyme et de quatre autres quotidiens payants, qui a annoncé mercredi un plan de départs volontaires portant sur 132 postes. Dévoilé lors d’un Comité social et économique (CSE) exceptionnel, il concerne 18 postes de journalistes et prévoit la fermeture de l’agence locale d’Angoulême du quotidien sans remettre en cause l’existence de son édition charentaise.

Patrick Venries, le président du directoire du GSO justifie cette réduction de la masse salariale par le fait que les activités « liées uniquement au papier [la fabrication, l’impression et la distribution du journal] doivent trouver un équilibre économique qui n’est pas atteint aujourd’hui ».

Départs effectifs à l’été 2020

« La raison de ce plan stratégique [2019/2023], c’est que, à l’échéance de 18 mois, si nous ne faisons pas des économies de masse salariale, nous ne passerons pas l’année 2021 », souligne Patrick Venries qui voudrait démarrer les négociations du plan en septembre pour que les suppressions de postes soient effectives à l’été 2020.

La CGT n’a pas encore réagi à cette annonce. « Dix-huit postes de journaliste supprimés, c’est beaucoup », relève de son côté Catherine Methon, déléguée SNJ (majoritaire) du collège journalistes. La syndicaliste veut, parallèlement au plan, se battre pour la « déprécarisation de la rédaction » qui compte 70 CDD.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr