Connect with us

Transport

Strasbourg: On peut désormais se garer sur les places de livraison

Publié

le

STATIONNEMENT Depuis lundi après-midi, les places de livraisons de l’ellipse insulaire de Strasbourg pourront être occupées par les automobilistes, sous réserve de payer leur stationnement

 

« C’est une nouveauté à Strasbourg, des places de stationnement à « géométrie variable » sont expérimentées dans l’ellipse insulaire de la ville », s’est félicité lundi le maire, Roland Ries. Une annonce présentée rue du Vieux-Marché-aux-Poissons comme un événement de première importance. Avec invitation faite à la presse et à la direction de l’association des commerçants Les Vitrines de Strasbourg. Le tout avec micro portatif et dévoilement d’une plaque… de signalisation. Depuis ce lundi après-midi, en effet, toutes les places de livraison de l’hypercentre (uniquement) sont ouvertes au stationnement payant de 11h30 à 19h.

86 places de stationnement supplémentaires

Au total, cela représente 86 places, soit 1/10 des places de stationnement de l’ellipse insulaire. « C’est loin d’être négligeable, s’est défendu le maire. Je me demande même pourquoi on n’y a pas songé avant. » Une disposition rendue possible avec le changement, depuis 1er septembre 2018, des règles d’accès au centre-ville pour les livraisons, a indiqué l’élu Jean-Baptiste Gernet. Une annonce qui a suscité les applaudissements de passants, et même l’arrêt d’un taxi, lequel a félicité le maire. Avec le soleil, les sourires se lisaient sur les visages. Le responsable de l’association des commerçants, Pierre Bardet, s’est ainsi réjoui de « cette très très bonne nouvelle », sans oublier toutefois de rappeler au maire la promesse d’un parking en ouvrage, « cette Arlésienne ».

Les places de livraisons sont en stationnement payant dès 11h30 dans l'hypercentre de Strasbourg. Le 8 juillet 2019.
Les places de livraisons sont en stationnement payant dès 11h30 dans l’hypercentre de Strasbourg. Le 8 juillet 2019. – G. Varela / 20 Minutes

Est-ce de l’argent supplémentaire pour compenser la baisse des revenus des forfaits post-stationnement (FPS) ? « Pas du tout, a répondu le maire. S’il y a une baisse des rentrées, c’est parce que les gens paient leur stationnement, sont en règles. Il en sera de même sur ces places, c’est juste une offre supplémentaire. » Ce système sera expérimenté pendant six mois et il est réversible. Une optimisation de l’espace qui est aussi, « un peu, une forme de compensation, pour rééquilibrer les choses, a concédé le maire. On nous a assez reproché d’avoir mis trop d’arceaux à vélo. »

« C’est tellement hypocrite, a confié à 20 Minutes l’élu d’opposition Thierry Roos. Pourquoi avoir supprimé autant de places de stationnement en voirie, en mettant des arceaux à vélo sur les places de stationnement, pour en proposer quelques-unes sur les places de livraison, utiles aux commerçants et aux professionnels ? Ce manque de places est rédhibitoire pour les périurbains, insiste Thierry Roos. Les artisans ne veulent plus venir, ceux qui nourrissent la ville n’ont pas de tarif préférentiel. A force de rendre quotidiennement la vie difficile aux concitoyens au lieu de les accompagner, les petits tracas s’accumulent et cela cause de grands maux ».

Nul doute, les questions de mobilités seront au cœur de la campagne de

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

securite

RER A: La fin tardive d’un chantier perturbe la circulation

Publié

le

TRANSPORTS Cet été, le tronçon entre Auber et Vincennes est interrompu chaque soir

 

Lundi matin compliqué pour les usagers du RER A. La circulation était perturbée à cause d’une « fin tardive » d’un chantier a annoncé la RATP sur le compte Twitter du RER. Conséquence, le tronçon entre Auber et Vincennes – fermé chaque soir pendant les travaux cet été – n’a pas pu rouvrir ce lundi matin.

RER A

@RER_A

[#TravauxEteRERA 🚧] Lundi 15 juillet, en raison d’une fin tardive de chantier, le trafic ne pourra reprendre à prise de service entre les gares d’Auber et Vincennes.
La reprise du trafic devrait se faire progressivement à partir de 8h30 sur l’ensemble du RER A.

12

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
109 personnes parlent à ce sujet

« La reprise du trafic s’est faite à partir de 8h sur l’ensemble du RER A », a précisé la RATP à 20 Minutes. Pour accompagner les Franciliens, plusieurs « itinéraires bis » sont proposés depuis Auber, Châtelet ou Gare de Lyon.

Contrairement aux années précédentes, seules des fermetures partielles touchent cet été ce RER, l’un des plus empruntés en région parisienne. Une fermeture totale du tronçon Auber-Vincennes doit toutefois intervenir entre le 10 et 18 août, et tous les week-ends à partir du 13 juillet. D’ici à 2021, 24 kilomètres de voies et 27 aiguillages auront été changés sur la ligne.

Continuez la lecture

Sports

VIDEO. Formule 1: Romain Grosjean se crashe (encore) tout seul… Et cette fois-ci, c’est dans la voie des stands

Publié

le

AUTOMOBILE Le Français a innové, bien malgré lui

 

On devrait lui remettre un trophée à force. Vendredi, à l’occasion de la première séance d’essais libres du Grand Prix de Grande-Bretagne, Romain Grosjean est parti en tête-à-queue et s’est crashé dans le virage de… la sortie des stands.

On ne sait pas trop ce qu’il s’est passé, mais le pilote français a réussi à arracher l’aileron avant de sa Haas. De retour sur le circuit peu de temps après, Grosjean est à nouveau parti à la faute, sans conséquence cette fois, pour terminer finalement avec le 19e (et avant-dernier) temps de la séance.

Vidéo intégrée

Formula 1

@F1

🙈 @RGrosjean #BritishGP 🇬🇧 #F1

1 205

63 personnes parlent à ce sujet
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Malheureux, le pilote français les accumule, en tout cas. Déjà en avril 2018 lors du Grand Prix d’Azerbaidjan, il était parti à la faute tout seul alors que les pilotes étaient coincés derrière la voiture de sécurité. Grosjean n’est non plus pas le seul à être parti dans le décor pendant cette séance. Norris, Russell, Albon y sont allés de leur tête-à-queue, tandis que Leclerc, Hamilton et Verstappen sont sortis de piste.

 

Continuez la lecture

Bordeaux

RECTIFICATIF: Non, le conducteur de train d’un convoi militaire n’a pas abandonné son chargement en gare de Libourne

Publié

le

FAKE OFF Contrairement à ce que « 20 Minutes », comme d’autres médias, a relayé, le conducteur d’un train de fret n’a pas abandonné son chargement, du matériel militaire destiné au défilé du 14 juillet

 

« On n’a aucun reproche à faire au conducteur, il a respecté toutes les procédures », assure à 20 Minutes Philippe Moritz, porte-parole du Fret-SNCF. Contrairement à ce que nous écrivions, comme d’autres médias, dans un précédent article en date du 7 juillet, un conducteur de train n’a pas abandonné son poste en gare de Libourne, laissant sans surveillance un convoi militaire.

C’est en réalité un retard de plusieurs heures pris dans le chargement de la cargaison, jeudi 4 juillet sur la commune de Vayres à côté de Libourne, qui a obligé le conducteur à signaler à sa hiérarchie le besoin d’un remplaçant pour terminer l’acheminement. Le train aurait dû partir en fin de matinée. « A 15 h il n’était toujours pas prêt et le conducteur, qui aurait dû finir sa journée de service vers 14 h, a appelé pour dire qu’il ne pourrait pas se rendre jusqu’à Hourcade puisque les procédures de sécurité à la SNCF imposent huit heures maximum sans coupure, précise le porte-parole fret SNCF. Même s’il ne roulait pas, sa journée avait bien débuté à 7 h puisqu’il devait attendre sur place le chargement. »

« Autorisé à quitter son poste »

Les services du fret ont demandé au conducteur d’acheminer le convoi jusqu’à Libourne où son remplaçant serait dépêché. Il y est arrivé vers 16 h, laissant son train sur une voie de service qu’on lui avait indiquée. « On l’avait autorisé à quitter son poste puisque la police ferroviaire arrivait quelques minutes plus tard », précise Philippe Moritz. Elle était chargée de surveiller le convoi transportant des appareils destinés au défilé du 14 juillet à Paris.

« Là où visiblement il y a eu un petit couac néanmoins, c’est que les agents de la gare de Libourne se sont étonnés de voir ce train-là, sans conducteur et ont appelé la gendarmerie de Bordeaux », ajoute-t-il. Pourtant, celle-ci avait été avisée par l’armée de la situation puisqu’on lui a demandé d’envoyer des agents pour relayer la police ferroviaire, qui n’avait pas vocation à rester sur place.

Il était prévu que le train passe la nuit de vendredi à samedi à Hourcade et reparte de Bordeaux pour Brétigny le lendemain. « Il n’y avait donc pas d’urgence pour que ce train arrive à Hourcade jeudi après-midi », tient aussi à préciser Philippe Moritz. Le train est reparti vers 20 h vers Brétigny, après l’obtention d’un créneau. Le convoi a été acheminé dans les temps et les appareils seront bien à Paris pour le défilé de la Fête nationale.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr