Connect with us

Transport

Strasbourg: On peut désormais se garer sur les places de livraison

Publié

le

STATIONNEMENT Depuis lundi après-midi, les places de livraisons de l’ellipse insulaire de Strasbourg pourront être occupées par les automobilistes, sous réserve de payer leur stationnement

 

« C’est une nouveauté à Strasbourg, des places de stationnement à « géométrie variable » sont expérimentées dans l’ellipse insulaire de la ville », s’est félicité lundi le maire, Roland Ries. Une annonce présentée rue du Vieux-Marché-aux-Poissons comme un événement de première importance. Avec invitation faite à la presse et à la direction de l’association des commerçants Les Vitrines de Strasbourg. Le tout avec micro portatif et dévoilement d’une plaque… de signalisation. Depuis ce lundi après-midi, en effet, toutes les places de livraison de l’hypercentre (uniquement) sont ouvertes au stationnement payant de 11h30 à 19h.

86 places de stationnement supplémentaires

Au total, cela représente 86 places, soit 1/10 des places de stationnement de l’ellipse insulaire. « C’est loin d’être négligeable, s’est défendu le maire. Je me demande même pourquoi on n’y a pas songé avant. » Une disposition rendue possible avec le changement, depuis 1er septembre 2018, des règles d’accès au centre-ville pour les livraisons, a indiqué l’élu Jean-Baptiste Gernet. Une annonce qui a suscité les applaudissements de passants, et même l’arrêt d’un taxi, lequel a félicité le maire. Avec le soleil, les sourires se lisaient sur les visages. Le responsable de l’association des commerçants, Pierre Bardet, s’est ainsi réjoui de « cette très très bonne nouvelle », sans oublier toutefois de rappeler au maire la promesse d’un parking en ouvrage, « cette Arlésienne ».

Les places de livraisons sont en stationnement payant dès 11h30 dans l'hypercentre de Strasbourg. Le 8 juillet 2019.
Les places de livraisons sont en stationnement payant dès 11h30 dans l’hypercentre de Strasbourg. Le 8 juillet 2019. – G. Varela / 20 Minutes

Est-ce de l’argent supplémentaire pour compenser la baisse des revenus des forfaits post-stationnement (FPS) ? « Pas du tout, a répondu le maire. S’il y a une baisse des rentrées, c’est parce que les gens paient leur stationnement, sont en règles. Il en sera de même sur ces places, c’est juste une offre supplémentaire. » Ce système sera expérimenté pendant six mois et il est réversible. Une optimisation de l’espace qui est aussi, « un peu, une forme de compensation, pour rééquilibrer les choses, a concédé le maire. On nous a assez reproché d’avoir mis trop d’arceaux à vélo. »

« C’est tellement hypocrite, a confié à 20 Minutes l’élu d’opposition Thierry Roos. Pourquoi avoir supprimé autant de places de stationnement en voirie, en mettant des arceaux à vélo sur les places de stationnement, pour en proposer quelques-unes sur les places de livraison, utiles aux commerçants et aux professionnels ? Ce manque de places est rédhibitoire pour les périurbains, insiste Thierry Roos. Les artisans ne veulent plus venir, ceux qui nourrissent la ville n’ont pas de tarif préférentiel. A force de rendre quotidiennement la vie difficile aux concitoyens au lieu de les accompagner, les petits tracas s’accumulent et cela cause de grands maux ».

Nul doute, les questions de mobilités seront au cœur de la campagne de

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

Bordeaux : L’hypothèse d’un métro rallie un nouveau supporter de poids

Publié

le

TRANSPORTS Christophe Duprat, vice-président LR de la métropole en charge des transports, a estimé que l’on arrivait « à un terme » au niveau du tramway à Bordeaux, et qu’il fallait envisager un métro d’ici à 2030

 

Il n’a peut-être jamais été envisagé aussi clairement qu’un métro puisse se faire un jour à Bordeaux. Ce mercredi, le vice-président de la métropole en charge des Transports, Christophe Duprat (LR), a décidé de prendre la parole pour défendre, assez ardemment, l’idée d’un métro à Bordeaux.

A l’issue de la conférence de presse de rentrée du réseau de transports TBM, il s’est en effet saisi du micro pour déclarer que Bordeaux Métropole devait « préparer l’avenir » pour « ne pas se laisser dépasser. » Reconnaissant que « plusieurs sections du tramway sont saturées », que « les infrastructures atteignent leurs limites », il a estimé qu’on arrivait « à un terme de ce qu’on peut faire avec le tramway. »

« Le pire serait de ne pas faire ce débat sur le métro »

S’il a rappelé que plusieurs solutions sont en train de se mettre en place, comme le RER métropolitain et le réseau de cars express, Christophe Duprat pense toutefois que ces solutions ne permettront pas de faire face à la situation d’ici à 2030. « Et en 2030 on sera face à un mur. Si on a rien fait auparavant, on sera dans les difficultés qu’on a connues en 1995 : un réseau à bout de souffle car on n’aura pas prévu les arrivées de population. Il y a un débat qui est ouvert, le pire serait de ne pas faire ce débat sur le métro. Il faut étudier, voir ce qui est possible techniquement, financièrement. Et à ceux qui sont contre, je demande : « on fait quoi à la place ? ». »

mibosredon@mibosredon

C.Duprat vice-président de @BxMetro annonce que « si on ne fait rien d’ici à 2030 on sera face à un mur. Notre réseau de transports sera à bout de souffle. Il faut que le débat sur le #métro ait lieu, il faut l’étudier, voir ce qu’il est possible de faire. » @MetroBordeaux

Voir l'image sur Twitter

10

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir les autres Tweets de mibosredon

L’élu a expliqué qu’il a longuement regardé l’étude commandée par le président de la métropole Patrick Bobet, et finalisée il y a quelques jours. « Il n’y a pas que des bêtises dedans. » Les élus débattront de cette étude en bureau, puis en conseil de Bordeaux Métropole en novembre. « Ce qui primera dans la décision, insiste Christophe Duprat, c’est de desservir correctement l’agglomération, et notamment les tronçons saturés, comme entre Stalingrad et Pellegrin, ou au niveau de la Porte de Bourgogne, de la gare ou du campus. On est à la limite. »

« On est au bout d’un système »

Le vice-président chargé des transports rappelle au passage que les élus ont voté une part modale consacrée aux transports de 15 % à l’horizon du plan climat. « Nous sommes à 12 % aujourd’hui. Et passer de 12 à 15 %, c’est lourd. » Et s’il reconnaît que l’investissement d’1,4 milliard d’euros préconisé pour une ligne de métro est « lourd » il rappelle aussi que « deux milliards d’euros avaient été investis pour le lancement du tramway en 1997. »

« Je pense que ne rien faire pour la partie centrale de l’agglomération serait une erreur (…) S’il y a un moment où on peut en discuter, c’est le moment des élections. » Il espère que le débat sera tranché avant les municipales de mars 2020.

Enfin, concernant le tracé, il attend des « études plus poussées ». « Moi, ce que je retiens de l’étude c’est la faisabilité technique. Le tramway, on l’a fait en trois phases. Rien ne nous empêche de faire un métro en plusieurs phases également. »

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux : Toutes les nouveautés du réseau de bus en cette rentrée, notamment en faveur du campus

Publié

le

TRANSPORTS Une ligne va permettre de relier la rive droite au campus universitaire, et une autre desservira toute la zone aéroportuaire sur le secteur de Mérignac, à partir du 4 novembre

 

Malgré les difficultés des six premiers mois de l’année (manifestations des « gilets jaunes » le samedi, incendie du parking des Salinières), le réseau de transports TBM « poursuit sa croissance » s’est félicité ce mercredi Hervé Lefèvre, directeur général de Keolis Bordeaux-Métropole. Il affiche en effet une croissance de 3,5 % au 31 août, avec 108 millions de voyages.

Un réseau qui continue de grandir et de s’adapter. En attendant l’inauguration de la ligne D du tram le 14 décembre, c’est le réseau de bus qui propose plusieurs nouveautés en cette rentrée. Deux nouvelles lignes, des Corol, vont notamment être mises en service le 4 novembre.

Permettre aux étudiants de la rive droite de rejoindre le campus

La première sera Bassens-Campus, qui passera par Cenon-gare, le pont Saint-Jean, la gare, et se terminera en plein cœur du campus à Talence, en reprenant une partie de l’itinéraire de la liane 10. « Elle va permettre aux étudiants de la rive droite de rejoindre sans correspondance le campus, d’avoir une meilleure fréquence entre la gare et le campus, dans l’objectif de gagner du temps », analyse Christophe Duprat, vice-président de la métropole en charge des transports. Elle sera effective du lundi au samedi de 6h à 20h30, avec un bus toutes les 20′, et toutes les 30′ le samedi.

Deuxième nouveauté, le Technobus. « C’était une demande qui avait été faite dans le cadre du prolongement du tram A vers l’aéroport (qui entrera en service en 2022), rappelle Christophe Duprat. Il partira de la cité de la Photonique à Pessac, desservira l’aéroport, l’aéroparc, Thalès et le terminus se fera au niveau de la station Edmond-Rostand au Haillan. » La particularité de cette ligne est qu’elle sera autorisée à rouler sur la rocade, sur la bande d’arrêt d’urgence. « On en parlait depuis bien longtemps, et après beaucoup de discussions, nous avons réussi à convaincre les services de l’Etat de nous autoriser à prendre la bande d’arrêt d’urgence entre les sorties 12 et 13, lorsque c’est nécessaire », souligne Christophe Duprat.

Un TBMNight pour desservir les quartiers qui vivent la nuit

Les noctambules ne seront pas en reste non plus. L’ancienne ligne 58 va désormais s’appeler la TBMNight, et fonctionnera, de nuit, entre Bassins à flot et Gradignan, en plein cœur du quartier universitaire, « pour desservir les quartiers qui fonctionnent plutôt la nuit (Victoire, Saint-Jean et base sous-marine). » Elle sera proposée les jeudis, vendredis et samedis soir, de 1h30 à 5h30 du matin, toutes les 30′, de septembre à début juillet.

Parallèlement, le réseau va opérer quelques adaptations. Ainsi, la liane 16 « ne fera plus son terminus à République, mais traversera la Garonne pour aller jusqu’à Bouliac », indique Christophe Duprat. « Il y a plusieurs raisons à cela, notamment d’offrir une nouvelle liaison rive droite-rive gauche, ce qui permettra d’alléger la ligne A du tram entre Stalingrad et République. »

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux : Un jeune de 19 ans se tue en scooter

Publié

le

FAITS DIVERS Un jeune de 19 qui circulait en scooter a eu un accident mortel ce jeudi matin, quai de la Douane à Bordeaux…

 

Un jeune Bordelais de 19 ans a perdu la vie en chutant de son scooter ce jeudi matin à hauteur du 36 quai Richelieu, dans le sens place de la Bourse – gare Saint-Jean. On ne sait pas encore dans quelles circonstances il est tombé de son engin mais aucun autre véhicule n’est impliqué, rapporte France 3 Nouvelle Aquitaine.

Les pompiers ont été contactés vers 5 h 30 mais sur place leurs gestes de secours ont été vains. La circulation a été interrompue pendant plusieurs heures par la police après cet accident.

La police vient de lancer un appel à témoins pour éclaircir les circonstances du drame. Si vous disposez d’informations, merci de contacter le commissariat au 05 57 85 71 66 aux heures ouvrables et 08 00 00 49 38 en dehors des heures ouvrables et le week-end.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr