Connect with us

media

SNCF: Pepy veut à nouveau des TGV à un seul niveau pour les lignes secondaires

Publié

le

TRANSPORTS «On ne peut pas mettre un TGV « jumbo » en milieu de journée et courir le risque de n’avoir que 70 personnes à bord, ce serait du gâchis d’argent public», a insisté le patron de la SCNF

Aménagement, agrandissement des surfaces commerciales de la gare Montparnasse.
Visite de l’avancement des opérations en présence de Guillaume Pépy (photo), pdg de la SNCF et de Patrick Ropert, directeur général de Gares et Connexions.

Le patron de la SNCF a indiqué ce samedi dans les colonnes du Parisien qu’il était prêt à acheter de nouveau des TGV à un seul niveau, pour les faire rouler en heure creuse ou sur des axes secondaires.

« Le TGV est un outil d’aménagement du territoire et il le restera », a assuré Guillaume Pepy à des lecteurs du quotidien. Or, a-t-il ajouté, « ce n’est pas de notre faute, (…) Alstom ne construit plus depuis 1993 que des TGV à deux étages. Donc on n’achète que des jumbos qui peuvent emporter entre 515 et 650 passagers. On ne peut pas mettre un TGV « jumbo » en milieu de journée et courir le risque de n’avoir que 70 personnes à bord, ce serait du gâchis d’argent public ».

Pour « une desserte plus fine du territoire »

« Il ne faut pas renoncer aux TGV à deux niveaux pour les lignes saturées, mais pour les lignes qui ne sont pas engorgées (…) je pense qu’il faut qu’on réfléchisse en France à la possibilité d’avoir non plus uniquement des TGV Jumbo de plus de 500 places, mais également des TGV de 300 places qui seraient moins chers à l’achat », a-t-il ajouté. « Aujourd’hui, seule la France a des TGV à deux niveaux. Ils ont permis de faire baisser les prix, mais si l’on veut une desserte plus fine du territoire, il nous faut des TGV de moins grande capacité », a insisté le patron de la SNCF.

« On a besoin d’A380 (des TGV de grande capacité, NDLR), c’est sûr », avait par ailleurs récemment expliqué Guillaume Pepy à l’AFP, reprenant une phrase de la ministre des Transports Elisabeth Borne qui avait dit en 2017 qu’on ne pouvait pas desservir Brive-la-Gaillarde (Corrèze) avec des Airbus très gros porteur A380.

« Mais si on fait par exemple du Lyon-Montpellier ou du Lyon-Strasbourg, est-ce qu’il ne faut pas réfléchir à avoir plusieurs modèles de TGV, et notamment un modèle qui ne soit pas un A380 ? », a-t-il ajouté.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Art

Toulouse: Sneakers, graffiti, librairie… L’art urbain prend ses quartiers à Saint-Cyprien

Publié

le

HORS LIGNE Un nouveau lieu dédié aux cultures urbaines et porté par des professionnels du street art ouvre ses portes ce jeudi soir à Toulouse dans le quartier Saint-Cyprien.

 

A quelques encablures du musée des Abattoirs, où le festival Rose Béton prendra ses quartiers en septembre, un nouveau lieu autour du street art ouvre ses portes ce jeudi soir à Saint-Cyprien.

Installé dans une ancienne supérette de 350 m2, «Hors Ligne» est à la fois une galerie d’art, une librairie, un sneaker corner où l’on trouve des baskets complètement folles et une cantine urbaine. Dans cet espace à part, « nous avons voulu créer un lieu de vie autour de l’art urbain », explique Loïc Mondé, un graffeur toulousain, cofondateur de ce lieu.

Alors que les cultures urbaines n’ont pas eu le droit de cité durant plusieurs années à Toulouse, les projets foisonnent désormais. Et leurs représentants pourront s’exprimer dans ce nouvel espace à travers des expositions tournantes et une fresque de 8 m sur 3 qui changera tous les mois.

Lieu éphémère

« Il existait déjà Cobalt, mais cela reste une salle dédiée à l’événementiel qui a accueilli 50.000 personnes lors de la dernière édition du festival Mister Freeze. Là, l’idée est d’avoir un lieu ouvert au public, l’accès à la galerie est libre et c’est en ville », poursuitLoïc Mondé.

A l’image des fresques que l’on croise sur les murs de la Ville rose, ce lieu installé sur les allées Etienne-Billières sera éphémère. Il fermera ses portes en mars 2020, pour peut-être se réinstaller ailleurs.

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux: La construction du vaste projet Quai des Caps aux Bassins à flot démarre enfin

Publié

le

URBANISME Ce projet mixte qui prendra place le long de la rue Lucien-Faure aux Bassins à Flot, accueillera notamment un nouveau complexe UGC de 13 salles

 

Il aura donc fallu sept ans, depuis l’appel d’offres du grand port maritime de Bordeaux,pour poser la première pierre du vaste projet urbanistique Quai des Caps, aux Bassins à Flot. « Ce projet voit enfin le jour », a soufflé ce mercredi Laurent Fayat, directeur général du groupe de BTP Fayat, qui mène cette opération en partenariat avec Pitch Promotion et l’investisseur Keys Asset Management. Un projet à environ 100 millions d’euros. La livraison des différents bâtiments devrait s’étaler entre le quatrième trimestre 2020 et le premier trimestre 2021.

Les différents recours contre le projet de cinéma multiplexe UGC de 13 salles ont évidemment fortement ralenti l’avancée du programme. Des recours aujourd’hui purgés, et « les actes ont été signés de manière définitive en décembre 2018 alors que la commercialisation des derniers lots se poursuit », assure Sylvain Piel, directeur régional de Pitch Promotion.

Entre-temps, il a fallu démolir, à compter de l’été 2018, tous les vieux hangars qui abritaient encore des activités nautiques, toutes relocalisées de l’autre côté des bassins, dans des hangars neufs.

10.000 m2 de commerces

Quai des Caps s’étalera sur 600 mètres, le long de la rue Lucien-Faure, en face de la base sous-marine. Outre le cinéma qui proposera 2.400 fauteuils, le programme se déploiera sur quatre îlots différents, et « prévoit en tout 10.000 m2 de commerces répartis sur les socles des îlots », annonce Frédéric Martel, directeur général de Fayat Immobilier. Deux nouvelles enseignes, la boulangerie Paul et la brasserie La Côte et l’Arête, viennent de rejoindre le projet.

Vidéo intégrée

mibosredon@mibosredon

Le projet Quai des Caps à #Bordeaux s’étalera sur 600 mètres le long de la rue Lucien Faure aux #Bassinsaflot #urbanisme

Voir les autres Tweets de mibosredon
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Un nom de cap a été donné à chacun des îlots. Ainsi, sur Cap Leeuwin on trouvera 5.500 m2 de bureaux, un hôtel B&B de 124 chambres, et une résidence hôtelière à vocation sociale, sur Cap Comorin un parking silo de 424 places qui sera exploité par Indigo, sur Cap Horn un ensemble tertiaire de 7.800 m2, le cinéma prenant place, lui, au sein du Cap de Bonne Espérance. Une opération de 49.000 m2 en tout.

L'îlot Cap Horn, au sein du projet urbanistique Quai des Caps à Bordeaux.
L’îlot Cap Horn, au sein du projet urbanistique Quai des Caps à Bordeaux. – Fayat Immobilier

Durée d’occupation temporaire du site

« Dans le cahier des charges était mentionnée l’ambition de créer un quartier mixte, c’est ce que nous allons faire en développant un véritable quartier aux multiples visages, ce qui montre notre capacité à créer de grands projets urbains », s’est félicité pour sa part Stéphane Dalliet, PDG de Pitch promotion.

Les différents partenaires, promoteurs et aménageurs, disposent d’une autorisation d’occupation temporaire (AOT) d’une durée de 59 ans sur le site.

 

Continuez la lecture

media

TV Notes 2019: «Koh-Lanta», «Pékin Express», «DALS»… Quelle sera la compétition de téléréalité de la saison?

Publié

le

A VOS VOTES Formats forts de la télévision, les compétitions de téléréalité rassemblent de nombreux téléspectateurs chaque semaine, prêts à défendre bec et ongle leur programme favori

 

Dans la catégorie « Compétition de téléréalité de la saison », TF1 laisse généralement des miettes aux autres chaînes. L’an dernier, The VoiceDanse avec les stars et Koh-Lanta avaient réuni à elles trois plus de 54 % des votes ; c’est le jeu d’aventure qui avait terminé à la première place des TV Notes 2018 de cette catégorie.

Une saison mitigée pour TF1

Cette saison, la donne sera peut-être différente, notamment avec l’arrivée de Camille Combal à la tête de Danse avec les stars. L’animateur venu de C8 a donné un second souffle au programme dont l’audience baissait d’année en année. Camille Combal a redressé la barre, et a profité d’un casting d’un meilleur niveau que les éditions précédentes. Des éléments qui pourraient faire de DALS la compétition de la saison.

Sur TF1, les marques fortes de la chaîne ont perdu de leur splendeur au fil des ans. The Voice, par exemple, a réalisé la plus mauvaise saison de son histoire en terme d’audiences. La machine semble donc rouillée, tout comme Koh-Lanta qui a égaré des centaines de milliers de téléspectateurs en quelques saisons. Toutefois, ces deux émissions sont bien ancrées dans le cœur des Français, et cela suffira peut-être pour que l’une d’entre elles reparte encore avec le trophée.

L’arrivée de Pékin Express pourrait tout faire basculer

Un programme de TF1 a donc toutes les chances de remporter cette catégorie cette année encore… à moins que le retour d’un programme très populaire sur une autre chaîne conjure le sort ! L’été dernier, M6 a relancé Pékin Express sur son antenne après quatre ans d’absence, une émission très appréciée du public. Les téléspectateurs étaient au rendez-vous il y a un an : 2,8 millions de personnes en moyenne ont regardé la onzième saison du jeu présentée par Stéphane Rotenberg.

Sont également nommées dans la catégorie « Compétition de téléréalité de la saison » : Prodiges (France 2), La Carte aux trésors (France 3), La France a un Incroyable Talent (M6), Le Meilleur pâtissier (M6), Top Chef (M6), et The Mud Day, la course dans la boue (L’Équipe).

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr