Connect with us

Sante

SANTE La pénurie de médecins urgentistes qui touche l’hôpital de Lens va obliger le service mobile d’urgence et de réanimation (Smur) à rester fermé certains jours et nuits

Publié

le

SANTE La pénurie de médecins urgentistes qui touche l’hôpital de Lens va obliger le service mobile d’urgence et de réanimation (Smur) à rester fermé certains jours et nuits

 

Grave pénurie de médecins urgentistes. Le service mobile d’urgence et de réanimation(Smur) de l’hôpital de Lens, dans le Pas-de-Calais fonctionnera de manière dégradée cet été et restera fermé certains jours ou nuits faute de médecins en nombre suffisant, a appris, mardi, l’AFP de sources concordantes.

Éprouvés depuis des mois par la saturation chronique du service, et le manque de moyens, 11 des 18 médecins urgentistes de l’hôpital de Lens ont présenté leur démission depuis l’hiver dernier et seront partis d’ici à la fin du mois d’août.

« Hémorragie de médecins »

« Pour faire face » à cette « hémorragie de médecins », le service des urgences et du Smur – qui fonctionne avec des équipes communes – « est contraint de se réorganiser », avec l’aide d’une « mission d’appui » désignée par l’Agence régionale de santé (ARS), a expliqué la direction dans un communiqué, transmis mardi à l’AFP.

Ainsi, afin de permettre aux urgences de fonctionner, l’une des deux équipes de Smur, celle de jour, a « cessé son activité temporairement à partir du 1er juillet ». La deuxième équipe de Smur, fonctionnant normalement 24 heures sur 24, « est toujours opérationnelle mais verra quelques plages non pourvues durant l’été », indique, dans ce texte, le docteur Alain-Eric Dubart, chef du pôle urgences au sein du groupement hospitalier (GHT) de l’Artois, qui comprend les hôpitaux de Lens, Béthune Beuvry, La Bassée et Hénin-Beaumont.

Une « dizaine » de trous dans les plannings

Les plannings d’été du Smur comptent actuellement une « dizaine » de trous : « trois nuits non couvertes dont deux samedis en juillet, et sept plages en août, dont cinq nuits de week-end », détaille Alain-Eric Dubart, assurant qu’une « solidarité intra-GHT (…) et une aide régionale » sont mises en place « afin de médicaliser ces plages vacantes ».

TOUT SAVOIR SUR LES URGENCES

« La situation est gravissime et dangereuse : cela veut dire que le premier service d’urgences du département n’aura pas du tout de Smur pendant dix jours cet été » et que « le reste du temps, nous n’aurons aucune soupape de sécurité en cas d’imprévu, comme l’absence d’un médecin », a déploré Patrice Ramillon, secrétaire adjoint de FO au centre hospitalier.

Situé à une quinzaine de kilomètres de l’hôpital de Béthune et à une vingtaine de celui d’Arras, l’hôpital de Lens couvre un bassin de vie comptant 350.000 habitants, et voit passer plus de 60.000 adultes par an aux urgences.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

Bordeaux : Douches mobiles, éoliennes urbaines, police de la circulation… : Les annonces de rentrée du maire

Publié

le

POLITIQUE Ce mardi Nicolas Florian, maire de Bordeaux depuis le 7 mars dernier, a donné sa première conférence de rentrée. Il a fait un tour d’horizon des dossiers locaux, émaillé de quelques annonces

 

©PHOTOPQR/LA PROVENCE/VALERIE VREL ; Marseille ; 16/08/2019 ; Les Urgences de l’Hôpital de La Timone sont en grève. Le personnel se plaint du manque de moyen criant du 2ème service d’urgences de France.
Illustrations Urgences en grève. (MaxPPP TagID: maxnewsworldfour898951.jpg) [Photo via MaxPPP]

C’est dans l’Echoppe, une maison de la parole créée par la Ville qui doit permettre aux citoyens bordelais de débattre et d’échanger, que Nicolas Florian​, maire de Bordeaux, a donné, ce mardi, sa première conférence de rentrée. Alors qu’elle se déroule traditionnellement à l’hôtel de ville, c’est une façon de marquer son envie de donner la parole aux habitants mais aussi de se démarquer, dans le style, de son incontournable prédécesseur Alain Juppé, parti au Conseil Constitutionnel.

Pendant plus d’une heure, il a égrainé les sujets locaux en se présentant comme « avant tout un maire du quotidien ». Il a martelé que la politique municipale avait un objectif prioritaire d’« équilibre », en particulier pour « mieux accompagner la croissance démographique de notre ville ». Voici les principaux points à retenir de son intervention.

  • L’expérimentation d’éoliennes urbaines

​« Je lancerai dans quelques jours une expérimentation autour des éoliennes urbaines, a annoncé l’élu. Il ne s’agit pas de planter des mâts de 30 mètres avec des pâles d’envergure de 10 mètres, mais d’expérimenter (…) des éoliennes urbaines horizontales qui s’intègrent dans le tissu urbain ». On ne connaît pas encore la fonction de ses éoliennes, qui seront à l’essai. Elles pourraient alimenter un bâtiment, un quartier ou redistribuer l’électricité dans le réseau.

  • Recours à une police de la circulation

Faisant le constat de grandes difficultés à circuler en ville, un des pendants négatifs de son attractivité, il annonce la mise en place d’une police de la circulation pour réguler et fluidifier le trafic. « Ponctuellement des agents de la police municipale se déploieront sur des points névralgiques bloquants », explique-t-il, soulignant que ce système « à l’ancienne » a fait ses preuves dans d’autres villes.

  • Lancement de douches mobiles

Il a évoqué le lancement d’une mission squats à l’échelle de la métropole bordelaise alors que de nombreuses expulsions ont eu lieu cet été sous l’autorité de la préfète Agnès Buccio. Une réunion collective des différents acteurs publics concernés par le sujet doit avoir lieu prochainement. Il a annoncé que de son côté, la ville de Bordeaux mettrait à la disposition de ce public précaire des douches mobiles.

Nicolas Florian@nflorian33

Nous ne pouvons pas accepter que des personnes vivent dans des conditions indignes dans la rue et dans des squats. Avec le respect du droit nous devons aussi apporter des réponses collectives et concrètes. La ville de #Bordeaux va mettre à disposition des douches mobiles.

27

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir les autres Tweets de Nicolas Florian
  • L’abandon du volet logements de la Jallère

Le maire a tranché sur le projet immobilier de la Jallère, contesté par le camp écologiste puisque le site abrite des zones humides. Tous les projets d’ordre économique (ressourcerie Ikos, ferme urbaine etc.) sont conservés mais la construction de 2.000 logements n’est plus envisagée. « Nous n’en avons pas besoin sur ce secteur », justifie le maire. Pour savoir ce que vont devenir les hectares d’abord dévolus au logement un débat sera lancé. Certains veulent y reconstituer une forêt urbaine, le maire a aussi avancé l’idée de lieux de vie ou de jardins partagés.

Nicolas Florian n’a pas voulu endosser officiellement son costume de candidat à la mairie en 2020, répétant seulement, au lendemain du Campus des territoires de LREM qu’« une élection municipale doit se détacher des contingences nationales ». Il ne sollicite aucune investiture de son parti Les Républicains pour cette échéance, misant sur sa filiation avec Alain Juppé et son bilan pour faire face au candidat LREM Thomas Cazenave.

Continuez la lecture

Police

Bordeaux : La reprise du trafic sur la ligne C du tram annoncée début octobre, plus tôt que prévu

Publié

le

MOBILITE Jean-Louis David, adjoint au maire chargé de la vie urbaine et de la proximité, annonce que les services de la Métropole ont avancé plus vite que prévu et que le trafic pourrait reprendre sur la ligne C du tramway dès le 1er octobre au lieu de début novembre

 

Depuis le 18 mai, date du violent incendie du parking souterrain des Salinières dans le centre-ville de Bordeaux, la ligne C du tramway ne fonctionne plus entre les Quinconces et la gare Saint-Jean. Des bus font la navette pour acheminer les voyageurs entre ces stations très fréquentées.

« Les services de la Métropole nous annoncent qu’une reprise sera possible dès le 1er octobre (au lieu de début novembre) c’est une bonne nouvelle, que confirmera en début de semaine prochaine le président de la Métropole (qui donnera sa conférence de rentrée) », explique Jean-Louis David, adjoint au maire chargé de la vie urbaine et de la proximité.

Des essais prévus

Début juin, les premiers véhicules calcinés ont été sortis du parking souterrain dont l’incendie avait donné beaucoup de fil à retordre aux pompiers. Ce vendredi quelques véhicules ont à nouveau été dégagés du parc de stationnement et il en reste à présent une cinquantaine, sur les 370 au total garés à cet endroit au moment du sinistre. Des travaux d’étaiement et d’évaluation de la solidité de la structure du parking, indispensables pour faire rouler en toute sécurité les rames de tram sur la dalle du parc de stationnement, sont en cours et ont progressé plus vite que prévu.

« Bien sûr, il faudra organiser des essais et obtenir un document certifiant la stabilité mais les services de la direction régionale de la mobilité estiment que ce sera faisable pour début octobre », précise Jean-Louis David. Pour l’élu, les difficultés rencontrées pendant cette interruption montrent bien la « vraie utilité de ce transport en commun ».

Continuez la lecture

AGRICULTURE

Creuse: Une serveuse du Mcdonald’s menacée de mort pour une erreur de commande

Publié

le

FAITS DIVERS Un homme d’une vingtaine d’années a été arrêté et placé en garde à vue, mardi, à Guéret après avoir menacé une employée du Macdonald’s de la ville après une erreur de commande

 

C’est une banale erreur de commande qui a mis dans tous ses états un client du Macdonald’s de Guéret dans la Creuse, convoqué le 4 décembre prochain devant le tribunal correctionnel. L’homme de 20 ans a été arrêté et placé en garde à vue, mardi, pour avoir menacé de mort l’employée qui aurait servi sa commande à un autre client.

Les premiers faits remontent au mercredi 7 août. Tout serait parti d’une commande effectuée par l’homme, et servie par erreur à quelqu’un d’autre. En guise de geste commercial, la serveuse a alors proposé à ce client de lui offrir un Sundae (petite glace à la vanille). Mais ce dernier s’est énervé et a réclamé un McFlurry (une glace plus grande).

Des menaces répétées

À la fin du service de la jeune femme, le client mécontent l’a suivie sur le parking, puis jusqu’à son domicile avant de la menacer de mort. « Il lui a dit « je vais te tuer » », a indiqué le commissariat de Guéret, confirmant une information de La Montagne. Craignant pour sa sécurité, la serveuse est alors retournée se réfugier sur son lieu de travail.

Quatre jours plus tard, le dimanche 11 août, l’homme s’est de nouveau présenté au domicile de la serveuse et a réitéré ses menaces. Le compagnon de l’employée du fast-food s’est interposé. C’est après ce deuxième épisode que la victime a porté plainte.

Le client menaçant, qui était connu de la police et de la justice pour des infractions routières mais pas pour des faits de violence, a « reconnu et assumé les faits » au cours de son audition, selon la source policière.

Cette semaine, un gérant de bar a été tué, dans la nuit de mardi à mercredi en Seine-Saint-Denis après avoir refusé de servir un client ivre, quelques jours après la mort d’un serveur d’un fast-food abattu dans ce même département pour avoir tardé à préparer un sandwich.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr