Connect with us

Bordeaux

Pont Simone-Veil à Bordeaux : « Nous sommes très sereins quant à la réponse de la cour d’appel »

Publié

le

INTERVIEW  a interrogé Patrick Bobet, le président de Bordeaux Métropole, après la décision du tribunal administratif de faire cesser en plein été le chantier du pont Simone-Veil

 

L’affaire du pont Simone-Veil pourrait finalement n’être qu’un soubresaut administratif. C’est en tout cas ce qu’espère fortement le président de la métropole de Bordeaux,Patrick Bobet.

Il y a quelques jours, on apprenait que le tribunal administratif de Bordeaux avait signifié le 15 juillet dernier à la métropole, son refus de valider l’accord conclu en mars dernier entre la collectivité et le groupement d’entreprises Razel-Bec (groupe Fayat), suite à un désaccord entre les deux parties sur la construction du pont. Un désaccord qui va engendrer presque trois ans de retard sur ce chantier, mais qui permettait, aux dires de la métropole, de sortir du conflit avec une solution amiable.

Mais le tribunal administratif a estimé que les termes de cet accord étaient trop avantageux pour le groupe de BTP. En refusant de le valider, il signifiait en même temps l’arrêt du chantier, ce qui fait désormais craindre un retard supplémentaire quant à la livraison du pont, déjà repoussée à 2023. Il reliera alors Bègles à Floirac.

« 20 Minutes » a interrogé le président de la métropole Patrick Bobet sur ce sujet ultrasensible.

Presque un mois après la décision du tribunal administratif, où en est le dossier du pont Simone-Veil ?

Nous avons fait appel, et la situation est entre les mains de la cour d’appel maintenant. Cette décision du tribunal administratif est tout de même très étonnante, on ne s’attendait pas du tout à cela. C’est à se demander si le mémoire que nous avons produit lors de l’audience a été lu. Ou il a été mal lu. C’est la question que l’on se pose en tout cas. Cela dit, je suis convaincu que l’appel nous sera favorable.

Pourquoi ?

C’est d’une évidence telle ! Pour vous donner un exemple, le tribunal nous reproche de ne pas avoir relancé de marché vis-à-vis de l’entreprise Baudin-Châteauneuf, (chargée de la construction du tablier métallique du pont). Sauf que ce tablier métallique était déjà réalisé aux deux-tiers. Imaginez que l’on annule tout : on relance des entreprises, en leur disant qu’il faut terminer ce tablier ? Ce n’est pas logique. La logique est que l’entreprise qui a commencé termine, au prix qui était prévu, en ajoutant les frais de gardiennage, puisque la livraison du pont étant repoussée, il va falloir stocker et faire garder les éléments de ce tablier. C’est ce que le juge n’a pas compris visiblement, mais on pourra l’expliquer sans difficulté. Nous sommes très sereins et très confiants quant à la réponse en appel.

Avec tout de même cette conséquence que la livraison du pont va être encore repoussée, sur un chantier qui accuse déjà presque trois ans de retard ?

Pas forcément. La décision du tribunal a été rendue en plein été, et j’espère vraiment que la cour d’appel va se prononcer dès le mois de septembre. J’ai écrit à la présidente, comme je l’avais fait pour le dossier du BHNS (projet de Bus à haut niveau de service entre Bordeaux et Saint-Aubin), pour lui demander d’activer la procédure, car là cela bloque tout le monde et il faut faire vite. J’espère que cette démarche qui avait fonctionné pour le BHNS, marchera aussi sur ce dossier. Si c’est le cas il n’y aura pas de souci.

Et si la cour d’appel confirme la décision prise en première instance ?

Alors nous aurons deux solutions : ou on passe outre – car je vous rappelle que c’est nous qui avions sollicité le tribunal administratif, et que nous n’y étions pas obligés – mais ce n’est pas ce que nous ferons. Nous voulons être transparents auprès des opérateurs qui n’ont pas été retenus, pour qu’ils ne pensent pas que l’on a fait notre cuisine avec Fayat dans notre coin.

Sinon, deuxième solution, annuler le marché avec Fayat, et relancer un nouvel appel d’offres. Nous n’aurons pas d’autre solution. Là, on perdrait quatre à six mois certainement. Mais ce n’est pas du tout la solution que nous imaginons.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

VIDEO. Bordeaux: Les joueurs de l’UBB vont directement à la bodega du stade pour fêter leur nouvelle victoire

Publié

le

RUGBY Ils sont coleaders du Top 14 avec Lyon après quatre journées

 

Ils l’avaient bien mérité ! Les joueurs de l’Union Bordeaux-Bègles ont fêté comme il se doit leur excellent début de saison avec quatre victoires en quatre matchs. Alors après la dernière contre le Stade Français (52-3), ils sont allés directement à la bodega du stade Chaban-Delmas sans passer par les vestiaires et la douche !

Au milieu des supporters, les joueurs de Christophe Urios ont pris une bonne bière tout ça en chantant et en dansant. Un moment de joie partagé par le club lors d’une story Instagram mais aussi par des nombreux joueurs présents sur place.

Clement Carpentier@clementcarpet

🏉Christophe Urios qui envoie ou en tout cas laisse ses joueurs filer à la bodega pour boire une bonne bière 🍻 (ou deux ou trois ou…) pour fêter les 4 victoires en 4 matchs. Lui il a tout compris au management des hommes 👌🏻😂😁 via @UBBrugby #Bordeaux #UBB

Voir l'image sur Twitter

120

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
24 personnes parlent à ce sujet

« Pourvu que ça dure »

Il faut dire que c’est la première fois depuis le retour du club en Top 14 en 2011 que l’UBB réussit un tel début de saison. Face aux Parisiens, les Bordelais ont encore régalé avec sept essais. Avec cette deuxième victoire bonifiée, ils sont coleaders du championnat avec Lyon avec 18 points au compteur : « C’est une belle soirée, cela s’est bien passé, c’est un pur bonheur. Tout le monde prend beaucoup de plaisir. Pourvu que ça dure. Chapeau aux joueurs, c’est la classe », savourait Christophe Urios.

Après ces quelques bières à la bodega, les joueurs de l’Union vont également pouvoir profiter de quelques jours de vacances puisque c’est l’heure de la trêve internationale avec le début de la Coupe du Monde. Ils retrouveront le Top 14 le 29 septembre prochain à Montpellier avant un autre déplacement à Lyon avant la réception de Clermont. Un programme chargé mais le manager bordelais le promet, son équipe en a encore sous le pied :

« Je mets mention très bien sûr ce premier bloc, mais on aurait pu faire un peu mieux. On est à 80 %, on a une grande marge de progression. »

Continuez la lecture

Bordeaux

Gironde : Tombé au fond d’un puits il y a 2 jours, il est secouru par les pompiers

Publié

le

FAITS DIVERS Ce jeudi, les pompiers spécialisés du GRIMP ont secouru un homme de 36 ans tombé dans un puits il y a deux jours, à Pujol-sur-Ciron, en Gironde

 

Ce jeudi, les pompiers de Gironde sont intervenus à Pujols-sur-Ciron, près de Langon, après le signalement de cris par un riverain. Un homme de 36 ans s’égosillait au fond d’un puits, dans lequel il avait chuté deux jours auparavant, rapporte France Bleu Gironde.

Mardi, le trentenaire a fait une chute d’une dizaine de mètres sur ce domaine viticole de Pujols-sur-Ciron et, sans téléphone, il n’avait réussi à prévenir personne depuis. Ce sont les pompiers spécialisés du Groupement de reconnaissance et d’intervention en milieux périlleux (GRIMP) qui ont réalisé l’opération de sauvetage. L’homme était très fatigué, mais ses jours ne sont pas en dange

Continuez la lecture

AGRICULTURE

Pas-de-Calais : Les « foulées naturistes de Berck » n’auront pas lieu

Publié

le

NATURISME L’organisation n’avait pas anticipé l’engouement autour de cet événement

 

Jeudi soir, les organisateurs des premières « Foulées naturistes de Berck » ont annoncé l’annulation de cet événement qui devait se dérouler dimanche 22 septembre. L’Association gymnique amicale du Boulonnais à la Somme (Agabs), qui a porté le projet, avance des « raisons administratives ».

La publication annonçant les « Foulées naturistes de Berck » avait été faite sur la page Facebook de l’association Agabs​, fin août. A la base, le nombre de participants avait été fixé à 60 et les volontaires devaient s’inscrire avant le 10 septembre pour participer à ce « footing en commun » de 6 km sur la plage naturiste de Berck.

Un succès inattendu qui cause la perte des « Foulées »

Mais, contre toute attente de la part des organisateurs, l’événement a suscité un engouement spectaculaire. « Nous avons été débordés. Deux jours après l’annonce sur le site de l’Agabs, l’affiche de l’événement avait déjà été vue par plus de 500.000 personnes sur les réseaux sociaux », avait déclaré à 20 Minutes Philippe Lehembre, président des Hauts-de-France naturistes.

Ce qui devait être une course en petit comité a pris une tout autre ampleur nécessitant des démarches particulières : « Le délai imparti pour monter le dossier était court, mais nous pensions y arriver. C’était sans compter sur la lourdeur des autorisations nécessaires à obtenir pour organiser un tel événement », a déploré l’association.

Faute d’avoir obtenu le feu vert de l’administration, l’Agabs a décidé de « reprogrammer la course à la prochaine belle saison ».

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr