Connect with us

ECONOMIE

Paris: 80 médecins de l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois réclament la création d’une zone médicale prioritaire

Publié

le

SANTE Dans une lettre adressée mi-juillet à l’Agence régionale de santé, 80 médecins de l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois réclament la création d’une «zone médicale prioritaire»

 

Ils tirent la sonnette d’alarme. Face à la situation qui se détériore au sein de leur établissement de santé – rupture de stock de médicaments, patients de plus en plus précaires, manque de médecins aux urgences – 80 médecins de l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, ont adressé une lettre à l’ Agence régionale de santé, qui demande la création d’une « zone médicale prioritaire ». Ces chefs de service, praticiens et assistants de l’hôpital Robert-Ballanger s’alarment de la situation « très inquiétante » de leur établissement dans un courrier daté du 14 juillet, dont Le Parisien s’était fait l’écho et que l’AFP a consulté.

Evoquant tour à tour le manque d’effectifs en psychiatrie, les ruptures de stock de la pharmacie, les pannes de scanner et d’IRM, ils affirment que « ces difficultés ne font que s’aggraver depuis quelques années, de plus en plus rapidement depuis quelques mois, démotivent les équipes médicales et paramédicales, et mettent en péril les malades ». « Parfois, on ne sait pas si on va avoir une cartouche d’encre pour imprimer nos ordonnances, du désinfectant pour laver nos endoscopes », explique Guy Bellaïche, le chef du service de gastro-entérologie. Sa consœur Bernadette Coret-Houbart, cheffe du service de pharmacie, ajoute que « les médicaments sont payés avec un grand délai. Nos fournisseurs bloquent nos commandes. Et quand ils ne veulent pas nous livrer, on va acheter ailleurs à des prix non négociés ».

La Seine-Saint-Denis, premier désert médical de France

« Nous avons bien compris que notre hôpital est déficitaire, mais il est devenu urgent d’investir pour repartir sur de bonnes bases », soulignent les médecins dans leur courrier, avertissant sur la « désertification médicale alarmante ». La Seine-Saint-Denis est le premier désert médical de France en nombre de médecins rapporté à la population. « Au vu de la précarité de la population que nous prenons en charge en Seine-Saint-Denis, et à l’aube du Grand Paris, avec un accroissement démographique prévu comme considérable, ne faudrait-il pas considérer nos hôpitaux du 93 comme situés en zone médicale prioritaire afin de leur accorder des moyens financiers supplémentaires pour sortir de ce cercle vicieux ? », écrivent-ils.

Contactée par l’AFP, l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France explique avoir « pris connaissance » de la lettre et indique que « les représentants de la communauté médicale de l’hôpital » seront reçus début septembre. Elle rappelle que depuis 2016, « l’établissement a bénéficié de 30,7 millions d’euros d’aides », ce qui en fait « l’établissement le plus aidé de la région » Ile-de-France.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ECONOMIE

VIDEO. Les iPhone 11 d’Apple lancés le 20 septembre à partir de 809 euros

Publié

le

KEYNOTE Lors de sa traditionnelle keynote de rentrée, Apple a dévoilé ses nouveaux iPhone 11 et iPhone 11 Pro et iPhone Pro Max qui sortiront le 20 septembre

 

Fin de la récré. La keynote de rentrée du PDG d’Apple ce mardi 10 septembre a mis un terme aux rumeurs au sujet des nouveaux iPhone. Au Steve Jobs Theater de Cupertino, Tim Cook a dévoilé ses nouveautés de rentrée : Arcade et Apple TV+, des services de jeux et de vidéo sur abonnement respectivement lancés les 19 septembre et 1er novembre ; une nouvelle génération d’iPad et d’Apple Watch, mais aussi de nouveaux iPhone.

Trois iPhone 11 le 20 septembre

Nommés iPhone 11 et déclinés en trois modèles (iPhone 11, 11 Pro et 11 Pro Max), la taille de leur écran est respectivement de 6,1’’, 5,8’’ et 6,5’’. Ils résistent aux chocs et sont étanches (jusqu’à 2 m de profondeur durant 30 minutes).

Parmi les nouveautés intégrées, le nouveau processeur A13 Bionic du constructeur, qui, avec son milliard d’opérations réalisées par seconde, serait selon Apple le plus puissant du marché. Il permet aussi d’économiser de l’énergie et d’offrir à l’iPhone 11 une heure d’autonomie en plus que l’iPhone Xr, quatre heures pour le Pro et cinq heures pour le Pro Max.

Des prestations photo optimisées

Si l’iPhone 11 ne comporte que 2 objectifs à l’arrière (de 12 mégapixels et 12 mégapixels grand angle), ses aînés en intègrent trois, tous de 12 mégapixels : Wide de 26 mm (f/1.8) ; Telephoto de 52 mm (f/2.0) et Ultra Wide 120° de 13 mm (f/2.4).

Le nouvel iPhone 11 lancé le 20 septembre.
Le nouvel iPhone 11 lancé le 20 septembre. – CAPTURE

L’iPhone 11 Pro est équipé d’un nouveau système photo nommé Deep Fusion. Avec lui, l’appareil capture 9 images lors d’une prise et l’intelligence artificielle embarquée par le processeur A13 Bionic analyse et optimise l’image pixel par pixel. On attend de voir les résultats… Huawei et son P30 Pro et Samsung et ses Galaxy S10 ont déjà une certaine longueur d’avance en photo… Les trois iPhones 11 filment par ailleurs en 4K à 60 images par seconde.

Le triple capteur photo des iPhone 11 Pro et iPhone 11 Pro Max.
Le triple capteur photo des iPhone 11 Pro et iPhone 11 Pro Max. – CAPTURE

La bonne nouvelle est qu’Apple les dote d’outils de prises de vues avancés, comme un zoom audio qui adapte l’intensité du son avec le cadrage. Des outils de retouche spécifiques à la vidéo s’invitent par ailleurs, comme le fait de faire pivoter l’image en postproduction.

Baisse de prix sur l’entrée de gamme

Les iPhones 11 intègrent un mode Photo de nuit. Fera-t-il mieux que celui du Google Pixel 3 qui n’a guère d’équivalent sur marché ? Un mode High Key Mono fait également son entrée : il peut notamment détourer le sujet, lui appliquer un fond blanc et optimiser les contrastes. De quoi se prendre pour un photographe de studio…

Un nouveau mode photo nommé High Key Mono.
Un nouveau mode photo nommé High Key Mono. – CAPTURE

Le prix des nouveaux iPhone débute respectivement à 809 euros, 1.159 euros et 1.259 euros (avec 64 Go de stockage) et leur lancement est prévu le 20 septembre.

On notera que pour la première fois de son histoire, la marque à la pomme diminue un prix en passant à une nouvelle génération de produit : l’iPhone 11 arrive ainsi à 809 euros, alors que l’iPhone Xr avait été lancé à 859 euros. Selon Kantar, les ventes d’iPhones auraient baissé de près de 1 % dans le monde (et de 5 % en France) au second trimestre 2019. Apple aurait-il compris la leçon ?

Continuez la lecture

ECONOMIE

Bordeaux : Un banquier aurait volé 74.000 euros dans le distributeur de son agence

Publié

le

FAITS DIVERS Le chargé de clientèle âgé de 30 ans a été dénoncé par sa femme et sera jugé devant le tribunal correctionnel pour abus de confiance…

 

Un chargé de clientèle âgé de 30 ans sera jugé devant le tribunal correctionnel de Bordeaux ​pour abus de confiance. Il est soupçonné d’avoir détourné plus de 74.000 euros en quelques mois, relate Sud-Ouest.

En attente d’une promotion qui tardait à venir, ce père de famille avait quelques difficultés financières : des retards dans le paiement de ses loyers et de ses factures.

Dénoncé par son épouse

Pour se sortir d’affaire, il aurait eu l’idée de s’emparer d’une partie des billets déposés plusieurs fois par semaine dans le distributeur automatique de son agence par les convoyeurs de fonds. Il aurait commencé en 2017 avec de petites sommes et serait devenu de plus en plus gourmand. Il aurait caché ses vols en recourant à un jeu d’écriture informatique.

Sa femme, qu’il n’a pas mise au courant, l’a surpris au bout de quelques mois, comptant de grosses liasses de billets. Elle l’avait dénoncé à sa hiérarchie qui avait licencié le suspect et une enquête de police avait été lancée. Elle avait mis à jour 74.000 euros détournés en six mois, une somme minimisée par le suspect qui avait néanmoins reconnu les faits.

Continuez la lecture

Bordeaux

Municipales 2020 à Bordeaux : Péage sur la rocade, moratoire sur les constructions… Vincent Feltesse lance sa campagne tambour battant

Publié

le

IL Y VA Candidat malheureux en 2014 face à Alain Juppé, Vincent Feltesse signe son grand retour sur le devant de la scène politique bordelaise, en annonçant sa candidature aux municipales

 

Cinq ans après son cuisant revers face à Alain Juppé, Vincent Feltesse va donc repartir en campagne à Bordeaux. Ce mercredi, l’ex-conseiller de François Hollande a annoncé sa candidature aux municipales de 2020.

« En 2014, il fallait que j’y aille, dit-il aujourd’hui, même si je savais que ça allait faire mal face à Alain Juppé. Bon, je ne pensais pas que cela ferait aussi mal, mais c’était nécessaire, pour apprendre, pour comprendre. » Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts : Vincent Feltesse a été conseiller de l’ex-Président de la République François Hollande, puis il a quitté le parti socialiste, et Alain Juppé a quitté la mairie de Bordeaux. Le « contexte est différent » et Vincent Feltesse assure que, depuis, il a « mûri. » « Les partis, cela ne veut plus dire grand-chose », souligne celui qui se lancera donc avec en soutien une association lancée il y a quatre ans déjà, Bordeaux Métropole des quartiers, et qui fédère environ 300 personnes.

« Sur le logement, la politique de l’offre ne fonctionne pas »

L’ancien président de la communauté urbaine de Bordeaux a dessiné les axes de son programme. « Il faut résoudre trois problèmes du quotidien qui nous pètent à la gueule en permanence, dit-il : le logement, les déplacements et l’environnement. »

mibosredon@mibosredon

@VincentFeltesse⁩ sera candidat aux #municipales à #Bordeaux. « Sur 25 ans d’Alain Juppé le bilan est très bon (…) mais en 10 ans tout a été bouleversé dans les modes de vie, l’avenir ne peut pas être un simple prolongement de l’histoire »

Voir l'image sur Twitter
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir les autres Tweets de mibosredon

Sur le logement, « il faut acter que la politique de l’offre ne fonctionne pas », martèle-t-il. « On n’a jamais autant produit à Bordeaux, et il n’y a jamais eu une telle flambée des prix. Nous, on propose un moratoire sur toutes les grandes opérations urbanistiques d’autant plus quand il n’y a pas d’équipement ni d’infrastructure. Des opérations comme Brazza, s’il n’y a pas d’équipement ou de transport collectif, il sera urgent de les arrêter. C’est une folie de continuer à mettre sur le marché des milliers de logements, des dizaines de milliers de personnes, sans les équipements à côté, et avec cette bonne vieille tentation bordelaise qui est de mettre les logements sociaux en périphérie. »

Sur la mobilité, « les Bordelaises et les Bordelais vont finir par s’énerver réellement »

Vincent Feltesse entend aussi « aller beaucoup plus loin sur la question de la régulation » comme l’encadrement des loyers, l’utilisation « de la puissance » de l’établissement public foncier et l’encadrement d’Airbnb, sur lequel il faut être « beaucoup plus dur. »

Sur la mobilité, « honnêtement, je ne sais pas quand ça va arriver, mais les Bordelaises et les Bordelais vont finir par s’énerver réellement. On nous parle de téléphérique, de tramway, de tram-train jusqu’à Lacanau, pourquoi pas de sous-marin… On est dans une espèce de surenchère permanente, mais la réalité c’est qu’il n’y a pas de vision sur la problématique de la mobilité. »

Vincent Feltesse, lui, projette d’aménager les boulevards, de lancer un transport collectif en site propre sur la voie ferrée de ceinture, et veut s’attaquer à la question de la rocade.

« On va continuer à nous balader pendant un demi-siècle sur ce projet de grand contournement ? »

« Sur la rocade, explique-t-il, il ne faut pas s’interdire de réfléchir, c’est pour cela que, et même si ce n’est pas populaire, je ne vois pas comment on ne peut pas mener une étude sur un péage urbain redistributif. On va continuer à nous balader pendant un demi-siècle sur ce projet de grand contournement qui probablement ne se fera jamais ? Les gens vont continuer à être bloqués en permanence, alors que potentiellement il y a des solutions ? »

Dans Bordeaux, il souhaite aussi un changement radical sur la politique du stationnement. « Sur une période transitoire de 5 à 10 ans, on veut supprimer le stationnement de surface à l’intérieur des boulevards pour les voitures individuelles, sauf pour l’autopartage et les personnes qui ont des problèmes de santé. Cela dégagera en plus de l’espace pour le vélo, parce qu’à un moment la cohabitation ne sera plus possible. »

« Tout l’enjeu, c’est d’aller très vite »

Reste la question de l’environnement, qui sera centrale durant la campagne. « Je veux aller au-delà de la problématique de la végétalisation qui occupe aujourd’hui les esprits des uns et des autres, lance le candidat. La question environnementale elle est plus poussée que ça : c’est la santé, les pesticides, l’eau, la nourriture… Et on sait que les problèmes sont devant nous. »

Vincent Feltesse envisage ainsi de « lancer un grand emprunt d’un milliard d’euros sur ces questions environnementales. » « La santé financière de la métropole n’est pas mauvaise, les taux d’intérêt sont extrêmement bas, souligne-t-il. L’urgence, elle est là, et avec ça on aura un effet de levier fondamental. Tout l’enjeu, c’est d’aller très vite. »

mibosredon@mibosredon

Vincent #Feltesse candidat aux municipales à #Bordeaux : « il faut lancer un grand emprunt d’un milliard d’euros sur les questions environnementales. Avec ça on aura un effet de levier fondamental. L’enjeu, c’est d’aller très vite. » #elections

Voir l'image sur Twitter

2

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir les autres Tweets de mibosredon

A l’image de cette campagne électorale, qui démarre tambour battant pour le nouveau candidat.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr