Connect with us

national

Municipales 2020 à Toulouse: Un premier sondage donne le sortant, Jean-Luc Moudenc, en tête

Publié

le

POLITIQUE Un sondage Ifop pour CNews sur les Municipales 2020 donne Jean-Luc Moudenc (LR), le maire sortant de Toulouse, en tête du 1er tour face à une gauche éparpillée et en quête de notoriété

 

Il ne s’est pas encore déclaré mais Jean-Luc Moudenc (LR), le maire de Toulouse, peut être rassuré sur sa notoriété. Dans un premier sondage* réalisé par Ifop pour Cnews sur les Municipales 2020, 92 % des personnes interrogées le connaissent et 62 % ont une bonne opinion de lui.

Deux autres personnalités ont été testées. Le sénateur PS Claude Raynal, candidat à la candidature au sein de son parti, ressort avec un taux de notoriété de 29 %. La conseillère régionale PS Nadia Pellefigue, qui maille le terrain avec son mouvement « Une nouvelle énergie » (UNE), est à 21 %.

Une éventuelle liste LREM à 9 %

Evidemment, à un peu moins d’un an de l’échéance, le sondage se projette sur le 1er tour, même s’il mise sur plusieurs têtes de liste pas encore investies par leurs mouvements. Cette première prise de pouls du climat politique à Toulouse devrait, là aussi, rassurer le sortant.

Jean-Luc Moudenc arrive largement en tête des intentions de vote au premier tour avec 36 %. Il est suivi par la liste (supposée PS-PC) de Claude Raynal, à 15 %. En embuscade, à 14 %, on trouve l’écologiste Antoine Maurice et sa liste Archipel Citoyen/EELV, devant La France Insoumise de Jean-Christophe Sellin à 11 %. Viennent ensuite une liste LREM-MoDem conduite dans ce sondage par le député Jean-François Portarrieu à 9 %, puis la liste Rassemblement national à 7 %, et Nadia Pellefigue à 6 %.

Si loin du scrutin, cette première photographie semble montrer qu’une éventuelle liste En Marche ne ferait au 1er tour pas trop d’ombre au sortant, lui-même souvent considéré comme « Macron-compatible ». La gauche au sens large, éparpillée, semble dans les choux. Mais elle atteint toute de même 46 % des suffrages. La situation peut donc changer si des alliances sont passées.

* Enquête réalisée par téléphone du 12 au 17 avril sur un échantillon représentatif de 608 électeurs

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

Réforme des retraites: «Age d’équilibre», réversion… Quelles sont les préconisations de Jean-Paul Delevoye?

Publié

le

TRAVAIL Le haut-commissaire à la réforme des retraites propose notamment un « âge d’équilibre » à 64 ans, assorti d’un système de décote-surcote

 

A quoi va ressembler la retraite du futur ? Ce jeudi, le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a rendu son rapport et ses préconisations pour ce futur « système universel ». « Age d’équilibre », décote, minimum augmenté à 85 % du Smic, réversion… 20 Minutes liste ses propositions.

Un « âge d’équilibre » à 64 ans avec décote/surcote

Le haut-commissaire a proposé que le futur « système universel » comprenne un « âge d’équilibre » assorti d’un système de décote-surcote, à 64 ans pour la génération née en 1963, dans son rapport rendu public jeudi. Pour inciter « au prolongement de l’activité » et garantir l’« équilibre du système » en place dès 2025, il préconise que « l’âge du taux plein » permettant une retraite complète « soit le même pour tous, contrairement à aujourd’hui où il est compris entre 62 et 67 ans en fonction de la durée travaillée ». Cet âge « évoluera comme l’espérance de vie », précise Jean-Paul Delevoye.

Un minimum de retraite augmenté à 85 % du Smic net

Jean-Paul Delevoye propose de garantir un minimum de retraite égal à 85 % du Smic net, contre 81 % pour les salariés et 75 % pour les agriculteurs actuellement. Ce nouveau minimum « bénéficiera notamment aux exploitants agricoles, aux artisans, aux commerçants et aux personnes, souvent des femmes, qui ont durablement travaillé à temps partiel », précise-t-il dans ces préconisations qu’il doit remettre en fin de matinée au Premier ministre Edouard Philippe.

Une majoration de 5 % dès le 1er enfant

Les droits à la retraite pourront être majorés de 5 % par enfant et dès le premier enfant, contre 10 % actuellement pour les parents de trois enfants et plus, écrit-il dans son rapport. Cette majoration des points acquis pourra être partagée entre les deux parents, alors que la majoration actuelle est accordée aux deux parents. A défaut, elle sera attribuée à la mère, les femmes, qui « ont une pension moyenne inférieure de 42 % à celle des hommes », devant être « les principales bénéficiaires des mesures de solidarité liées aux droits familiaux », selon les préconisations que Jean-Paul Delevoye.

Un dispositif de réversion garantissant au survivant 70 % de la retraite du couple

Les pensions de réversion versées aux veuves et veufs dans le futur « système universel » garantissent 70 % du total des retraites perçues par le couple, propose-t-il. Ce « dispositif unique » pour tous remplacerait « les 13 règles différentes existant actuellement », sans modifier « les règles applicables aux retraités actuels », précise Jean-Paul Delevoye. Les femmes sont les principales bénéficiaires des pensions de réversion.

Continuez la lecture

INSOLITE

PIQURE Jusque-là, il fallait douze mois d’abstinence pour donner son sang quand on est un homme qui a des relations sexuelles avec des hommes

Publié

le

PIQURE Jusque-là, il fallait douze mois d’abstinence pour donner son sang quand on est un homme qui a des relations sexuelles avec des hommes

 

La période d’abstinence d’un an que doivent actuellement respecter les gays pour pouvoir donner leur sang en France sera réduite à quatre mois à partir du 1er février 2020, a annoncé mercredi le ministère de la Santé. Il s’agit, d’une « évolution » et « d’une première étape » vers un alignement des conditions du don pour les hommeshomosexuels sur celles des hommes hétérosexuels, envisagé « à l’horizon 2022 ».

Un alignement qui, par respect pour la sécurité des receveurs, ne pourra intervenir qu’après une évaluation des risques faite « en toute transparence », assure le ministère. L’abstinence d’un an instituée en 2016, par arrêté, avait suscité les critiques d’associations LGBT qui y voyaient une discrimination à leur égard. Avant 2016, et depuis 1983, en raison des risques du sida, l’exclusion des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) était totale.

Egalité sur le don de plasma

Depuis juillet 2016 également, les homosexuels/HSH peuvent donner leur plasma selon les mêmes critères que les autres donneurs. Le plasma utilisé en cas d’hémorragie, sert aussi à fabriquer des médicaments : des immunoglobulines, des facteurs de coagulation et d’autres produits pour les grands brûlés et des malades en réanimation.

Deux propositions d’évolution par rapport à aux critères de 2016 étaient sur la table, soit l’ouverture aux hommes n’ayant pas eu de relations sexuelles avec des hommes dans les quatre derniers mois avant le don, soit l’ouverture au don aux HSH n’ayant qu’un seul partenaire dans les quatre derniers mois avant le don. L’analyse des risques réalisée par l’agence sanitaire SpF a montré que « le premier scénario n’entraînait pas de modification du risque, contrairement au second avec lequel le risque de contamination théorique était multiplié par deux », relève-on dans l’entourage de la ministre.

1,7 de personnes donnent leur sang chaque année

L’ensemble des données et analyses de risque sur ces deux propositions ont été partagés avec des représentants des donneurs, des receveurs, des associations comme Aides et d’homodonneurs.  Chaque année, 1,7 million de personnes donnent leur sang, générant 3 millions de dons. Et chaque année, il faut en moyenne recruter 170.000 nouveaux donneurs avoir les 10.000 dons par jour nécessaires pour répondre aux besoins des malades. Un million de patients par an sont soignés chaque année avec des produits sanguins.

« Donner son sang n’est pas un droit, mais un geste citoyen vers l’autre, qui nécessite de respecter les conditions du don » pour sa sécurité, rappelle-t-on encore au ministère. Un homme hétérosexuel qui, par exemple, a eu plus d’une partenaire sexuelle au cours des quatre derniers mois doit s’abstenir de donner son sang.

Continuez la lecture

Bordeaux

Défilé du 14 juillet: Macron, sifflé, passe en revue les troupes sur les Champs-Elysées

Publié

le

CEREMONIE Le président a ouvert les festivités à bord d’un « command car » avant le défilé militaire du 14 juillet

 

Le président Emmanuel Macron a ouvert dimanche les festivités du 14 juillet en descendant les Champs-Elysées à bord d’un «command car» avant le début du traditionnel défilé militaire, placé cette année sous le signe de la coopération militaire européenne.

Des sifflets de «gilets jaunes»

Des sifflets émanant de «gilets jaunes» ont été entendus sur le passage du chef de l’État, dont c’est le troisième défilé depuis son élection en mai 2017. La veille au soir, quelques dizaines de manifestants, dont certains portaient des «gilets jaunes», avaient fait entendre leur voix devant l’Hôtel de Brienne, où Emmanuel Macron prononçait un discours, en visant le ministre de la Transition écologique François de Rugy, épinglé par Mediapart pour des dîners fastueux lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale.

Des dirigeants européens réunis

Après avoir entamé vers 10h la revue des troupes sur la célèbre avenue parisienne aux côtés de son chef d’état-major, le président a rejoint la tribune présidentielle place de la Concorde, où l’attendaient plusieurs dirigeants européens, dont Angela Merkel, ainsi que son épouse Brigitte Macron, ainsi que les membres du gouvernement dont François de Rugy.

Un homme volant sur les Champs

Le champion du monde de jet-ski français Franky Zapata a offert un époustouflant spectacle futuriste dimanche au traditionnel défilé du 14 juillet à Paris en volant debout, fusil en main, à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol sur son «Flyboard», un engin de son invention, au-dessus des Champs-Elysées.

Cette plateforme volante propulsée par cinq réacteurs à jet d’air, «va permettre de tester différentes utilisations, par exemple une plateforme logistique volante ou bien une plateforme d’assaut» pour les militaires, avait commenté plus tôt la ministre des Armées Florence Parly sur France Inter.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr