Connect with us

Entertainment

Mathieu Gallet, le PDG déchu de Radio France, ne pourra pas toucher d’indemnités

Publié

le

AUDIOVISUEL Le Conseil d’Etat a validé vendredi la révocation de Mathieu Gallet par le CSA…

 
Le Conseil d’Etat à Paris le 27 mars 2012 (image d’illustration). — A. GELEBART / 20 MINUTES

Mathieu Gallet ne touchera pas d’indemnités, après sa révocation par le CSA : leConseil d’État a validé vendredi son éviction par le gendarme de l’audiovisuel, décidée à la suite de sa condamnation pour favoritisme lorsqu’il dirigeait l’Ina.

Le 15 janvier, le patron de Radio france avait été condamné à un an de prison avec sursis et 20.000 euros d’amende par le tribunal de grande instance de Créteil, pour avoir favorisé deux sociétés de conseil lorsqu’il présidait l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) entre 2010 et 2014.

Après cette condamnation le 15 janvier, Mathieu Gallet avait fait appel et refusé de démissionner de Radio France. Mais la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, avait jugé «inacceptable» son maintien et appelé l’intéressé et le CSA à « tirer les conséquences » du jugement.

Une révocation inédite contestée devant le Conseil d’Etat

Dans la foulée, le CSA avait décidé le 31 janvier de le démettre de ses fonctions, une grande première dans l’histoire du régulateur de l’audiovisuel. Et en avril, le Conseil supérieur de l’audiovisuel l’avait remplacé à la tête de Radio France par Sibyle Veil.

Mais Mathieu Gallet avait contesté sa révocation et saisi le Conseil d’État, qui a examiné l’affaire la semaine dernière. Les avocats du dirigeant déchu ont accusé le régulateur d’avoir cédé à une pression de l’État. De son côté, le CSA avait assuré n’avoir tenu compte que de l’« intérêt général » et du « bon fonctionnement » de Radio France, lequel nécessitait le maintien de relations « denses, confiantes et permanentes » entre son PDG et l’État.

Le Conseil d’État, plus haute cour administrative du pays, a suivi les conclusions de son rapporteur public, en donnant raison au CSA sur tous les points soulevés.

Voir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

Conseil d’État

@Conseil_Etat

Le Conseil d’État rejette le recours déposé par Mathieu Gallet contre la décision du @csaudiovisuel de lui retirer son mandat à la tête de @radiofrance >> http://bit.ly/Décisioncontentieuse14122018 

35

52 personnes parlent à ce sujet
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Devoir d’impartialité

Selon un communiqué publié vendredi, la haute instance a ainsi estimé « que la décision du CSA ne saurait être regardée comme portant atteinte » à la présomption d’innocence de Mathieu Gallet,

De même, elle a jugé que le CSA n’avait pas manqué à son devoir d’impartialité en estimant que maintenir Mathieu Gallet à son poste nuirait au bon fonctionnement de Radio France et à ses relations avec l’État.

Le recours de Mathieu Gallet, s’il avait réussi, ne lui aurait de toute façon pas permis d’être réintégré dans ses fonctions. Il aurait pu en revanche espérer toucher des indemnités conséquentes (autour de 250.000 euros) pour compenser l’arrêt prématuré de son mandat.

Nouveaux projets

Depuis sa révocation, l’ex patron de Radio France s’est lancé dans de nouveaux projets. Il a cofondé en juillet Majelan, une nouvelle plateforme de podcasts (contenus audio diffusés en ligne) qui est sur de bons rails : la jeune société vient tout juste de boucler sa première levée de fonds qui lui a permis de récolter 4 millions d’euros auprès d’investisseurs tels que Xavier Niel, et prépare grâce à ce financement le lancement de son service au printemps 2019.

Majelan proposera une offre gratuite et des contenus exclusifs accessibles via un abonnement payant, misant ainsi sur l’engouement actuel pour les podcasts

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Buzz

FAITS DIVERS La jeune femme de 18 ans avait acheté 2.500 euros de jetons

Publié

le

FAITS DIVERS La jeune femme de 18 ans avait acheté 2.500 euros de jetons

 

Prise la main dans le sac. Une jeune femme de 18 ans, habitant Grenoble, a été arrêtée au casino Le Pharaon, dans le quartier de la Cité Internationale à Lyon, alors qu’elle venait de se faire remettre 2.500 euros de jetons.

Les employés de l’établissement, suspicieux, ont découvert que les deux chèques que la demoiselle leur avait fourni pour acheter les jetons, étaient en réalité des faux. Les pièces avaient pourtant été éditées à son nom, révèle ce mardi la police lyonnaise.

Lors de son audition, la jeune femme a avoué qu’elle se les était procurés sur le Dark Web et qu’elle en possédait 5. Elle a fini par remettre ces chèques aux enquêteurs. Elle sera jugée le 6 mai prochain.

Continuez la lecture

Entertainment

TF1: Le JT de 20h lance sa rubrique de «fact-checking»

Publié

le

MEDIAS La chaîne travaillera en collaboration avec l’AFP sur cette rubrique qui s’appellera « Factuel »

 
llustration TF1. — Michel Euler/AP/SIPA

TF1 s’attaque aux fake news. Dans une interview accordée au Journal du dimanche, Thierry Thuillier, le directeur de l’information du groupe, a annoncé la création d’une rubrique de « fact-checking » dans le JT de 20 Heures de la chaîne, afin de « démonter les mécanismes » des fausses informations.

« Décrypter le parcours d’une rumeur »

Dans le contexte de la crise des « Gilets jaunes » et « face à la défiance des citoyens », explique le JDD, TF1 a décidé de lancer cette nouvelle rubrique dans son JT de 20 Heures du samedi, à partir de la semaine prochaine. « En collaboration avec l’AFP, elle s’appellera « Factuel » et décryptera le parcours d’une rumeur, d’une fausse info. Nous en démonterons les mécanismes », précise-t-il, ajoutant « nos rédactions sont des armes anti-fake news ». Comme l’explique le journal, la chaîne a décidé de mettre plus de moyens sur l’éducation aux médias.

Continuez la lecture

Buzz

Pas-de-Calais: L’image de deux voleuses chez Babou se retrouve sur les réseaux sociaux

Publié

le

AU VOLEUR La directrice du magasin a décidé de publier brièvement la photo des deux voleuses, de dos, sur Facebook…

 

Prises en flagrant délit par la vidéosurveillance. Deux femmes se sont brièvement retrouvées sur les réseaux sociaux, mardi matin, après avoir commis un vol dans le magasin Babou de Bruay-La- Buissière, dans le Pas-de-Calais, rapporte La Voix du Nord.

Le montant du vol s’élève autour de 130 euros. En fin d’après-midi, les deux chapardeuses ont opéré de concert. Pendant que l’une dérobait deux lampes et un bidon de lave-glace, la seconde attendait dans le sas d’entrée pour pouvoir ouvrir la porte de sa complice et s’enfuir avec leur butin.

« Une s’est, limite, recoiffée devant la caméra »

Ce qu’elles ne savaient visiblement pas, c’est qu’une caméra les filmait. « Elles ne devaient pas le savoir, car une s’est, limite, recoiffée devant la vitre où il y avait la caméra », explique au quotidien régional le co-gérant de Babou.

Pour leur donner une leçon, la directrice du magasin a décidé de publier une image où on voit les deux femmes de dos, sur la page Facebook de son magasin. Avant de la retirer peu de temps après.

Elle assure avoir voulu « marquer le coup » avant de porter plainte. Chaque année, elle déplore qu’environ 30.000 euros de marchandises soient dérobés dans le magasin, ce qui représente 1 % des ventes annuelles.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr