Connect with us

faits divers

Lot-et-Garonne: Un rugbyman de 15 ans plongé dans un coma artificiel après un malaise sur le terrain

Publié

le

INQUIETUDE L’adolescent venait de terminer des tours d’échauffement lorsqu’il s’est effondré sur le terrain de rugby

 

e rugbyman de 15 ans plongé dans un coma artificiel ne s’était toujours pas réveillé mercredi soir, rapporte Sud Ouest. L’adolescent  s’est effondré sur le terrain mardi soiralors qu’il s’entraînait avec les cadets de Marmande (Lot-et-Garonne).

Dans un communiqué, le club de l’US Marmande indique qu’après s’être écroulé mardi soir, après des tours d’échauffement sur le terrain, il « a été immédiatement pris en charge par le staff de l’équipe. » Les services de secours sont rapidement arrivés sur les lieux « et il a été transporté après avoir été réanimé vers l’hôpital Pellegrin de Bordeaux », où il a été placé dans un coma artificiel.

« Le club de l’US Marmande, son président, ses dirigeants, l’ensemble de ses membres et son personnel administratif, profondément choqués par cette nouvelle, adressent tout leur soutien à la famille » indique encore le club dans son communiqué. L’adolescent y est licencié depuis tout jeune. Une cellule psychologique a été mise en place.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ECONOMIE

Vie professionnelle: un entretien pour faire le point sur son parcours avec son boss

Publié

le

EMPLOI Que ce soit pour évaluer leur travail ou être accompagnés dans leurs perspectives d’évolution, les salariés doivent périodiquement faire le bilan avec leur employeur

 

Rien n’est jamais gravé dans le marbre. Les missions et la charge de travail évoluent au gré des allées et venues des clients et des projets, de même que les aspirations des employés peuvent changer. C’est pourquoi il est essentiel de faire de temps en temps le point avec son chef. C’est d’ailleurs une obligation légale.

Un bilan incontournable

Le législateur impose aux employeurs d’organiser un entretien professionnel individuel avec l’ensemble de leurs salariés de façon périodique. CDI, CDD, contrat aidé ou temporaire, temps plein ou partiel, tout le monde est concerné et ce, peu importe le secteur d’activité. Et pour cause, puisque l’objectif de ce tête-à-tête est d’accompagner les employés dans leurs perspectives d’évolution, mais aussi d’identifier leurs besoins en termes de formation.

En pratique, c’est donc le moment de faire un petit bilan de son parcours et de parler par exemple d’une éventuelle promotion ou d’un changement de poste en fonction de ses qualifications, de ses envies et bien entendu des besoins de la société. Le contenu spécifique peut être précisé par convention ou accord collectif.

L’impératif de formation

Pas question de plaisanter avec le timing. La loi impose que cet entretien professionnel ait lieu tous les deux ans et ce, à partir de l’entrée des salariés dans l’entreprise. En outre, ce point d’étape doit être systématiquement proposé à tout employé qui a été absent pendant longtemps, à la suite d’un congé de maternité, de paternité, un arrêt maladie de plus de six mois, un congé sabbatique…

Ce rendez-vous doit permettre de faire un état des lieux récapitulatif de son parcours tous les six ans. Il s’agit alors de vérifier d’avoir bien bénéficié des entretiens prévus et que l’employé a bien suivi au moins une action de formation, acquis des éléments de certification professionnelle et profité d’une progression salariale ou professionnelle durant cette période. Un compte rendu écrit doit également être remis. Bémol : seules les entreprises d’au moins 50 salariés sont sanctionnées en cas de non-respect de ces obligations. À défaut d’entretien et d’au moins une action de formation, elles doivent alors créditer le compte personnel de formation des employés de 3.000 euros.

L’évaluation annuelle facultative

En dehors de ces impératifs légaux, le patron est en droit d’évaluer le travail de son employé. Cette faculté est parfois même encadrée par une convention collective. Dès lors qu’une évaluation professionnelle est mise en place, elle s’impose à l’ensemble des salariés de l’entreprise.

Elle peut en revanche prendre plusieurs formes, comme un système de notation ou une répartition des employés en différentes catégories. Le plus souvent, c’est toutefois un entretien annuel avec le supérieur hiérarchique qui est instauré. Il s’agit alors de faire le point sur le travail accompli et la réalisation des objectifs qui ont été assignés. Mais si de bons résultats peuvent susciter une promotion, une mauvaise évaluation ne saurait justifier une rétrogradation ou une baisse de salaire. Elle peut cependant s’ajouter à d’autres éléments dans le cadre d’un licenciement pour insuffisance professionnelle

Continuez la lecture

Alimentation

Bordeaux: Des jeunes écolos bloquent un McDonald’s qu’ils assimilent à «une scène de crime écologique»

Publié

le

ENVIRONNEMENT Des jeunes du mouvement pour le Climat ont occupé dimanche durant plusieurs heures un McDonald’s du centre-ville de Bordeaux

 

« Pourquoi manger maintenant ce qui nous tuera demain ». C’est avec ce slogan, inscrit sur une grande banderole blanche, que 70 jeunes environ, essentiellement des lycéens, ont occupé un restaurant McDonald’s du centre-ville de Bordeaux​ dimanche.

Ces militants du mouvement Youth for Climate, qui tenait ses assises nationales dans la capitale girondine, ont mené cette opération pour dénoncer un « symbole de la surconsommation, du gaspillage et de l’élevage intensif ». Durant plusieurs heures, les manifestants ont barré les accès par des sit-in et déployé autour du fast-food une rubalise rouge et blanche pour délimiter « la scène de crime écologique ».

Un nouveau mode de mobilisation

Après les marches des jeunes pour le Climat, les « light off » [extinction sauvage des enseignes lumineuse] ou encore les « clean walks » [marche de ramassage des déchets], ce blocage s’inscrit dans le cadre de la diversification des actions du mouvement. « On se rend compte que les marches ont très bien mobilisé, mais qu’elles ne suffisent plus et qu’il nous faut diversifier nos actions », souligne Aricie Bartelmé, co-organisatrice des assises qui ont réuni quelque 130 participants, dont la moyenne d’âge était de 17 ans.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Youth For Climate France@Youth4Climatefr

MAGNIFIQUE : on a obtenu la fermeture anticipée du plus grand @McDonalds de après plus de 8h de blocage. On est maintenant encore plus chaud pour aller enflammer le 20 septembre et la semaine de mobilisation qui suivra.🔥

54 personnes parlent à ce sujet

Le coup d’éclat de la rue Saint-Catherine n’a pas suscité une forte hostilité des principaux concernés. « Sauver la planète, on ne peut qu’être d’accord. McDonald’s fait d’ailleurs des efforts de tri. (…) a réagi avec philosophie Christian Luttman, le responsable du restaurant. Notre public, c’est beaucoup de jeunes, on sait qu’on a intérêt à les entendre. »

Continuez la lecture

Bordeaux

Meurtre de Johanna dans les Landes: Un réfugié syrien écroué, trois suspects mis hors de cause

Publié

le

MEURTRE Le suspect de 32 ans était connu de la police «pour des faits de violence de nature conjugale»

 

Un réfugié syrien de 32 ans a été mis en examen et écroué samedi à Mont-de-Marsan, pour le meurtre et le viol d’une femme de 24 ans dont le corps avait été retrouvé dimanche, a annoncé le parquet. Trois personnes, qui vivaient au même endroit que le mis en examen, ont été libérées de leur garde à vue mais devront quitter le territoire français pour situation irrégulière, a précisé le procureur.

Le réfugié politique syrien, qui nie les faits, avait été interpellé jeudi matin à Mont-de-Marsan par la police judiciaire, après que des « éléments génétiques » recueillis sur le corps de la victime ont permis de remonter jusqu’à lui. Il était inscrit au fichier national automatisé des empreintes génétiques. A son domicile, les enquêteurs ont retrouvé des effets personnels, dont le téléphone portable, de la victime. Ils ont retrouvé sur lui la carte SIM. Le réfugié syrien était connu de la police et la justice « pour des faits de violence de nature conjugale », avait indiqué le procureur de la République de Mont-de-Marsan, Olivier Janson.

Le corps de la victime trouvée dans un tunnel piéton

Le corps de Johanna Blanes, 24 ans, avait été découvert par un passant dimanche matin dans un tunnel piéton sous une voie ferrée reliant Mont-de-Marsan à Saint-Pierre-du-Mont, où elle demeurait depuis plusieurs années. Selon Olivier Janson, l’autopsie a établi qu’elle avait été victime d’une « asphyxie mécanique », correspondant à un étranglement.

Au terme de sa garde à vue, le principal suspect a été présenté samedi à un juge d’instruction et mis en examen pour « meurtre précédé de viol », et placé en détention provisoire, a indiqué le procureur samedi dans un communiqué. Les trois autres hommes avaient été eux aussi placés en garde à vue, dans le cadre d’investigations « visant à vérifier si les faits étaient susceptibles d’avoir été commis par une pluralité d’auteurs », selon Olivier Janson. Les actes d’enquête, examens techniques et génétiques à ce jour « ne mettent pas en évidence la participation de plusieurs personnes aux faits de viol et de meurtre », a-t-il souligné.

Aucune charge n’a été retenue à leur encontre, et leurs gardes à vue ont été levées. Mais ces hommes, de nationalité marocaine, algérienne et tunisienne, au regard de leur situation administrative « se sont vu notifier des arrêtés préfectoraux d’obligation de quitter le territoire français et ont été placés en centre de rétention », a ajouté le procureur.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr