Connect with us

Buzz

L’Opep se réunit sur fond de tensions dans le Golfe et une baisse mondiale de la production

Publié

le

PETROLE Les pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole se réunissent ce dimanche en Arabie Saudite. Un sommet à forts enjeux alors que les vives tensions dans le Golfe menancent les approvisionnements mondiaux en brut

 

Les principaux pays membres de l’Opep et d’autres producteurs majeurs, dont la Russie, se réunissent dimanche en Arabie saoudite avec pour objectif de stabiliser le marché pétrolier dans un contexte de vives tensions dans le Golfe qui menace les approvisionnements mondiaux en brut.

L’Iran, également membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), sera absent de la rencontre à Jeddah (ouest). Mais le pays devrait être au coeur des discussions qui interviennent quelques jours après des «actes de sabotage» sur des navires dans le Golfe, et après des attaques contre un oléoduc saoudien revendiquées par les rebelles yéménites soutenus par Téhéran.

Sur fond de chute des exportations de brut iranien

Ces discussions ont aussi lieu sur fond de chute des exportations de brut iranien, provoquée par les sanctions imposées par Washington contre Téhéran.

Aucune décision ne devrait toutefois être prise par l’organisation, qui devrait examiner le respect d’engagements pris l’an dernier sur une baisse de la production et formuler des recommandations avant une réunion-clé fin juin, à laquelle participera l’Iran.

Le président américain Donald Trump avait affirmé en avril que l’Arabie saoudite et d’autres pays de l’Opep avaient accepté d’augmenter leur production de pétrole pour en faire baisser les cours.

Malgré la chute des exportations de pétrole iranien et vénézuélien et une baisse de la production des membres de l’Opep à hauteur de 1,2 million de barils par jour depuis janvier, les stocks de brut continuent d’augmenter, selon le ministre émirati de l’Energie, Souheil al-Mazrouei.

Les producteurs doivent encore s’efforcer d’équilibrer le marché, a déclaré le ministre à son arrivée à Jeddah samedi, une façon de souligner que toute accélération de la production pourrait entraîner une chute des prix similaire à celle de fin 2018.

La production mondiale de pétrole a baissé

L’Opep et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) ont indiqué que la production mondiale de pétrole avait baissé en avril en raison du renforcement des sanctions américaines contre l’Iran et de la décision de limiter les extractions.

Selon l’AIE, la production iranienne de brut était de 2,6 millions de barils par jour en avril, contre 3,9 millions en avril 2018, un mois avant le retrait unilatéral de Washington de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015.

A son plus bas niveau en cinq ans, la production iranienne pourrait chuter en mai à des niveaux sans précédents depuis la guerre Iran-Irak (1980-1988).

Les exportations iraniennes passeront de 1,4 millions de barils par jour en avril à environ 500.000 en mai, contre 2,5 millions de barils en temps normal, d’après le cabinet Kpler.

Les données de Kpler montrent que les membres de l’Opep ont tenu leurs engagements de baisse de la production. Mais les exportateurs craignent qu’une hausse précipitée de la production n’entraîne un nouveau surplus.

Des tensions qui montent d’un cran dans le Golfe

Les tensions ont monté d’un cran dans le Golfe après des «actes de sabotage» de trois pétroliers, dont deux saoudiens et un norvégien, et d’un cargo émirati, au large des Emirats arabes unis et une attaque de drones, revendiquée par les rebelles Houthis yéménites, ayant endommagé un oléoduc saoudien.

Ryad a accusé l’Iran d’avoir ordonné l’attaque, qui a visé une cible pétrolière développée pour contourner le détroit d’Ormuz, que l’Iran menace de fermer en cas de conflit avec les Etats-Unis. Début mai, Washington a dépêché un porte-avions et des bombardiers B-52 dans le Golfe.

L’Arabie saoudite «ne veut pas une guerre» avec l’Iran, a affirmé dimanche le ministre d’Etat saoudien aux Affaires étrangères Adel al-Jubeir, tout en assurant que Ryad était prêt «à se défendre».

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

Bordeaux: La moitié des urgences d’un hôpital en arrêt maladie

Publié

le

SANTE Aux urgences de Saint-André, un des sites du CHU de Bordeaux, huit infirmiers sur 13 et six des 10 aides-soignants étaient en arrêt maladie, ce mercredi

 

Mercredi très difficile pour les urgences de l’hôpital Saint-André de Bordeaux. Plus de la moitié des aides-soignantes et infirmières du service n’ont pu assurer mercredi leur travail « pour raisons de santé », a-t-on appris auprès du collectif Inter-Urgences qui a dénoncé un « sous-effectif quasi quotidien ».

« En grève depuis un mois déjà, les paramédicaux de Saint-André dénoncent un sous-effectif quasi quotidien. L’effectif minimum n’étant que rarement atteint malgré les assignations, la direction pallie le problème par le recours à des professionnels extérieurs, non habitués aux spécificités du service », a expliqué le collectif dans un communiqué.

« Les agents s’épuisent chaque jour à prendre en charge dans des conditions anormales les patients, et ce depuis trop longtemps. La ministre de la Santé Agnès Buzyn comme la direction de l’hôpital entend manifestement garder un cap mortifère et laisser la situation pourrir », a-t-il poursuivi. « Après les services d’urgences de Lons-le-Saunier, Saint-Antoine, Châlon-sur-Saône ou encore Lariboisière, les soignants sont dans l’incapacité d’assurer le travail », selon le collectif.

« Les collègues craquent les uns après les autres »

Aux urgences de Saint-André, un des sites du CHU de Bordeaux, huit infirmiers sur les 13 nécessaires chaque jour étaient en arrêt maladie mercredi. Pour les aides-soignants, six étaient en arrêt, alors qu’ils devraient être 10, selon une aide soignante membre du collectif, qui ne souhaite pas être nommée.

« Depuis 15 jours, les collègues craquent les uns après les autres. En plus, on a eu une vague ces dernières semaines d’accidents du travail. L’une s’est blessée avec un brancard, une autre s’est arrêtée en burn-out… », a-t-elle dénoncé.

« C’est l’aboutissement d’un processus qui dure depuis longtemps. […] Ça fait plus de trois ans qu’on est dans une démarche d’alerte. Les conditions de travail se sont dégradées à partir de 2013 lorsque les départs n’ont pas été remplacés. On a perdu une équipe de 10 infirmiers en 10 ans », a-t-elle précisé.

Un mouvement national a démarré il y a près de trois mois et est suivi par quelque 80 services d’urgences dans toute la France, selon Inter-Urgences.

La direction du CHU de Bordeaux n’a pu être jointe.

Continuez la lecture

Art

«Salvator Mundi». Le tableau le plus cher au monde serait sur le yacht du prince saoudien MBS

Publié

le

CHEF-D’ŒUVRE L’œuvre aurait été embarquée au milieu de la nuit dans l’avion de MBS et installée sur son bateau, «Le Serene»

 

Le tableau le plus cher au monde voguerait-il sur le yacht du prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane ? C’est en tout cas ce qu’affirme Kenny Schachter, un spécialiste du marché de l’art qui croit avoir localisé le Salvator Mundi de Léonard de Vinci, porté disparu depuis son achat pour une somme vertigineuse il y a un an et demi.

L’œuvre attribuée au maître de la Renaissance a été acquise pour 450 millions de dollars (environ 398 millions d’euros) lors d’une vente aux enchères organisée en novembre 2017 par la maison Christie’s, pulvérisant tous les records du marché de l’art.

Jamais montré en public depuis son acquisition

Depuis, le tableau de 65 cm sur 45, où le Christ émerge des ténèbres bénissant d’une main le monde tout en tenant un globe transparent dans l’autre, n’a jamais été montré en public, suscitant des interrogations sur son acheteur, sa localisation et même son authenticité. Certains spécialistes ont jugé qu’il pourrait avoir été réalisé par des disciples de Léonard de Vinci et non par le maître lui-même.

Officiellement, il a été acquis pour compléter la collection du Louvre Abu Dhabi. Mais selon les informations du Wall Street Journal, l’acheteur serait en fait le prince saoudien Badr ben Abdallah, agissant au nom du puissant prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, surnommé MBS, lequel n’a jamais confirmé ni démenti.

En attendant l’aménagement d’un site culturel ?

Kenny Schachter, collectionneur et marchand d’art basé à Londres, a conforté lundi cette hypothèse sur le site Artnet.com, consacré au marché de l’art. « Apparemment, l’œuvre a été embarquée au milieu de la nuit dans l’avion de MBS et installée sur son yacht, Le Serene », a-t-il écrit, en citant plusieurs sources, dont deux impliquées dans la transaction.

« La peinture avait été retrouvée en lambeaux, divisée en cinq pièces. Elle a dû être rattachée pendant sa restauration (…). Quel mal pourrait bien lui faire une éclaboussure d’eau salée ? », ironise-t-il dans sa tribune.

Pour le spécialiste, le tableau restera en mer en attendant que l’Arabie saoudite parvienne à transformer la région d’Al-Ula en site culturel attirant les touristes internationaux. En début d’année, des musiciens internationaux s’y sont déjà produits, dans un auditorium en verre érigé au milieu des ruines préislamiques de cette zone désertique du nord-ouest saoudien.

Continuez la lecture

Art

Pourquoi Justin Bieber a-t-il défié Tom Cruise pour un combat dans l’octogone?

Publié

le

MISSION IMPOSSIBLE Le chanteur canadien Justin Bieber n’a aucun antécédent connu avec Tom Cruise

 

Dimanche, sur Twitter, Justin Bieber s’est fait remarquer par un tweet, entre la blague et le coup de sang : il défie Tom Cruise pour un combat. Un rendez-vous lancé sur un ring de MMA, aussi appelé octogone, qui rappelle le combat tant attendu entre Booba et Kaaris en France.

Justin Bieber

@justinbieber

I wanna challenge Tom Cruise to fight in the octagon. Tom if you dont take this fight your scared and you will never live it down. Who is willing to put on the fight? @danawhite ?

81,7 k personnes parlent à ce sujet

Mais revenons à notre Justin. Le chanteur ne justifie pas cette provocation… Peut-être que l’interprète de Baby veut seulement démontrer au monde ses talents de boxeur. En effet, il pratique ce sport depuis quelque temps, aux côtés notamment de l’ancien champion Floyd Mayweather.

Un challenge qui prend de l’ampleur

L’acteur de Mission Impossible n’a pas répondu au tweet de Bieber, mais la toile s’enflamme déjà. Le site de pari sportif Betonline a déjà lancé les hostilités, donnant un léger avantage à Cruise.

L’autre silence provient de l’UFC (Ultimate Fighting Championship), la principale organisation de combat libre aux Etats-Unis. Pourtant, dans son tweet, Justin Bieber mentionne Dana White, le président de cette fédération. Seule, la voisine canadienne, l’UFC Canada a réagi, perplexe…

Justin Bieber

@justinbieber

I wanna challenge Tom Cruise to fight in the octagon. Tom if you dont take this fight your scared and you will never live it down. Who is willing to put on the fight? @danawhite ?

1 223 personnes parlent à ce sujet

Un nouveau Fight challenge ?

On hésite entre le coup de com, un nouveau pétage de plombs de Bieber, ou une private joke entre les deux stars. Pourtant, on le pensait calmé depuis son mariage avec le mannequin Hailey Baldwin. En tout cas, Justin Bieber a renchéri par un tweet incluant un vidéo montage assez grotesque mettant en scène le combat des deux stars.

Justin Bieber

@justinbieber

Damn Tom this didn’t go as planned https://m.youtube.com/watch?v=Ilk0DWjercY 

8 692 personnes parlent à ce sujet

Le chanteur a peut-être lancé une nouvelle mode concernant les « challenges » puisque Conor McGregor, le champion irlandais de l’Ultimate Fighting Championship, a proposé son aide pour organiser le combat, mais il en a surtout profité pour défier un autre acteur américain : Mark Walhberg.

Conor McGregor

@TheNotoriousMMA

I challenge Mark Walhberg on the very same card.
Back when mark wahlberg was marky mark, I’d’ve still slapped the ears off him and took my ufc shares back.
McGregor Sports and Entertainment

4 761 personnes parlent à ce sujet
Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr