Connect with us

AGRICULTURE

Limousin: Dans cette ferme, on chouchoute les poules pondeuses et on les laisse vieillir tranquillement

Publié

le

BIEN ETRE ANIMAL La ferme Poulehouse, dans le Limousin, élève des poules pondeuses qui ne seront pas abattues à l’âge fatidique de 18 mois. Elle développe une nouvelle filière éthique de l’œuf

 

Quelques poules rousses caquettent à leur aise, picorant dans l’herbe verte et grasse, pendant que d’autres préfèrent couver à l’intérieur. Les 500 gallinacées hébergées depuis 2017 dans la ferme de 16 hectares Poulehouse de Coussac-Bonneval, en Haute-Vienne, ont un bel avenir de poules pondeuses devant elles. On est loin des lots de 50.000 volailles des élevages industriels.

Elles n’iront pas à l’abattoir à l’âge fatidique de 18 mois, comme leurs 50 millions de congénères en France, au motif qu’elles commencent alors à être moins productives. Elles mourront de leur belle mort, dans cette ferme pilote du Limousin, installée en agriculture biologique, qui accueillera 3.500 volailles à partir du début de l’été. Elles n’ont pas non plus le bec coupé, comme les poules des élevages intensifs, et ne s’attaquent pas puisqu’elles peuvent s’ébattre dans un espace suffisant. Vous l’avez compris, le coeur du projet Poulehouse, c’est le bien-être animal.

Comment produire ces œufs qui ne tuent pas les poules ?

La ferme pilote est une sorte de démonstrateur qui doit permettre de faire basculer des fermes vers ce modèle qui épargne les gallinacées. « On a déjà trois éleveurs (Amiens, Chartres et Orléans) et à la fin de l’année on en comptera huit à dix,et plus de trente l’année prochaine », détaille Fabien Sauleman, l’un des cofondateurs, qui concevait des applications pour smartphone avant de s’intéresser à l’éthologie et d’avoir l’idée d’une filière éthique de l’œuf.

Pour les convaincre de s’associer à la filière, « on leur propose une équation économique plus intéressante que ce qu’ils ont aujourd’hui », promet Fabien Sauleman. Dans les deux premières années, il n’y aura pas de grande différence pour les éleveurs, qui seront sur une rentabilité classique, c’est après que le modèle varie. « A partir de 24 mois et après, une partie des revenus provient de prestations payées par Poulehouse qui sont issues des ventes des premières années, explicite le cofondateur. On est en situation de financer le déficit d’un bâtiment où les poules pondent moins. »

Une partie des recettes de la vente des œufs permet de financer la retraite des poules pondeuses, c’est la raison pour laquelle l’œuf est vendu plus cher  (un euro pièce) qu’un œuf issu des filières déjà existantes. Depuis son lancement en 2017 Poulehouse a vendu deux millions d’œufs, un chiffre qui le pousse à croire que le consommateur est prêt à financer un tel modèle. « On est au début d’une forte accélération, livre Fabien Sauleman. On va retravailler notre politique tarifaire, tout en restant dans le même mode éthique. »

Au départ les œufs ont été distribués dans les magasins bio (Biocoop, Naturalia etc.) mais ils sont maintenant disponibles aussi dans le réseau de la grande distribution (Franprix, Monoprix et Carrefour) pour s’adresser à tout le monde.

Et les poussins ?

Dans une grange de la ferme limousine, on suit Fabien Sauleman qui nous mène à la rencontre d’un millier de poussins. Une odeur de sciure flotte dans l’air, très chaud, puisque la pièce est chauffée à 30 °C. Les poussins pépient, couvrant presque la radio qu’on leur laisse allumée en permanence, afin qu’ils s’habituent à la voix humaine.

« On a beaucoup de paramètres à vérifier dans les premières semaines (température, nourriture etc.) raconte Elodie Pellegrain, cofondatrice de Poulehouse qui vit sur la ferme. Je suis ingénieure agronome de formation mais je ne voulais pas faire de l’élevage initialement car je ne trouvais pas de compromis satisfaisant, Poulehouse me l’a apporté. »

Les poussins sont issus d’un sexage in ovo, c’est-à-dire que grâce à un couvoir situé en Hollande Seleggt, une start-up allemande, une sélection des poussins femelles a eu lieu, évitant que les mâles ne soient broyés à la naissance. Pour développer cette méthode, il manque un couvoir français équipé de cette technologie.

Des projets de recherche sur le site

En lien avec l’ Inra et  Itavi (une unité de recherche avicole à Tours), des projets de recherche vont être menés à partir de cet été sur 3.000 poules, réparties dans trois bâtiments distincts. « On va y tester des choses différentes pour vérifier le vieillissement en fonction du type de conduite d’élevage (variation d’aliments, de lumière etc.) et comment ça se passe en termes de ponte », décrit Fabien Sauleman.

Poulehouse croit au potentiel de son modèle et a l’ambition de se développer de façon accélérée sur la France dans les 12 à 18 prochains mois, et de s’internationaliser à partir de 2021. « On espère pouvoir sauver 400.000 poules dans les années qui viennent », lance Fabien Sauleman.

Il fait le parallèle entre le segment du sans-abattage et celui du plein air, qui semblait un peu incongru dans les années quatre-vingt mais qui s’impose aujourd’hui. Ce ne sont que les débuts de cette nouvelle filière, mais Poulehouse en est sûr, les consommateurs dont les esprits ont été marqués par les vidéos de L214 sont prêts pour cette transition.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AGRICULTURE

Bouches-du-Rhône: Tous les massifs interdits d’accès ce mardi en raison du risque d’incendie

Publié

le

FEU Le département des Bouches-du-Rhône est en « vigilance sécheresse » depuis le 17 juillet dernier

 

Une mesure de prévention. En raison du fort risque d’incendie dans les Bouches du Rhône, tous les massifs sont interdits d’accès, ce mardi, a annoncé la préfecture. La cause ? Le retour du mistral qui favorise les départs de feu.

Préfet de la région PACA et des Bouches-du-Rhône

@Prefet13

⚠️Tous les massifs forestiers des #BouchesduRhône sont interdits d’accès et de travaux ce mardi 13 août ! Le risque d’embrasement est très important ! Pour protéger nos forêts 🌲, respectez les consignes de prudence 🚫🔥🚬

Voir l'image sur Twitter

72

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
97 personnes parlent à ce sujet

Le mistral devrait faire son grand retour, ce mardi, avec des rafales pouvant atteindre les 70 km/heure dans les secteurs de l’Etang de Berre et Salon. Les températures, très élevées depuis plusieurs jours, devraient rester les mêmes.

Sept massifs fermés au public dans le Var

Conséquence, les 24 massifs des Bouches-du-Rhône sont interdits au public ce mardi. Dans le détail, le parc national des Calanques​ sera fermé toute la journée. Il sera donc interdit d’accéder aux calanques de Sormiou, Morgiou, En Vau, Port Miou, Sugiton ou encore Port Pin. Les accès par la mer seront autorisés, mais sans pouvoir débarquer. L’Ile Verte, à La Ciotat, ainsi que les calanques et les plages reculées de la Côte Bleue seront, elles aussi, fermées au public.

Pompiers de France

@PompiersFR

#Communiqué #FNSPF | #FeuxDeForêts : un #pont du #15août à haut risque sur le front des #incendies !#CP à retrouver en intégralité sur ➡️ https://www.pompiers.fr/presse/feux-de-forets-un-pont-du-15-aout-haut-risque 

Voir l'image sur Twitter

50

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
30 personnes parlent à ce sujet

Une situation similaire dans le Var, où sept massifs sur les neuf du département seront fermés au public. Les pompiers des Bouches-du-Rhône et du Var sont intervenus à plusieurs reprises, ces dernières semaines, sur des départs de feu. A Saint Mandrier, près de 25 hectares de pinède ont brûlé.

Continuez la lecture

AGRICULTURE

Gironde: La start up Toopi Organics veut recycler l’urine humaine en fertilisant agricole

Publié

le

OR VERT La start up Toopi Organics, lancée en février dernier en Gironde, veut récupérer l’urine humaine pour la transformer en produits agricoles ou en biomolécules pour différentes industries

 

L’idée de valoriser l’urine humaine pour s’en servir comme fertilisant agricole n’est pas neuve. Au XIXè, des agriculteurs utilisaient déjà des déjections des habitants. Depuis quelques années, elle revient au goût du jour, et quelques initiatives pour structurer une filière commencent à percer, comme celle de Michael Roes, qui travaille sur le sujet depuis plusieurs années.

Après avoir lancé une première entreprise d’engrais biologiques en 2016, MR Organics,il a fondé en février dernier avec deux autres associés  une nouvelle start up, Toopi Organics, à Langon (Gironde), pour valoriser l’urine humaine.

Celle-ci vient de remporter un prix de 65.000 euros de la Fabrique Aviva (initiative de mécénat de l’assureur Aviva France) dans la catégorie environnement et transition énergétique.

« Un non-sens de se débarrasser de l’urine dans l’eau potable »

« L’idée est de créer une filière alternative au tout-à-l’égout pour valoriser l’urine humaine, notamment en fertilisant agricole », raconte Michael Roes. Dans le tout-à-l’égout, l’urine est problématique pour les stations d’épuration et concerne plus généralement la gestion durable de la ressource en eau. La teneur en azote et micropolluants de l’urine favorise notamment le développement d’algues.

« C’est un non-sens de se débarrasser de l’urine dans l’eau potable, soutient Michael Roes, car cela consomme et pollue l’eau. Alors que dans l’urine, on produit tout ce dont on a besoin pour l’agriculture : azote, phosphore et potassium – le triptyque NPK essentiel à la fertilisation. C’est pourquoi notre priorité a été de lancer un projet proposant une solution viable pour les agriculteurs. »

Un biostimulant plus performant que les engrais minéraux conventionnels

Plusieurs produits pourraient voir le jour. « Le premier produit que l’on va fabriquer, c’est un stimulateur de croissance pour augmenter les rendements agricoles, en remplacement des produits minéraux. Nous avons mené des essais concluants avec l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) et la chambre d’agriculture. » Deux études menées par l’école Bordeaux Sciences Agro et l’Inra ont montré que le bio stimulant produit par Toopi est plus performant que les engrais minéraux conventionnels (de 60 % à 110 % de biomasse en plus selon l’étude de Bordeaux Sciences Agro).

« On travaille aussi sur un fongicide agricole, et enfin sur la fabrication de biomolécules pour, entre autres, l’industrie pharmaceutique : on fait pousser des bactéries sur l’urine, ce qui va nous donner des molécules très demandées par ces industriels. »

Quelque 30 milliards de litres d’urine humaine par an en France

« Nous allons dans un premier temps récupérer l’urine auprès des loueurs de toilettes sèches, celles que l’on trouve sur les chantiers du BTP par exemple, auprès des laboratoires d’analyse médicale également, ce qui représente à terme 20 millions de litres d’urine. » La société, installée à la pépinière d’entreprises de Langon, vise un volume de collecte d’urine de 4 millions de litres en 2020. Une première unité de transformation d’une capacité de 180.000 litres devrait être installée en Sud-Gironde d’ici la fin de l’année 2019.

« Mais le marché en France, c’est 30 milliards de litres d’urine humaine, et notre ambition, c’est de récupérer entre 10 et 20 % de ce volume. » Comment, sachant qu’au niveau des habitations, l’urine est mélangée aux autres eaux usées ? « En mettant en place une véritable filière alternative au tout-à-l’égout, via de gros collecteurs qui permettent la séparation de l’urine à la source, et à des unités de transformation sur place. »

Il faudra tout de même au préalable obtenir une autorisation de mise sur le marché du produit. Ce qui est espéré pour 2020.

Continuez la lecture

AGRICULTURE

Du glyphosate pulvérisé sur le blé au Canada? La pratique est légale, mais controversée

Publié

le

FAKE OFF La pratique, dont l’ampleur est difficile à évaluer, est autorisée. L’herbicide est pulvérisé au moins sept jours avant la récolte, pour éliminer les « mauvaises herbes » présentes dans les champs

 

Du glyphosate pulvérisé sur le blé  canadien ? La pratique a été récemment mise en lumière par un article de 60 millions de consommateurs. Le magazine explique que le pays « autorise la pulvérisation de glyphosate sur le blé cinq jours avant récolte : il meurt comme les mauvaises herbes, donc plus besoin de le faucher et d’attendre qu’il sèche… »

L’article, qui date de mai, a été de nouveau mis en lumière cette semaine sur les réseaux sociaux. Des internautes l’ont partagé, en pointant du doigt la marque Panzani. 60 millions de consommateurs indiquait dans cet article que la marque « achète son blé dur au Canada ».

Panzani a démenti ces informations, en expliquant ne pas acheter de blé dur dans ce pays. « Nous nous sommes engagés pour créer la filière Blé Responsable Français, qui assure 95 % d’approvisionnement en blé français en 2019 et vise à atteindre 0 résidu de pesticides d’ici à 2025 (les 5 % restant provenant d’autres pays de l’UE) », précise le fabricant de pâtes. En 2014, Xavier Riescher, directeur général France de la marque,expliquait que Panzani « s’approvisionne majoritairement en France, en Espagne et au Canada. » Les zones d’approvisionnement avant la mise en place de la filière française « dépendaient des années et des récoltes », détaille Xavier Riescher auprès de 20 Minutes. « Sur les deux dernières années, nous n’avons pas acheté de blé canadien », ajoute-t-il.

FAKE OFF

La pulvérisation de glyphosate sur le blé est une pratique légale au Canada. Il est difficile, toutefois, d’évaluer l’ampleur de cette pratique. Une représentante du gouvernement du Saskatchewan, la principale province productrice de blé, explique à 20 Minutes ne pas conserver de statistiques sur le pourcentage de blé traité avec cet herbicide. Selon Radio-Canada, jusqu’à 70 % du blé de cette province est traité avant la récolte, selon les années. Au Québec, environ un quart des champs avait des traces de passage pré-récolte l’an dernier, a constaté André Comeau, un généticien, ancien du ministère de l’Agriculture du Canada, dont les travaux portent sur la création de blés qui n’ont besoin d’aucun pesticide.

L’année dernière, le Saskatchewan a exporté 3 % de son blé dans l’Union européenne, soit un peu plus de 310.000 tonnes, et seulement 0.00029 %, soit 29 tonnes, en France. Quant au blé dur, aucune tonne n’a été exportée en France en 2018.

Eviter d’obstruer la moissonneuse

Pourquoi utiliser du glyphosate sur le blé avant la récolte ? « Le glyphosate en pré-récolte peut fournir des bénéfices pour la récolte en éliminant toute matière verte à graines qui reste dans le champ, détaille la représentante du Saskatchewan. Autrement, la matière pourrait obstruer la moissonneuse. » Autrement dit, le but est d’éliminer les « mauvaises herbes », pour éviter que celles-ci ne gênent la récolte. Les organisations de céréaliers recommandent de procéder à la récolte au plus tôt sept jours après l’application.

Ces organisations préconisent de pulvériser le produit sur un blé déjà mûr : le glyphosate ne doit pas servir de desséchant qui accélérerait la récolte. Les céréaliers détaillent même la marche à suivre dans une campagne de communication. Le but ? Sensibiliser les agriculteurs aux demandes des différents marchés. Un enjeu vital :  85 % du blé canadienest exporté. Toutefois, le blé traité au glyphosate ne peut pas être exporté partout. Récemment, les Italiens se sont en grande partie détournés du blé canadien.

Des traces de glyphosate relevées dans des échantillons de blé

L’autre avantage de ce traitement en pré-récolte, c’est de « rendre les dates de récolte plus flexibles et de ne pas obliger les producteurs à revenir une semaine après pour terminer les zones à maturité tardive », souligne André Comeau, qui s’oppose à cette pratique. Il met en avant un « paradoxe » : « les blés OGM sont toujours aussi mauvais, mais bien des espèces de grains sont pires ». En effet, certains blés OGM sont résistants au glyphosate, au contraire des blés non-OGM.

D’après une étude menée par l’Agence canadienne d’inspection des aliments et révélée par Radio-Canada, des traces de glyphosate ont été relevées dans 80 % des échantillons de blé analysés. « Aucun échantillon ne dépassait les limites permises », détaillent nos confrères.

En France, cette application avant la récolte est « rarement pratiquée », développe la Coordination rurale, un syndicat agricole. Un rapport de l’Inra, qui analyse les pratiques de fermes engagées dans une démarche de réduction de l’usage des pesticides, souligneégalement que la pratique est peu répandue.

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter : https://twitter.com/20minFakeOff

 

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr