Connect with us

Météo

Les transports en commun d’Ile-de-France bientôt climatisés

Publié

le

CANICULE Valérie Pécresse a affirmé ce lundi que les transports en commun de la région allaient être climatisés

 

La présidente de l’Ile-de-France, Valérie Pécresse, a affirmé ce lundi que les transports en commun de la région allaient être climatisés et que «d’ici cinq ans», tout le réseau serait «amélioré» en ce sens. «Les nouveaux bus climatisés que j’ai commandés vont commencer à être mis en circulation dès cette année mais c’est petit à petit que nous remplacerons le parc des 15.000 bus franciliens», a affirmé Valérie Pécresse sur Radio Classique.

«Sur le RER et le métro, j’ai commandé 700 nouvelles rames dont toutes auront au moins de la ventilation réfrigérée, pour les rénovées, ou de la climatisation pour les rames neuves. D’ici cinq ans, tout le réseau de transport sera amélioré», a-t-elle promis.

«Revégétalisation des centres-villes»

Pour affronter la canicule et créer des «îlots de fraîcheur», il faut «replanter des arbres. C’est ce que nous faisons avec un objectif, d’ici fin 2021, de 500 hectares de plantés. 250 l’ont déjà été», a-t-elle ajouté. Valérie Pécresse «espère» également que «tous les maires qui seront candidats auront à coeur cette revégétalisation des centres-villes et notamment des quartiers populaires avec ces barres de HLM et les constructions des dalles de béton qui sont extrêmement chaudes».

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

G7 à Biarritz: Recul de la côte, agriculture raisonnée… Comment les images satellites vont aider la Nouvelle-Aquitaine

Publié

le

ENVIRONNEMENT La région Nouvelle-Aquitaine et le Cnes signeront samedi, pendant le G7 à Biarritz, un partenariat pour favoriser l’exploitation d’images satellites au service du développement durable

 

Les questions environnementales devraient être au cœur des discussions lors du sommet du G7 à Biarritz, du 24 au 26 août. La région Nouvelle-Aquitaine veut en profiter pour mettre ses problématiques sur la table. Samedi, elle signera une convention avec le Cnes (Centre national d’études spatiales) pour « mettre en œuvre des solutions spatiales innovantes » au service du développement durable et de la protection du patrimoine naturel.

« Il s’agit de mettre en place des services utilisant des données et des technologies spatiales croisées avec des données socio-économiques pour élaborer des scénarios d’impacts du changement climatique, explique la région Nouvelle-Aquitaine. Il s’agit aussi de mieux connaître, et donc de mieux gérer, un certain nombre d’éléments essentiels du patrimoine naturel de la Nouvelle-Aquitaine : littoral et eaux de baignades, bassins hydrographiques, massifs forestiers, territoires viticoles, zones humides et étangs (26.000 dans la région). »

Récolte du vin et évolution de la forêt

Le Cnes est à l’initiative d’un observatoire international du climat (« Space Climate Observatory »), qui mettra à disposition de la région des données scientifiques sur les impacts du changement climatique. Contacté par 20 Minutes, Gilles Rabin, directeur de l’innovation, des applications et de la Science au Cnes, explique toutes les applications concrètes que ces données peuvent offrir.

« Prenez la problématique du recul du trait de côte à Lacanau : à part le spatial, je ne vois pas comment vous pouvez la traiter. Les images satellites peuvent aussi permettre de donner des informations, à l’heure près, sur le meilleur moment pour la récolte du vin. C’est aussi un outil pour la sylviculture : il peut montrer l’évolution forestière de la forêt des Landes au centimètre près. »

« L’observation des images seules ne suffit pas »

Responsable des partenariats stratégiques entre le Cnes et les régions, Didier Lapierre ajoute que les images satellites deviendront un outil déterminant dans la gestion de l’agriculture biologique, ou raisonnée. « Il peut y avoir une optimisation des produits utilisés : grâce aux images satellites, on peut voir qu’une maladie se développe à tel endroit, analyser les plantes qui résistent le mieux, ou déterminer les champs qui ont besoin ou pas d’être arrosés. C’est un véritable outil d’aménagement du territoire. »

Des collectivités font d’ailleurs déjà appel aux images du Cnes. Comme l’agglomération de Dax (Landes) concernant l’analyse de ses bâtiments, pour suivre les mouvements de terrain. « Nous avons les données, et c’est la région qui choisit ce qui l’intéresse, poursuit Gilles Rabin. Mais l’observation des images seules ne suffit pas, il faudra ensuite des études d’impact pour déterminer les politiques à mettre en place. »

Continuez la lecture

Bordeaux

Météo Bordeaux: Prévisions du lundi 20 août 2019

Publié

le

MÉTÉO Le ciel va s’éclaircir au cours de la journée. Les températures seront de 19°C le matin et de 23°C l’après-midi…

 
À Bordeaux, petits et grands pourront passer leur journée sous un ciel légèrement nuageux. Une brise de nord-ouest soufflera légèrement. Le matin, on anticipe des températures aux alentours de 19°C. Une météo plus chaude est à prévoir l’après-midi étant donné que les températures vont enregistrer une hausse. Les maximales atteindront les 24°C et les minimales seront de 21°C. Des éclaircies sont attendues : on passera une soirée agréable. Les températures avoisineront les 19°C. Une nuit claire vous attendra entre lundi et mardi.

Demain, le vent va peu à peu éloigner la grisaille dans la capitale mondiale du vin. Un léger vent de nord-ouest sera ressenti par les habitants. Il fera 18°C en moyenne le matin. Demain après-midi, c’est une hausse de plusieurs degrés que vont connaître les températures. Les valeurs s’échelonneront entre 22°C et 25°C. On prévoit une embellie pour cette soirée. Le thermomètre affichera 20°C en moyenne.

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Les conditions météorologiques varieront les jours qui suivent. On s’attend à une amélioration jeudi, après une journée nuageuse mercredi.

Continuez la lecture

Environnement

Canicule: Le nombre de morts durant les épisodes de chaleur de juin et de juillet sera connu en septembre

Publié

le

SANTE En 2018, la canicule avait provoqué la mort d’environ 1.500 personnes

 

Le nombre de morts attribuables aux deux vagues de canicule qu’a connues la France fin juin puis fin juillet sera connu début septembre, a indiqué jeudi la direction générale de la santé (DGS), qui dépend du ministère.

Initialement, ces chiffres devaient être publiés en deux temps : ceux de la canicule de juin devaient être annoncés début août et ceux de juillet devaient l’être fin août ou début septembre. « Du fait de la proximité des deux épisodes majeurs de canicule de fin juin et fin juillet, un seul bilan sera publié par (l’agence sanitaire) Santé publique France, au début du mois de septembre », a indiqué la DGS.

La canicule meurtrière de 2003

Après un épisode de canicule, la publication du bilan de mortalité prend en général un mois, délai nécessaire pour analyser les données et s’assurer que les morts supplémentaires sont bien dus à la chaleur. En 2018, la canicule de fin juillet/début août avait provoqué environ 1.500 morts de plus qu’un été normal.

La canicule la plus meurtrière est celle de 2003. Elle avait fait 15.000 morts entre le 4 et le 18 août 2003, particulièrement dans la région Centre et en Ile-de-France. Dans l’ensemble de l’été, le nombre des morts causés par la chaleur avait atteint 19.490 en France, selon une étude bilan publiée en 2007 par l’Inserm.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr