Connect with us

Buzz

Logement: Des incitations fiscales seront annoncées vendredi par Valls

Publié

le

2048x1536-fit_ministre-interieur-manuel-valls-sylvia-pinel-ministre-artisanat-commerce-tourisme-17-septembre-2013-a-nice

LOGEMENT Selon Les Echos, le Premier ministre devrait notamment annoncer que le dispositif fiscal «Duflot», qui ouvre droit à une réduction d’impôt pour certains investissements locatifs, sera complété…

Le Premier ministre Manuel Valls s’apprête à annoncer de nouvelles incitations fiscales dans le but de dynamiser une construction de logements frappée de plein fouet par la crise, selon la presse. Le chef du gouvernement doit dévoiler vendredi à 15h30, lors d’une conférence de presse commune avec la ministre du Logement Sylvia Pinel, des mesures de relance du secteur.

Selon le quotidien Les Echos daté de vendredi, Manuel Valls devrait notamment annoncer que le dispositif fiscal «Duflot», qui ouvre droit à une réduction d’impôt pour certains investissements locatifs, sera complété. Le «Duflot» accorde actuellement, sous certaines conditions, aux investisseurs une réduction d’impôt de 18% du prix d’achat du bien, si celui-ci est mis en location au moins neuf ans. Le gouvernement a déjà prévu de porter à 21% l’avantage en cas de location pendant 12 ans. Selon Les Echos, il souhaite désormais aussi accorder une déduction d’impôt qui serait moindre, mais acquise au bout de six années de location.

Location ouverte aux ascendants et aux descendants

En outre, la location devrait être ouverte aux ascendants et aux descendants, comme l’a affirmé la presse cette semaine, pendant une période qui sera «prise en compte dans la période minimale obligatoire de location». Jusqu’à présent, en contrepartie de l’avantage fiscal, l’investisseur doit louer le logement acquis à un loyer inférieur d’environ 20% aux prix du marché, à des locataires au niveau de ressources plafonné.

Autre mesure attendue vendredi, selon le journal : «un abattement exceptionnel» sur les plus-values de cession des terrains à bâtir, de l’ordre de «30 à 50%» de celles-ci. Et ce, à la condition que les terrains soient vendus «au bout de quelques années seulement de détention», c’est à dire «trois à cinq ans, voire moins», selon le journal.

«Sur toutes ces mesures de relance, les ultimes arbitrages ne devaient être rendus que cette nuit», affirment Les Echos. La construction est en plein marasme: à fin juillet, les mises en chantier de logements neufs sont tombées aux alentours de 300.000 au cours des douze derniers mois, bien en-deçà de l’objectif gouvernemental d’un demi-million par an.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

Bordeaux : Une architecte « effarée de voir à quel point les belles couleurs des portes de la ville disparaissent »

Publié

le

INTERVIEW Marie-Pierre Servantie, chromo-architecte à Bordeaux, tient une conférence ce lundi sur la place de la couleur dans la vie de tous les jours, et s’indigne au passage de l’aseptisation de notre quotidien

 

Elle combat les murs blancs, les univers aseptisés, et veut remettre de la couleur dans vos bureaux, vos maisons, et même dans la rue. Marie-Pierre Servantie est chromo-architecte à Bordeaux, et présidente de l’association de l’Académie de la couleur. Elle donnera ce lundi une conférence*, à l’occasion du « Blue Monday » : le troisième lundi de janvier serait en effet « le jour le plus déprimant de l’année »… Même si ce concept, né il y a quelques années d’une campagne publicitaire en Grande-Bretagne, n’a rien de scientifique, pour l’architecte « ce sera l’occasion de parler de la couleur dans la mesure où elle peut redonner le moral ».

Marie-Pierre Servantie, chromo-architecte à Bordeaux

Vous vous présentez comme chromo-architecte et coloriste en environnement. En quoi cela consiste-t-il ?

C’est un métier qui touche d’abord l’urbanisme, j’ai travaillé par exemple sur la charte couleur des villes de Bordeaux et d’Arcachon. Cela concerne aussi les études chromatiques d’environnement pour intégrer des usines, des bâtiments, ou des logements. Et je travaille également sur l’architecture d’intérieur – ce qui n’est pas la même chose que la décoration, – de préférence pour les bâtiments recevant du public (hôpitaux, maisons de retraite, bureaux, stades…). J’ai notamment œuvré sur le nouvel hôpital de Libourne et le CHU de Bordeaux. Et je collabore aussi un peu avec des particuliers.

Y a-t-il des règles à respecter pour intégrer ces couleurs ?

Il y a des principes architecturaux pour placer la couleur. Il faut faire une analyse des parties qui avancent, des parties qui reculent, pour que la couleur aille dans le même sens, sachant que les couleurs claires avancent et les couleurs sombres reculent. Si on est dans un couloir, on a la vision de l’espace en longueur, ce n’est pas comme dans une salle carrée, donc on s’adapte en fonction de la forme de la pièce, mais aussi de la lumière et des matériaux. Il y a des endroits qu’il faut réveiller, d’autres qu’il faut calmer.

Et dans la ville, quelle analyse portez-vous sur la place de la couleur ?

Bordeaux est une ville de pierre, où la couleur est donnée par petites touches grâce aux portes des immeubles. Et je suis effarée de voir, dans le cœur de ville, à quel point ces beaux rouges, turquoises, bleus, disparaissent de nos portes quand celles-ci sont repeintes, pour faire place à des taupes et à des gris. Bordeaux perd son identité, et malheureusement ce n’est pas réglementé. Les gens ont peur de s’affirmer, de marquer leur identité, car la couleur fait peur, donc on a une tendance depuis plusieurs années à faire de plus en plus du neutre.

Et que pensez-vous des nouveaux quartiers, comme les bassins à flot ?

Le 18 janvier 2015, quartier des Bassins à Flot à Bordeaux
Le 18 janvier 2015, quartier des Bassins à Flot à Bordeaux – no credit
Aux Bassins à Flot, le code couleur de l'urbanisme est censé rappeler la Garonne, et ses reflets.
Aux Bassins à Flot, le code couleur de l’urbanisme est censé rappeler la Garonne, et ses reflets. – Mickaël Bosredon/20 Minutes

Aux bassins à flot, la gamme est bien pensée, avec des couleurs qui rappellent la Garonne (bardages métalliques, rouille…)

Il y a aussi des couleurs sombres, y compris des noirs, pour moi il n’y a pas de problème à les utiliser, à condition qu’elles soient traitées avec de bons produits résistant aux UV. Pourquoi arrêterait-on le noir et accepterait-on le blanc ? Je suis plus choquée par les pyramides de la rive droite, et ce blanc qui nous saute à la figure…

*Conférence de l’académie de la couleur de Bordeaux, ce lundi 20 janvier à 12 heures, à l’espace Arte Coloris, 23, quai des Chartrons.

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux : Huit églises au total ont été recouvertes d’inscriptions injurieuses

Publié

le

VANDALISME Selon un nouveau décompte effectué ce lundi matin, ce sont en tout huit églises de Bordeaux et Talence qui ont été recouvertes de diverses inscriptions au cours du week-end

 

Huit églises au total ont été recouvertes de tags injurieux au cours du week-end, selon un décompte effectué ce lundi matin par le diocèse de Bordeaux.

Ce message injurieux a été découvert ce dimanche, sur l'église Sainte-Croix à Bordeaux.
Ce message injurieux a été découvert ce dimanche, sur l’église Sainte-Croix à Bordeaux. – Mickaël Bosredon/20 Minutes

« Des tags injurieux ont été constatés sur les églises Notre-Dame, Saint-Eloi, Sainte-Croix, Sainte Eulalie, Saint-Seurin, Sacré-Cœur, et Saint-Paul à Bordeaux, sur l’église Notre-Dame de Talence et sur les établissements catholiques d’enseignement d’Albert le Grand et Saint-Genès à Bordeaux » énumère le diocèse. « Ces tags, tous assortis de la même signature, ont été réalisés dans la nuit du 18 au 19 janvier. » Ils faisaient référence au procès du père Preynat, ou à la manifestation anti-PMA organisée dimanche à Paris.

Le diocèse condamne « cette forme de violence contre les chrétiens »

Mgr Jean-Paul James, archevêque de Bordeaux, le père Samuel Volta, vicaire général en charge de l’agglomération bordelaise, les curés des paroisses concernés Isabelle des Bourboux, directrice diocésaine de l’enseignement catholique, expriment leur « profonde tristesse devant de tels actes », évoquant des « injures obscènes. » Le diocèse de Bordeaux « condamne cette forme de violence contre les chrétiens et contre le patrimoine de nos communes. »

Dès dimanche, les mairies de Bordeaux et de Talence ont annoncé leur intention de porter plainte et ont procédé au nettoyage des édifices. L’archevêque de Bordeaux invite les curés affectataires et les chefs d’établissement concernés à porter plainte également.

Continuez la lecture

Buzz

Municipales 2020 à Biarritz : Pour Edouard Philippe, il n’est « pas envisageable que deux ministres soient candidats l’un contre l’autre »

Publié

le

ELECTION A Biarritz, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume veut se présenter contre le maire sortant Michel Veunac, avec qui le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne s’est allié

 
Le ministre de l’agriculture Didier Guillaume, ici lors du salon agricole Space, le 10 septembre 2019, à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Edouard Philippe a déclaré mercredi qu’il n’était « pas envisageable que deux membres du gouvernement puissent être candidats l’un contre l’autre durablement », en réponse à une question sur la rivalité entre Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne pour la mairie de Biarritz.

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume sera opposé à la liste du maire MoDem sortant Michel Veunac, 73 ans, dans laquelle figure Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, pour les municipales de mars.

« Je leur ai indiqué quelle était la règle »

« Je leur ai indiqué quelle était la règle. Et donc nous nous sommes donné quelques jours pour qu’ils puissent l’entendre et qu’ils puissent en tirer les conséquences et pour que nous puissions nous-mêmes en tirer les conséquences », a déclaré Edouard Philippe à l’issue d’un séminaire gouvernemental, évoquant une « situation baroque ».

« Je serai maire à plein temps », a affirmé Didier Guillaume samedi dernier en officialisant sa candidature, assurant qu’il « ne serait plus au gouvernement » s’il était élu.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr