Connect with us

Art

Hip-Hop: «20 Minutes» a élu la ville la plus rap de France, et ce n’est ni Paris ni Marseille

Publié

le

COMPET A l’occasion des Rendez-vous Hip Hop 2019 dont « 20 Minutes » est partenaire, la rédaction a élu la ville la plus rap de France (rien que ça oui)

 

Quelle est la ville la plus rap de France ? Ou du moins la plus prometteuse ? A l’occasion des Rendez-vous Hip Hop 2019, dont 20 Minutes est partenaire, qui se termineront vendredi (quand se lancera le Paris Hip Hop Festival), la rédaction a tenté de répondre à cette épineuse question. Comment ? En demandant à ses locales de soumettre trois artistes rap émergents de leur région, passés ensuite sur le gril des punchlines et du flow.

Un jury de trois journalistes sans peur et sans reproche (et ne craignant pas les représailles), a ensuite départagé toutes les villes en respectant deux critères principaux : la richesse et la variété des propositions, ainsi que les références de chaque artiste à leur région. Qui de Strasbourg, Paris, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Montpellier, Rennes ou Lille est la grande gagnante de cette compétition ? 20 Minutes vous dévoile son top 3. Spoiler : Paname ne figure pas dans le trio de tête.

Quatrième place (hors compète) : Paris

Entre nous, ça aurait été bien trop facile de sacrer une fois encore Paris, capitale du rap, non ? Au final, nous avons choisi de placer Paname à une 4e place hors compète, car oui, la sélection est plus que prometteuse, mais la victoire aurait été un poil trop évidente. Toutefois, saluons le débit saccadé de P-dro (originaire de Villeneuve-le-Roi).

La frénétique Moon’A (originaire d’Athis-Mons) a aussi de beaux jours devant elle (et célébrons une nouvelle femme dans le rap game !).

Enfin, originaire de Champigny, le flow chill de Nelick ne nous a pas laissés indifférents.

Pour être honnête, on songe sérieusement à organiser une compétion francilienne pour désigner le département l eplus rap d’Île-de-France, mais ça, c’est une autre histoire…

Troisième place : Rennes

Rennes, ville rock et pop par excellence, n’a pas attendu 2019 pour se mettre au hip-hop. N’empêche, la sélection de notre rédaction rennaise nous a agréablement surpris. On attendait des bébés Columbine, on a eu des flows variés, des influences pointues et une belle brochette stylistique. Dans le détail, on a la sale plume de ABD, originaire du Blosne, la ZUP Sud, et fan du Stade Rennais.

Ensuite arrive La Meute : l’afro-trap du collectif venu du quartier Nord de Villejean n’a rein d’original mais fait honneur aux codes du genre.

Enfin, DI#SE originaire de Quimper, est le grand espoir hip-hop breton, ose un lyrisme romantique et un son radical pour son jeune âge.

Bref, Rennes n’a pas volé sa place dans le trio de tête.

Deuxième place : Strasbourg

Honnêtement, on n’a rien contre les Strasbourgeois, et encore moins contre les Alsaciens, mais on n’aurait pas forcément mis une pièce sur cette ville concernant le rap (alors que sur les saucisses, oui). Pour quelles raisons, nous direz-vous ? Aucune, il s’agissait en toute honnêteté, d’un a priori gratuit et infondé. Faisons donc notre mea culpa. Car oui, le Grand Est aussi respire hip-hop. A commencer par Larry et la prod de qualité de son titre Hood. On déplore néanmoins l’obsession maladive de certains rappeurs pour les fesses.

Avec une cover validé par Booba en personne, ainsi qu’un passage remarqué dans Nouvelle Star, on ne pouvait que craquer pour Kamisa Negra. Oui, on penche dangereusement du côté du R’n’B, mais l’artiste n’en est pas moins gangsta et a tout de même un grain de voix exceptionnel.

Ash Kidd n’est plus vraiment ce qu’on appelle un rookie, mais son talent est indiscutable et la région Grand Est ne peut se passer de lui.

Donc non, à Strasbourg il n’y a vraiment pas que des saucisses.

Première place : Bordeaux

Elle n’en a pas l’air comme ça, avec son vin, ses néo-bobos parisiens et ses décennies d’Alain Juppé, mais Bordeaux est notre ville rap française. Petit coup de cœur pour les paronomases (on vous laisse googler) et les sons faussement doux du collectif WL Crew. Et pour le coup, oui, ça s’écoute devant un bon verre de vin.

Si la belle endormie veut se réveiller plus promptement, elle peut compter sur Cirfa, plus énervé et classique mais dont le texte comme le rythme sont franchement plaisants à l’oreille.

C’est ça qu’on aime à Bordeaux, et qui explique sa place de numéro 1, sa diversité musicale. Esday, entre chant et rap, et qui nous l’illustre très bien. Il nous apprend même des leçons de vie et l’antilibéralisme dans sa chanson Life.

Bordeaux a de quoi être fier de ses rappeurs, qui le lui rendent bien. Parmi tous ceux qu’on nous a proposés, c’est de loin les artistes bordelais qui ont le plus de références à leur ville dans leur texte.

Découvrez les autres villes en compétition :

Montpellier

Jiddy Bruh

Vinz

Ateyaba

Lyon

Lucio Bukowski

Mazoo

L’Allemand

Toulouse

Denfima

La Mouette

D1ST

Lille

Bekar

Roxaane

Krilino

Rim’K, Dosseh ou encore Jazzy Bazz aux Rendez-vous Hip Hop 2019 

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Art

«Salvator Mundi». Le tableau le plus cher au monde serait sur le yacht du prince saoudien MBS

Publié

le

CHEF-D’ŒUVRE L’œuvre aurait été embarquée au milieu de la nuit dans l’avion de MBS et installée sur son bateau, «Le Serene»

 

Le tableau le plus cher au monde voguerait-il sur le yacht du prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane ? C’est en tout cas ce qu’affirme Kenny Schachter, un spécialiste du marché de l’art qui croit avoir localisé le Salvator Mundi de Léonard de Vinci, porté disparu depuis son achat pour une somme vertigineuse il y a un an et demi.

L’œuvre attribuée au maître de la Renaissance a été acquise pour 450 millions de dollars (environ 398 millions d’euros) lors d’une vente aux enchères organisée en novembre 2017 par la maison Christie’s, pulvérisant tous les records du marché de l’art.

Jamais montré en public depuis son acquisition

Depuis, le tableau de 65 cm sur 45, où le Christ émerge des ténèbres bénissant d’une main le monde tout en tenant un globe transparent dans l’autre, n’a jamais été montré en public, suscitant des interrogations sur son acheteur, sa localisation et même son authenticité. Certains spécialistes ont jugé qu’il pourrait avoir été réalisé par des disciples de Léonard de Vinci et non par le maître lui-même.

Officiellement, il a été acquis pour compléter la collection du Louvre Abu Dhabi. Mais selon les informations du Wall Street Journal, l’acheteur serait en fait le prince saoudien Badr ben Abdallah, agissant au nom du puissant prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, surnommé MBS, lequel n’a jamais confirmé ni démenti.

En attendant l’aménagement d’un site culturel ?

Kenny Schachter, collectionneur et marchand d’art basé à Londres, a conforté lundi cette hypothèse sur le site Artnet.com, consacré au marché de l’art. « Apparemment, l’œuvre a été embarquée au milieu de la nuit dans l’avion de MBS et installée sur son yacht, Le Serene », a-t-il écrit, en citant plusieurs sources, dont deux impliquées dans la transaction.

« La peinture avait été retrouvée en lambeaux, divisée en cinq pièces. Elle a dû être rattachée pendant sa restauration (…). Quel mal pourrait bien lui faire une éclaboussure d’eau salée ? », ironise-t-il dans sa tribune.

Pour le spécialiste, le tableau restera en mer en attendant que l’Arabie saoudite parvienne à transformer la région d’Al-Ula en site culturel attirant les touristes internationaux. En début d’année, des musiciens internationaux s’y sont déjà produits, dans un auditorium en verre érigé au milieu des ruines préislamiques de cette zone désertique du nord-ouest saoudien.

Continuez la lecture

Art

Pourquoi Justin Bieber a-t-il défié Tom Cruise pour un combat dans l’octogone?

Publié

le

MISSION IMPOSSIBLE Le chanteur canadien Justin Bieber n’a aucun antécédent connu avec Tom Cruise

 

Dimanche, sur Twitter, Justin Bieber s’est fait remarquer par un tweet, entre la blague et le coup de sang : il défie Tom Cruise pour un combat. Un rendez-vous lancé sur un ring de MMA, aussi appelé octogone, qui rappelle le combat tant attendu entre Booba et Kaaris en France.

Justin Bieber

@justinbieber

I wanna challenge Tom Cruise to fight in the octagon. Tom if you dont take this fight your scared and you will never live it down. Who is willing to put on the fight? @danawhite ?

81,7 k personnes parlent à ce sujet

Mais revenons à notre Justin. Le chanteur ne justifie pas cette provocation… Peut-être que l’interprète de Baby veut seulement démontrer au monde ses talents de boxeur. En effet, il pratique ce sport depuis quelque temps, aux côtés notamment de l’ancien champion Floyd Mayweather.

Un challenge qui prend de l’ampleur

L’acteur de Mission Impossible n’a pas répondu au tweet de Bieber, mais la toile s’enflamme déjà. Le site de pari sportif Betonline a déjà lancé les hostilités, donnant un léger avantage à Cruise.

L’autre silence provient de l’UFC (Ultimate Fighting Championship), la principale organisation de combat libre aux Etats-Unis. Pourtant, dans son tweet, Justin Bieber mentionne Dana White, le président de cette fédération. Seule, la voisine canadienne, l’UFC Canada a réagi, perplexe…

Justin Bieber

@justinbieber

I wanna challenge Tom Cruise to fight in the octagon. Tom if you dont take this fight your scared and you will never live it down. Who is willing to put on the fight? @danawhite ?

1 223 personnes parlent à ce sujet

Un nouveau Fight challenge ?

On hésite entre le coup de com, un nouveau pétage de plombs de Bieber, ou une private joke entre les deux stars. Pourtant, on le pensait calmé depuis son mariage avec le mannequin Hailey Baldwin. En tout cas, Justin Bieber a renchéri par un tweet incluant un vidéo montage assez grotesque mettant en scène le combat des deux stars.

Justin Bieber

@justinbieber

Damn Tom this didn’t go as planned https://m.youtube.com/watch?v=Ilk0DWjercY 

8 692 personnes parlent à ce sujet

Le chanteur a peut-être lancé une nouvelle mode concernant les « challenges » puisque Conor McGregor, le champion irlandais de l’Ultimate Fighting Championship, a proposé son aide pour organiser le combat, mais il en a surtout profité pour défier un autre acteur américain : Mark Walhberg.

Conor McGregor

@TheNotoriousMMA

I challenge Mark Walhberg on the very same card.
Back when mark wahlberg was marky mark, I’d’ve still slapped the ears off him and took my ufc shares back.
McGregor Sports and Entertainment

4 761 personnes parlent à ce sujet
Continuez la lecture

Art

Toulouse: Sneakers, graffiti, librairie… L’art urbain prend ses quartiers à Saint-Cyprien

Publié

le

HORS LIGNE Un nouveau lieu dédié aux cultures urbaines et porté par des professionnels du street art ouvre ses portes ce jeudi soir à Toulouse dans le quartier Saint-Cyprien.

 

A quelques encablures du musée des Abattoirs, où le festival Rose Béton prendra ses quartiers en septembre, un nouveau lieu autour du street art ouvre ses portes ce jeudi soir à Saint-Cyprien.

Installé dans une ancienne supérette de 350 m2, «Hors Ligne» est à la fois une galerie d’art, une librairie, un sneaker corner où l’on trouve des baskets complètement folles et une cantine urbaine. Dans cet espace à part, « nous avons voulu créer un lieu de vie autour de l’art urbain », explique Loïc Mondé, un graffeur toulousain, cofondateur de ce lieu.

Alors que les cultures urbaines n’ont pas eu le droit de cité durant plusieurs années à Toulouse, les projets foisonnent désormais. Et leurs représentants pourront s’exprimer dans ce nouvel espace à travers des expositions tournantes et une fresque de 8 m sur 3 qui changera tous les mois.

Lieu éphémère

« Il existait déjà Cobalt, mais cela reste une salle dédiée à l’événementiel qui a accueilli 50.000 personnes lors de la dernière édition du festival Mister Freeze. Là, l’idée est d’avoir un lieu ouvert au public, l’accès à la galerie est libre et c’est en ville », poursuitLoïc Mondé.

A l’image des fresques que l’on croise sur les murs de la Ville rose, ce lieu installé sur les allées Etienne-Billières sera éphémère. Il fermera ses portes en mars 2020, pour peut-être se réinstaller ailleurs.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr