Connect with us

animaux

Hérault: Le coup part alors qu’il chute, un chasseur se blesse grièvement

Publié

le

FAITS DIVERS L’homme a été transporté à l’hôpital de Montpellier, samedi

 

Un chasseur​ d’une cinquantaine d’années s’est grièvement blessé, samedi, tandis qu’il participait à une battue aux sangliers, dans l’Hérault.

Selon Métropolitain, l’homme, seul dans une zone escarpée, aurait brusquement chuté.

Il a réussi à donner l’alerte

La cartouche engagée dans sa carabine se serait alors déclenchée, le projectile l’aurait atteint à l’épaule.

Le chasseur a réussi à donner l’alerte. Grièvement blessé, il a été héliporté à l’hôpital de Montpellier. Selon la gendarmerie de Lodève, citée par le site d’actualité, son pronostic vital ne serait pas engagé.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AGRICULTURE

Procès Maurice le coq : « Une victoire pour la ruralité », le gallinacé autorisé par la justice à continuer de chanter de bon matin

Publié

le

COCORICO ! Le tribunal Rochefort a donné raison ce jeudi à la propriétaire du Coq Maurice, Corinne Fesseau, en déboutant un couple de voisins de leur plainte pour nuisances sonores. Le gallinacé pourra pousser la chansonnette quand il le voudra à Saint-Pierre d’Oléron

 

« Je vais pouvoir garder Maurice à la maison, je suis soulagée et très contente, on a gagné ! », commente pour 20 Minutes Corinne Fesseau, la propriétaire du coq Maurice installée à Saint-Pierre d’Oléron qui était poursuivie par des voisins pour nuisances sonores.

Le tribunal correctionnel de Rochefort vient de rendre son jugement après le procès du 4 juillet dernier et le gallinacé pourra continuer à donner de la voix dès le lever du soleil. Les plaignants devront verser 1.000 euros de dommages et intérêts à l’Oléronnaise et prendre en charge ses frais de justice.

Une jurisprudence autour du coq Maurice ?

Aucune conciliation n’avait été possible avant le procès et cette querelle de voisinage durait depuis deux ans et demi. « Ils n’ont jamais cherché à me rencontrer, ils ont toujours eu recours à la procédure, regrette Corinne Fesseau. Mais voilà je me suis défendue et j’ai gagné ».

Au-delà de sa joie de garder son précieux volatile, Corinne Fesseau espère une jurisprudence autour de son affaire : « c’est une victoire pour la ruralité et l’association [Sauver Maurice le coq Oléronnais] qui m’a beaucoup soutenue va rester active pour défendre les autres ». Elle pense à tous les bruits ruraux (cloches, grenouilles, canards etc.) qui ont suscité des plaintes de la part de voisins mécontents, souvent des néoruraux.

L’Oléronnaise envisage de se rapprocher du maire de Gageac Bruno Dionis du Séjour qui a écrit une lettre ouverte aux parlementaires pour demander l’inscription des bruits ruraux au patrimoine national. Elle-même était soutenue par le maire de sa commune de Saint-Pierre d’Oléron et beaucoup d’élus locaux. « On a même eu des soutiens du monde entier, cela m’a permis de rester positive et confiante », sourit-elle.

Continuez la lecture

animaux

Bordeaux: Un poney meurt à la suite d’un spectacle du Théâtre Zingaro, «un événement rarissime»

Publié

le

FAITS DIVERS Mardi soir, un poney a fait une chute mortelle sur scène lors d’une représentation du théâtre équestre Zingaro sur la place des Quinconces, à Bordeaux. La compagnie déplore un accident rarissime et quelques associations prévoient un rassemblement dimanche 1er septembre

 

Mardi soir, le spectacle équestre Ex-Anima de  la compagnie Zingaro, imaginé parBartabas​, a été émaillé par un accident sur la piste. Alors que les chevaux évoluaient seuls sur scène (palefreniers et cavaliers les suivant en coulisses), un des poneys a fait une chute mortelle devant les spectateurs.

Un courrier a été envoyé aux personnes présentes ce soir-là, dès le lendemain.

 » La compagnie Zingaro est profondément triste de vous annoncer que le poney Alexender, accidenté gravement pendant la représentation, a dû malgré nos soins, être endormi par le vétérinaire ce matin.

Il s’agit là d’un événement rarissime qui se produit pour la première fois en 35 ans au théâtre équestre Zingaro.

Nous sommes désolés que vous ayez assisté à cet accident. Toute la compagnie est bouleversée d’avoir perdu un de ses membres et vous remercie pour vos nombreux messages de compassion ».

L’agence chargée de la communication de la compagnie assure que « l’accident n’est pas du tout lié à la configuration de la salle. Il n’y a pas eu d’erreur humaine, technique ou de sécurité. » Le poney se serait laissé emporter par sa fougue, se trouvant malheureusement au mauvais endroit au mauvais moment. C’est la raison pour laquelle les représentations se poursuivent comme prévu jusqu’au 14 septembre à Bordeaux.

Une manifestation le 1er septembre

Plusieurs associations ont réagi à cet accident. L’association Vénus se dit « scandalisée » par la mort de l’animal qui est pour elle « un bel exemple de l’exploitation animale ». Acta Gironde annonce dans un communiqué l’organisation d’une manifestation prévue le dimanche 1er septembre, « contre l’exploitation des chevaux », sur la place de la Comédie et devant les chapiteaux de Zingaro sur la place des Quinconces.

Elle met en cause la prise en charge de l’animal qui n’aurait pas été sorti immédiatement de scène. Du côté de la compagnie, on explique que le poney s’est relevé dans un premier temps et que l’équipe était déstabilisée, sous le coup de la surprise. Un vétérinaire était sur place et a rapidement pris en charge l’animal.

Bartabas présente la chevauchée fantastique de Calacas«Golgota», la nouvelle danse des ténèbres de Bartabas

Continuez la lecture

animaux

Royan: Après des inscriptions sur le dos d’un rhinocéros de La Palmyre, le zoo va prendre des mesures

Publié

le

L’affaire fait grand bruit depuis mardi. Deux prénoms ont été inscrits dimanche dernier par un visiteur sur le dos d’un rhinocéros du parc de La Palmyre, à Royan (Charente-Maritime). Des photos ont été prises, et circulent sur les réseaux sociaux depuis, suscitant l’indignation de nombreux internautes. La scène a évidemment choqué l’ensemble du personnel du zoo. Joint par 20 Minutes ce mercredi, le directeur du zoo de La PalmyrePierre Caillé, insiste : « Nous tenons à nos animaux, et c’est inadmissible ».

Il tient toutefois à rétablir certains faits. « Je lis que le rhinocéros a été tagué ; on ne peut pas dire cela, c’est impropre. Ce qu’il s’est passé, c’est que quelqu’un a gratté avec son ongle la couche superficielle de peau morte du rhinocéros. C’est totalement irrespectueux, mais le rhinocéros ne s’est même pas aperçu de ce qu’il s’est passé, et il n’a pas souffert », raconte Pierre Caillé.

Code Animal@code_animal

Zoo/indignation
Vous êtes nombreux à nous envoyer ces images d’ du zoo de la Palmyre.
Elles parlent d’elles-mêmes, l’intérêt pédagogique des mis en évidence ?
La captivité transforme des êtres vivants en simples marchandises modelées par l’humain.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
449 personnes parlent à ce sujet

Dans un communiqué, la direction du zoo explique que les rhinocéros se positionnent parfois contre le mur d’enceinte de l’enclos, près des visiteurs, lesquels « ont effectivement la possibilité de toucher la peau de leur dos, et l’immense majorité le fait avec respect ». Pour le zoo, pouvoir approcher un tel animal « suscite l’émotion » du visiteur et permet de « le sensibiliser à la diversité et majesté du vivant ».

Pas envie « que le zoo devienne big brother »

Le parc animalier devrait tout de même prendre des mesures suite à cette affaire. « On va renforcer la présence de nos soigneurs dans le parc, et particulièrement dans cet enclos. Nous avons en tout 35 soigneurs, et notre personnel peut monter à une centaine de membres durant l’été. On va veiller à ce que cela ne se reproduise pas. Nous ne souhaitons pas, à l’heure actuelle, mettre davantage de distance entre les rhinocéros et le public, mais si nous constatons une dégradation des comportements, c’est une mesure que nous pourrions envisager », poursuit le directeur.

« Nous n’avons pas de vidéosurveillance dans le parc, car on n’a pas envie que cela devienne big brother » ajoute-t-il. Il n’exclut pas, toutefois, de positionner quelques caméras à certains endroits du parc.

Pierre Caillé assure que, d’une manière générale, il n’a pas de problème particulier avec le comportement du public. « Il faut juste s’assurer que les visiteurs ne donnent pas de nourriture en trop grande quantité aux singes, car cela peut poser souci, mais c’est tout. »

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr