Connect with us

Transport

Hauts-de-France: La SNCF va devoir livrer tous ses secrets pour l’ouverture à la concurrence

Publié

le

TRANSPORTS L’opérateur historique de transports ferroviaire est accusé de rétention d’informations par la région

 

Gagner du temps. La région des Hauts-de-France a annoncé son intention d’anticiper l’ouverture à la concurrence de ses lignes de TER avant l’échéance fixée à l’horizon 2023 par Bruxelles. Une façon de prendre les devants doublement nécessaire pour la région. D’abord parce que le processus normal s’avère long. Mais aussi pour mettre les choses à plat avec de la part de la SNCF. En effet, selon la région, l’opérateur historique fait de la rétention d’informations, empêchant tout diagnostic fiable de la situation du TER dans les Hauts-de-France. Pour autant, bon gré, mal gré, la SNCF va devoir parler.

« Le même principe que pour l’électricité ou les télécoms »

En ce qui concerne l’exploitation des trains régionaux, la SNCF jouit toujours d’un monopole. Mais, comme c’est déjà le cas pour le fret, ce monopole sur les TER n’existera plus d’ici à 2023 avec la mise en place d’une directive européenne obligeant les états membres à ouvrir ces lignes à la concurrence. « C’est exactement le même principe que pour l’électricité ou les télécoms qui va être appliqué au train », explique maître Amélie Poulain, avocate spécialisée en droit de la concurrence.

Ainsi, pour que la région puisse réaliser ses appels d’offres, la SNCF doit lui mettre à disposition un certain nombre d’informations. Sauf que, selon Franck Dhersin, vice président à la région en charge des Transports, l’opérateur historique traîne des pieds : « Il nous manque pas mal de choses, notamment sur les roulements de matériel roulant, les affectations de personnel ou l’organisation de la maintenance », assure-t-il.

« Dans ce cas, la SNCF ne peut pas invoquer le secret des affaires car elle intervient sur une concession de service public. Dès lors, la législation lui impose de fournir les informations à l’autorité organisatrice, en l’occurrence la région », précise maître Poulain.

La SNCF encourt des sanctions financières et administratives

De son côté, la SNCF assure qu’elle « transmet les données » sans pouvoir « toutefois en faire la liste ». Un effort insuffisant pour la région, laquelle a saisi l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer). L’institution a d’ailleurs confirmé à 20 Minutes qu’elle allait engager une procédure de règlement de différend entre les parties. Après instruction du dossier, l’Arafer disposera de six semaines pour livrer sa décision. Une décision à laquelle la SNCF devra se plier au risque de se voir infliger des sanctions financières et administratives.

« La SNCF pourrait être accusée d’abus de position dominante si elle ne collaborait pas. Mais je pense qu’il s’agit plutôt de gagner du temps pour s’adapter et anticiper au mieux l’arrivée de concurrents », analyse maître Poulain.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

media

SNCF: Pepy veut à nouveau des TGV à un seul niveau pour les lignes secondaires

Publié

le

TRANSPORTS «On ne peut pas mettre un TGV « jumbo » en milieu de journée et courir le risque de n’avoir que 70 personnes à bord, ce serait du gâchis d’argent public», a insisté le patron de la SCNF

Aménagement, agrandissement des surfaces commerciales de la gare Montparnasse.
Visite de l’avancement des opérations en présence de Guillaume Pépy (photo), pdg de la SNCF et de Patrick Ropert, directeur général de Gares et Connexions.

Le patron de la SNCF a indiqué ce samedi dans les colonnes du Parisien qu’il était prêt à acheter de nouveau des TGV à un seul niveau, pour les faire rouler en heure creuse ou sur des axes secondaires.

« Le TGV est un outil d’aménagement du territoire et il le restera », a assuré Guillaume Pepy à des lecteurs du quotidien. Or, a-t-il ajouté, « ce n’est pas de notre faute, (…) Alstom ne construit plus depuis 1993 que des TGV à deux étages. Donc on n’achète que des jumbos qui peuvent emporter entre 515 et 650 passagers. On ne peut pas mettre un TGV « jumbo » en milieu de journée et courir le risque de n’avoir que 70 personnes à bord, ce serait du gâchis d’argent public ».

Pour « une desserte plus fine du territoire »

« Il ne faut pas renoncer aux TGV à deux niveaux pour les lignes saturées, mais pour les lignes qui ne sont pas engorgées (…) je pense qu’il faut qu’on réfléchisse en France à la possibilité d’avoir non plus uniquement des TGV Jumbo de plus de 500 places, mais également des TGV de 300 places qui seraient moins chers à l’achat », a-t-il ajouté. « Aujourd’hui, seule la France a des TGV à deux niveaux. Ils ont permis de faire baisser les prix, mais si l’on veut une desserte plus fine du territoire, il nous faut des TGV de moins grande capacité », a insisté le patron de la SNCF.

« On a besoin d’A380 (des TGV de grande capacité, NDLR), c’est sûr », avait par ailleurs récemment expliqué Guillaume Pepy à l’AFP, reprenant une phrase de la ministre des Transports Elisabeth Borne qui avait dit en 2017 qu’on ne pouvait pas desservir Brive-la-Gaillarde (Corrèze) avec des Airbus très gros porteur A380.

« Mais si on fait par exemple du Lyon-Montpellier ou du Lyon-Strasbourg, est-ce qu’il ne faut pas réfléchir à avoir plusieurs modèles de TGV, et notamment un modèle qui ne soit pas un A380 ? », a-t-il ajouté.

Continuez la lecture

Bordeaux

Gironde: Un accident mortel sur l’A10 dans le sens Paris-Bordeaux

Publié

le

FAITS DIVERS Un homme d’une vingtaine d’années au volant d’un camion aurait perdu la vie en percutant un poids lourd ce jeudi sur l’A10 entre Carbon Blanc et Lormont

 

e jeudi, un jeune homme d’une vingtaine d’années a perdu la vie dans un grave accident de la route impliquant deux poids lourds, rapporte Sud Ouest. Au volant d’un camion-toupie il aurait percuté un autre poids lourd entre les échangeurs 44 (Carbon Blanc) et 45 (Lormont) sur l’autoroute A10 dans le sens Paris-Bordeaux.

VINCI Autoroutes

@VINCIAutoroutes

accident entre 3 🚛 dir. Bordeaux, entre les échangeurs de Carbon-Blanc (n°44) et Lormont (n°45).
➡️Ralentissements dans la zone, circulation sur 1 seule voie au lieu de 3. Equipes sur place. Ecoutez 📻 @Radio1077

Voir les autres Tweets de VINCI Autoroutes

La circulation est très perturbée sur ce secteur sur lequel les secours sont encore en cours d’intervention. Les autorités conseillent de prendre les sorties de Saint-André-de Cubzac/Blaye (n°40) ou plus haut, Blaye-Montendre.

Rocade de Bordeaux

@BordeauxTrafic

16h50 : Trafic perturbé au Nord de Bordeaux suite à accident grave impliquant 2 poids-lourds aprés l’éch 44 Carbon-Blanc

Autoroute A10

@A10Trafic

16h40 : Suite à grave accident en direction de Bordeaux après sortie 44 Carbon Blanc, sortie conseillée à St André de Cubzac/Blaye n°40 et plus haut sur l’#A10
sortie conseillée à Blaye-Montendre
Ecoutez @Radio1077#A10 #InfoTrafic

Voir les autres Tweets de Rocade de Bordeaux
Continuez la lecture

Bordeaux

Vélo: Strasbourg et Bordeaux dans le top 15 mondial des villes cyclables

Publié

le

TRANSPORTS Selon un nouveau classement, Strasbourg est 12e et Bordeaux 13e des villes où il fait bon pédaler

 

Strasbourg truste souvent la première place des classements des villes cyclables. Mais la capitale alsacienne est challengée par d’autres villes, notamment Bordeaux. Souvent, d’ailleurs, on les retrouve toutes deux citées dans des classements internationaux. Ainsi en 2017, la capitale alsacienne était 4e ville mondiale selon l’index du cabinet danois Copenhagenize Design Co, tandis que Bordeaux remontait à la 6e place.

Dans un tout nouveau classement, cette fois établi par le site Coya et basé à la fois sur le nombre de déplacements à vélo, le risque d’accident, la météo ou encore l’offre de boutiques spécialisées dans la ville, Strasbourg se classe désormais 12e, trois centièmes devant Bordeaux, 13e.

La première ville mondiale où il fait bon pédaler est Utrecht aux Pays-Bas, selon ce même classement. Elle devance Münster (Allemagne) et Anvers (Belgique). A noter que Nice se classe 28e, Nantes, 29e, et Paris, 32e.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr