Connect with us

AGRICULTURE

Gironde: Éoliennes, chaufferettes, ballots de paille… Quels sont les moyens (rustiques ou pas) pour éviter le gel dans les vignes?

Publié

le

COUP DE FROID Alors que des températures de -2°C à -4°C ont été enregistrées dans le vignoble bordelais, un spécialiste de la Chambre d’agriculture de la Gironde explique à 20 Minutes les différents moyens d’action à disposition des vignerons

 

Les vignerons font tout ce qu’ils peuvent pour sauver leur récolte alors que les températures oscillent entre -2°C et -4°C au petit matin, ces derniers jours, et que les premières estimations de l’Interprofession font part de 5 à 10 % de pertes de récolte.

« L’idée de tous les moyens de lutte contre le gel, c’est d’augmenter la température dans les vignes, relève Bruno Samie, coordinateur des conseillers viticoles à la Chambre d’agriculture de la Gironde. A partir de -3 °C, on commence à avoir de vrais soucis ».

Les vignes ne sont pas toutes vulnérables de la même façon au gel, cela dépend de leur exposition et aussi de leur enherbement. « Il faut que le niveau d’herbe soit d’une hauteur raisonnable pour ne pas créer une humidité supplémentaire », précise Bruno Samie.

  • Asperger ses vignes d’eau, en continu

C’est une technique difficile à mettre en œuvre puisqu’il faut pouvoir disposer d’une grande réserve d’eau et d’un système de pompage adéquat. Des propriétés de Margaux y ont eu recours. C’est aussi une méthode adoptée par une cave coopérative de Chablis, en Bourgogne, relève Bruno Samie. L’eau doit être diffusée en continu pour éviter qu’elle ne se fige en glace. « C’est un procédé très efficace jusqu’à des températures de -6 °C -7°C mais très lourd à mettre en place, commente le spécialiste. Il faut des autorisations de pompage puisque la consommation est d’environ 40 m3 d’eau par hectare, ce qui est énorme ».

  • Des éoliennes fixes et mobiles pour brasser l’air chaud

Ces « gros ventilateurs » ont pour fonction de ramener l’air chaud vers les plants de vignes pour augmenter la température globale dans le vignoble. Les éoliennes font une dizaine de mètres de haut et la plupart sont mobiles. Des vignobles de Pessac-Léognan et de Saint-Emilion y ont recours. « L’hélicoptère c’est le même principe mais c’est plus cher et plus difficile à organiser, notamment vis-à-vis des riverains », note Bruno Samie.Le Château d’Arsac en a déployé trois au-dessus de son vignoble de 110 hectares dimanche et lundi. L’hélicoptère peut « réchauffer » 20 à 30 hectares contre 5 hectares pour une éolienne.

  • ​Des chaufferettes et ballots de paille

Les chaufferettes sont des sortes de grosses bougies dispatchées dans les rangs de vigne qui fonctionnent à base de bûches calorifiques. Elles sont efficaces jusqu’à des températures de – 4 °C et certaines peuvent faire l’objet d’un allumage automatique. Les ballots de paille et de bois restent les solutions les plus rustiques et les plus fastidieuses à mettre en place. « Il faut obtenir une autorisation en préfecture car l’écobuage est interdit, rappelle Bruno Samie. Et, il ne faut pas que les températures soient trop basses ».

Ces derniers jours, un peu tous les secteurs du Bordelais ont été touchés par le gel. L’évaluation des dégâts est encore en cours. L’interprofession estime que les pertes de récolte constatées seront sans conséquences marquées sur la récolte globale.

« A Sancerre ou dans les Pays de la Loire, il gèle tous les ans, les vignerons y sont habitués », remarque le coordinateur. Les viticulteurs bordelais de plus en plus soumis aux caprices climatiques vont peut-être devoir en prendre de la graine.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AGRICULTURE

Conditions d’élevage, concurrence déloyale… Le Ceta fait trembler les éleveurs bovins français

Publié

le

AGRICULTURE Les éleveurs bovins français dénoncent des conséquences économiques « désastreuses » qu’aurait le traité commercial UE-Canada qui doit être ratifié ce mercredi à l’Assemblée nationale. Farines animales, antibiotiques, concurrence… Les craintes sont multiples

 

A la veille de la ratification par l’Assemblée nationale du traité commercial UE-Canada, le Ceta, les éleveurs bovins français sont aux abois.

Parmi les principaux sujets d’inquiétude des éleveurs bovins français: voir débarquer dans les assiettes du boeuf canadien nourri aux farines animales et, avec lui, le souvenir de la maladie de la vache folle (ESB).

La crainte des farines animales « non fondée » ?

Pour le ministère de l’Agriculture, cette crainte «n’est pas fondée»: «Quand on parle de farines animales, on fait référence aux farines de ruminants, qui ont été à l’origine de la maladie de la vache folle», estime le ministère, faisant valoir que ces produits sont interdits au Canada.

L’Union européenne les a également bannies, mais ne s’est pas arrêtée là, contrairement au Canada: elle a généralisé l’interdiction à ce qu’on appelle les protéines animales transformées, qui sont aussi des farines animales, mais issues de volailles et de porcs. Pour le ministère, si cette interdiction perdure, c’est pour des raisons d’acceptation des consommateurs, et non de sécurité sanitaire.

« Une incohérence politique terrible » pour la Fédération nationale bovine

L’interdiction avait été prise après la constatation de contaminations croisées entre les farines de ruminants à l’origine de l’ESB et les farines de porcs et de volailles qui pouvaient être transportées dans les mêmes camions. Mais le ministère affirme que Canadiens comme Européens ont «sécurisé leur circuit de distribution».

«Avant même de savoir si on les réintroduit en Europe, on est prêt à rouvrir notre marché à des viandes issues d’animaux nourris avec des farines animales», s’alarme néanmoins Bruno Dufayet, président de la Fédération nationale bovine (FNB), qui dénonce une «incohérence politique terrible». D’autant plus criante, selon lui, dans le contexte de montée en gamme de l’agriculture française après les Etats généraux de l’alimentation. Pour Bruno Dufayet, «le risque de contamination croisée est toujours présent».

La crainte aussi des bêtes dopées aux antibiotiques

Les éleveurs français s’inquiètent également de l’utilisation, outre-Atlantique, d’antibiotiques comme activateurs de croissance. Une pratique qui concerne, selon le ministère «l’ensemble des pays tiers qui fournissent l’UE en viande».

A moyen terme, l’Europe pourrait légiférer sur le sujet: un règlement décidé par le Parlement européen et le Conseil, publié début 2019, «demande à la Commission de prendre des dispositions visant à interdire l’importation à partir de pays tiers qui continuent à autoriser les antibiotiques comme promoteurs de croissance», selon le ministère, qui table sur une entrée en vigueur en janvier 2022.

Ce texte est jugé «très bon» par les éleveurs. Seul hic, «l’acte délégué pour le mettre en place n’est pas sorti: ça veut dire que d’ici 2022, on va pouvoir importer sans protéger des antibiotiques», estime Bruno Dufayet. Si le texte n’est pas encore devenu effectif, selon lui, c’est parce que l’Europe craint de se faire taper sur les doigts par l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), comme dans le dossier du boeuf aux hormones, dans lequel l’OMC avait finalement donné gain de cause aux Etats-Unis.

Un marché déstabilisé à moyen terme

Les éleveurs bovins n’ont de cesse de dénoncer des conséquences économiques désastreuses pour leur filière, compte tenu des contingents de boeuf que pourront exporter les Canadiens. Le ministère fait valoir qu’alors que le Ceta est déjà entré en vigueur il y a bientôt deux ans à titre provisoire, la France a importé seulement 119 tonnes équivalent carcasse de bovins canadiens en 2018. A l’échelle de l’Europe, selon des chiffres canadiens, le pays nord-américain n’a exporté que 1.000 tonnes de viande de boeuf, soit à peine 2% du quota accordé par le Ceta.

«On savait très bien qu’il leur fallait un certain temps pour s’adapter à produire sans hormones», explique toutefois à l’AFP Bruno Dufayet. D’autant plus que la diminution des droits de douanes est progressive sur cinq ans, soit autant d’années pour s’adapter aux demandes de l’Europe.

«Ce qui va arriver sur le marché, c’est uniquement les morceaux nobles. Ils vont venir se positionner sur le segment le plus rémunérateur, l’aloyau», déplore l’éleveur auvergnat. Un segment de 400.000 tonnes de viande en Europe, susceptible d’être fragilisé par l’arrivée d’un contingent de 65.000 tonnes de boeuf canadien, tel que prévu par l’accord.

Continuez la lecture

AGRICULTURE

Chine: La croissance chinoise au plus bas, une première depuis 27 ans

Publié

le

ECONOMIE La croissance chinoise s’est essoufflée sur un an au second trimestre en dépit des efforts de soutien engagés par Pékin

 

Au plus fort des tensions commerciales avec Washington, la croissance chinoise s’est essoufflée sur un an au second trimestre (+6,2 %), signant sa plus faible performance depuis au moins 27 ans, en dépit des efforts de soutien engagés par Pékin.

Ce chiffre, conforme aux prévisions d’un panel d’experts sondés la semaine dernière par l’AFP, a été annoncé lundi par le Bureau national des statistiques (BNS). C’est la plus faible hausse du PIB depuis le début de la publication des données trimestrielles en 1992, selon l’agence Bloomberg.

Les incertitudes augmentent

« L’environnement économique est toujours compliqué, tant en Chine qu’à l’étranger, la croissance économique mondiale ralentit et les instabilités et incertitudes externes augmentent », a reconnu le porte-parole du Bureau national des statistiques (BNS), Mao Shengyong. Le président américain Donald Trump, qui ne cesse de dénoncer l’excédent commercial de la Chine vis-à-vis de son pays, a imposé l’an dernier des droits de douane punitifs sur de nombreux produits chinois.

Washington a décidé en mai de porter ces surtaxes douanières de 10 à 25 % sur 200 milliards de biens chinois exportés annuellement vers les Etats-Unis, après l’échec des pourparlers avec Pékin. Mais Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping ont décrété fin juin une trêve dans leur guerre commerciale après une rencontre à Osaka (Japon) lors du sommet du G20.

« Enormes répercussions »

« La guerre commerciale a d’énormes répercussions sur l’économie chinoise », estime Edward Moya, analyste du courtier Oanda. « Et comme les négociations peinent à réaliser des progrès significatifs, nous sommes certainement encore loin du creux de la vague pour l’économie chinoise », selon lui.

La semaine dernière, négociateurs chinois et américains ont repris le dialogue par téléphone sans toutefois annoncer de prochaine rencontre de haut niveau pour tenter de sortir de l’impasse. « Le fait qu’un indicateur économique soit conforme aux prévisions est tout de même un énorme soulagement », s’enthousiasme Stephen Innes, analyste de la société d’investissement Vanguard Markets.

Pour soutenir l’économie réelle, le gouvernement chinois s’est engagé en mars à baisser de près de 2.000 milliards de yuans (265 milliards d’euros) la pression fiscale et sociale sur les entreprises. Pékin​ joue également les équilibristes, en essayant de soutenir les entreprises ayant besoin de crédit, mais sans trop gonfler leur endettement.

Des ventes solides

Mercredi, le Premier ministre chinois Li Keqiang a appelé à renforcer le soutien aux entreprises tournées vers l’international et promis des allégements fiscaux, au moment où Pékin peine avec ses exportations. Le mois dernier, les ventes de la Chine à l’étranger ont reculé de 1,3 % sur un an, après un rebond de 1,1 % en mai.

Les exportations, fortement pénalisées par la guerre commerciale, sont un des piliers de l’économie du géant asiatique. C’est la raison pour laquelle la Chine poursuit le rééquilibrage de son économie, en mettant davantage l’accent sur la consommation intérieure. Ces chiffres encourageants suggèrent que « la croissance est en train de se stabiliser » en Chine, estime Raymond Yeung.

Continuez la lecture

AGRICULTURE

Bordeaux: Pour la vigne, la canicule «c’est magique» assurent des viticulteurs

Publié

le

FORTE CHALEUR Les viticulteurs bordelais estiment que les quelques jours de forte chaleur qui touche la région promettent une belle récolte

 

Concentrée sur quelques jours seulement et à ce moment-là de l’année, la canicule ne fait pas peur aux vignerons, bien au contraire. « Nous sommes en train de faire cuire le mildiou », lance, satisfait, Philippe Bardet, viticulteur à Saint-Emilion, en évoquant les épisodes de fortes chaleurs qui devaient toucher la Gironde et la région, pouvant dépasser les 40 degrés.

« Deux, trois jours de canicule à Bordeaux, à cette période, c’est magique », ajoute ce président de la commission technique du CIVB (Comité Interprofessionnel du vin de Bordeaux). Dramatiquement touché l’an dernier par le mildiou, ce champignon qui adore l’humidité et détruit les grappes, le vignoble bordelais en avait repéré cette année « un petit peu mais il était sous contrôle », dit Philippe Bardet.

Le risque de mildiou affaibli

Ce pic de chaleur intervient fin juin à un moment où la grappe, encore en formation, aurait pu être sensible au mildiou. « Dans trois semaines, les raisins, quand ils commencent à rougir, n’y seront plus sensibles », se réjouit-il. Et comme la « nature est bien faite », la vigne a « compris qu’elle allait manquer d’eau et protège ses raisins au lieu de produire des feuilles, et ça, c’est excessivement bon pour la qualité ».

Avec cet épisode de chaleur, « le risque (de mildiou)​ diminue », renchérit Bernard Farges, président du syndicat des AOC Bordeaux et Bordeaux supérieur, qui rassemble 4.500 viticulteurs. En ce moment, « la vigne est saine. C’est une plante méditerranéenne, elle aime la chaleur. De plus, il a plu récemment. Son pied n’est pas sec. La vigne aime ça », dit-il.

Des difficultés pour les travailleurs agricoles

Reste qu’il est évidemment « difficile de travailler dans les vignes » actuellement, ajoute le viticulteur dans l’Entre-Deux-Mers, d’autant qu’il y a énormément de travail en ce moment. « Avec le temps des vendanges, la fin juin, c’est un pic de travail. Il y a le palissage de la vigne, l’écimage, la tonte de l’herbe… »

Pour mieux affronter la chaleur, « les équipes démarrent à 5h30/6 heures. Cela veut dire que certains se lèvent très tôt, ils ont de la route à faire », dit-il.

« Les gens ont l’habitude, patrons comme salariés », renchérit Frédéric Faux, en charge de la production agricole pour la CGT-Gironde. « On aménage les horaires de travail, on donne des conseils de prudence aux plus jeunes. On connaît ça en agriculture, ça ne nous perturbe pas plus que ça ».

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr