Connect with us

Buzz

«Gilets jaunes» en Vendée: Cinq manifestants blessés après un acte 25 tendu à La Roche-sur-Yon

Publié

le

MANIFESTATION Une manifestation interrégionale des «gilets jaunes» a dégénéré samedi après-midi à la Roche-sur-Yon, en Vendée

 

Une faible mobilisation mais une forte tension. Samedi, environ 500 personnes (selon la police) ont défilé lors de la manifestation interrégionale des « gilets jaunes » à la Roche-sur-Yon en Vendée. Bilan : cinq personnes ont été blessées lors de heurts avec les forces de l’ordre, et une dizaine d’interpellations ont été réalisées.

Selon la préfecture, 8 gardes à vue étaient d’ailleurs toujours en cours samedi soir, notamment pour « des faits de violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, participation armée à une manifestation, attroupement avec armes, dissimulation du visage en manifestation, détention de stupéfiants, et pour certains il leur a été relevé la participation à une manifestation interdite ».

La manifestation a dégénéré

Les manifestants venus notamment de Nantes, Angers et la Rochelle, s’étaient donné rendez-vous devant la gare routière à 13h30, et ont battu le pavé de la cité vendéenne jusqu’à la dispersion vers 18h. La manifestation, démarrée dans le calme, s’est tendue vers 15h, donnant lieu à l’emploi de gaz lacrymogènes.

Les heurts entre manifestants et forces de l’ordre se sont poursuivis lorsque des manifestants ont bloqué le rond-point Bernard Palissy, le plus important de Vendée en termes de trafic. Et allumé un feu, rapidement éteint par les pompiers. Selon une source policière, les blessures recensées sont des plaies à la tête et un nez cassé. Une dame, qui a reçu un élément de grenade dans le dos, a été brûlée, selon plusieurs sources.

Dégradations moins importantes qu’en février

Selon les services de l’Etat de Vendée, « la forte mobilisation des forces de l’ordre (…) ainsi que les mesures d’interdiction et de contrôles mises en oeuvre ont permis de limiter les débordements, les violences et les destructions ».

La préfecture a souligné que « plusieurs dizaines de personnes (étaient) venues pour commettre des dégradations ». Les dégradations ont finalement été « beaucoup moins importantes que lors de la manifestation du 9 février dernier ». « Plusieurs incendies et tentatives d’intrusions dans des magasins ont eu lieu » dans le centre-ville et la zone commerciale. La manifestation de la Roche-sur-Yon avait été interdite dans une partie du centre-ville vendredi par arrêté du préfet, par crainte de débordements.

  • Faits divers
  • Gilets jaunes
  • Manifestation
Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Buzz

Automobile: Le gouvernement restreint la prime à la conversion

Publié

le

VOITURES Plus de 250.000 dossiers ont déjà été déposés au 14 juillet 2019

 

L’aide est maintenue mais elle sera plus stricte. La prime à la conversion, dispositif d’aide au remplacement d’un véhicule ancien par un véhicule moins polluant, sera restreinte à partir du 1er août, d’après un décret publié mercredi. Ce dispositif a rencontré un vif succès.

« Le gouvernement a décidé de renforcer l’efficacité du dispositif sur le plan environnemental tout en ciblant davantage le soutien public sur les ménages les plus modestes », a mis en avant mercredi soir dans un communiqué le ministère de la Transition écologique et solidaire, désormais dirigé par Elisabeth Borne. Le décret, publié au Journal officiel, prévoit notamment d’exclure du dispositif l’achat de véhicules de plus de 60.000 euros. Il stipule aussi que les véhicules acquis devront afficher des émissions de CO2 inférieures à 117 grammes par kilomètre, contre un plafond de 122 grammes jusqu’à présent.

250.000 demandes déposées

Les véhicules classés en vignette Crit’air 2 et immatriculés avant le 1er septembre 2019 ne seront plus du tout éligibles à la prime à la conversion, excluant donc du dispositif tous les diesels immatriculés avant cette date. En revanche, les véhicules flex-fuel fonctionnant au superéthanol E85 seront favorisés car leur éligibilité prendra en compte un abattement de 40 % sur leurs émissions de CO2.

Le montant de l’aide, qui dépendait du caractère imposable ou non du ménage, sera désormais fonction du « revenu fiscal de référence par part » et « les différents niveaux de prime sont revus à la baisse à l’exception des véhicules les plus propres », stipule le décret. La prime pourra cependant toujours atteindre jusqu’à 5.000 euros pour les ménages les plus modestes acquérant une voiture hybride ou électrique.

La prime à la conversion concerne des acheteurs de véhicules neufs ou d’occasion, thermiques ou électriques, mettant au rebut un véhicule ancien essence ou diesel. « 250.000 demandes d’aides ont d’ores et déjà été déposées au 14 juillet 2019 pour accompagner les Français dans leur changement de véhicule, contre 100.000 au cours du premier semestre de l’an dernier », indique mercredi soir le ministère.

Des stocks de voitures plus éligibles

Il souligne que « si un tel rythme de dépôt de près de 10.000 demandes par semaine était maintenu, plus de 450.000 dossiers seraient déposés sur l’année et l’objectif d’un million de primes serait atteint dès le milieu de l’année 2020 ». « En outre, la prime dépasserait de 300 millions d’euros le budget d’environ 600 millions initialement prévu dans la loi de finances pour 2019 », met également en avant le ministère.

Le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), qui représente notamment les concessionnaires, avait dénoncé dans la journée « une décision prise sans concertation, au cœur de l’été » et qui « anéantit complètement le dispositif qui permettait d’aider les ménages à acquérir un véhicule moins polluant ». Elle estime que les « montants d’aide ont été drastiquement diminués » avec le seul objectif de maîtriser les dépenses publiques et demande « en grande urgence une rencontre » avec la nouvelle ministre de la Transition écologique et solidaire.

Les concessionnaires devraient subir un important préjudice économique avec la dévalorisation d’une partie de leur stock d’automobiles qui ne sera plus éligible à cette aide gouvernementale. En revanche, la filière bioéthanol s’est réjouie du décret, estimant qu’il « incitera les constructeurs automobiles à développer des motorisations flex-fuel E85 ». « Le superéthanol E85 réduit de plus de 40 % les émissions nettes de CO2 » a affirmé la Collective du bioéthanol, dans un communiqué.

Continuez la lecture

Bordeaux

Réforme des retraites: «Age d’équilibre», réversion… Quelles sont les préconisations de Jean-Paul Delevoye?

Publié

le

TRAVAIL Le haut-commissaire à la réforme des retraites propose notamment un « âge d’équilibre » à 64 ans, assorti d’un système de décote-surcote

 

A quoi va ressembler la retraite du futur ? Ce jeudi, le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a rendu son rapport et ses préconisations pour ce futur « système universel ». « Age d’équilibre », décote, minimum augmenté à 85 % du Smic, réversion… 20 Minutes liste ses propositions.

Un « âge d’équilibre » à 64 ans avec décote/surcote

Le haut-commissaire a proposé que le futur « système universel » comprenne un « âge d’équilibre » assorti d’un système de décote-surcote, à 64 ans pour la génération née en 1963, dans son rapport rendu public jeudi. Pour inciter « au prolongement de l’activité » et garantir l’« équilibre du système » en place dès 2025, il préconise que « l’âge du taux plein » permettant une retraite complète « soit le même pour tous, contrairement à aujourd’hui où il est compris entre 62 et 67 ans en fonction de la durée travaillée ». Cet âge « évoluera comme l’espérance de vie », précise Jean-Paul Delevoye.

Un minimum de retraite augmenté à 85 % du Smic net

Jean-Paul Delevoye propose de garantir un minimum de retraite égal à 85 % du Smic net, contre 81 % pour les salariés et 75 % pour les agriculteurs actuellement. Ce nouveau minimum « bénéficiera notamment aux exploitants agricoles, aux artisans, aux commerçants et aux personnes, souvent des femmes, qui ont durablement travaillé à temps partiel », précise-t-il dans ces préconisations qu’il doit remettre en fin de matinée au Premier ministre Edouard Philippe.

Une majoration de 5 % dès le 1er enfant

Les droits à la retraite pourront être majorés de 5 % par enfant et dès le premier enfant, contre 10 % actuellement pour les parents de trois enfants et plus, écrit-il dans son rapport. Cette majoration des points acquis pourra être partagée entre les deux parents, alors que la majoration actuelle est accordée aux deux parents. A défaut, elle sera attribuée à la mère, les femmes, qui « ont une pension moyenne inférieure de 42 % à celle des hommes », devant être « les principales bénéficiaires des mesures de solidarité liées aux droits familiaux », selon les préconisations que Jean-Paul Delevoye.

Un dispositif de réversion garantissant au survivant 70 % de la retraite du couple

Les pensions de réversion versées aux veuves et veufs dans le futur « système universel » garantissent 70 % du total des retraites perçues par le couple, propose-t-il. Ce « dispositif unique » pour tous remplacerait « les 13 règles différentes existant actuellement », sans modifier « les règles applicables aux retraités actuels », précise Jean-Paul Delevoye. Les femmes sont les principales bénéficiaires des pensions de réversion.

Continuez la lecture

Art

VIDEO. «Le Roi Lion»: Cette nouvelle version «live» est une merveille de techniques et d’émotions

Publié

le

LIVE Jon Favreau a utilisé des technologies de pointe pour sa version live du « Roi Lion » qui sort en salle ce mercredi

 

Jon Favreau a eu envie de recréer Le Roi Lion en images de synthèses d’un réalisme ahurissant après un safari en Afrique. Après avoir signé la version live du Livre de la jungle en 2016, le réalisateur démontre qu’il peut aller encore plus loin sans perdre en émotions.

Le succès du dessin animé de 1994 et de la comédie musicale de 1997 a rendu inoubliable l’histoire de Simba, lionceau dont le père a été assassiné et le trône usurpé par son oncle Scar. « J’étais convaincu que l’on pouvait respecter l’œuvre originale tout en lui donnant vie autrement », explique Jon Favreau dans le dossier de presse. Et c’est une réussite.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Olivier Dion

@OlivierDion

Guyssss vous dire à quel point j’ai passé un bon moment. Frissons, émotions, nostalgie… Moment unique hier à l’avant-première du Roi Lion merci @DisneyFR 🦁 #LeRoiLion

437

102 personnes parlent à ce sujet
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

En terrain connu

La lionne Nala, le phacochère Pumba, le suricate Timon et l’oiseau Zazu, le calao à bec rouge sont de nouveau présents dans cette nouvelle version dont les péripéties demeurent fidèles au film de 1994. Les amoureux du Roi Lion évolueront en terrain familier. « Je savais que je devrais procéder avec beaucoup de soin, que c’était une immense responsabilité. Il fallait surtout ne rien abîmer », reconnaît Jon Favreau. Les musiciens Elton John, Tim Rice et Hans Zimmer ont, eux aussi, remis leurs chansons de premier opus au goût du jour.

Animation ou réalité ?

Entre prises de vues réelles et animation, le réalisateur des deux premiers Iron Manpousse encore plus loin la technologie pour livrer une expérience immersive. « C’est comme de la magie. Nous réinventons le média, » annonce-t-il. Les décors du film ont tous été intégrés à un moteur de jeu permettant à Jon Favreau d’évoluer dans l’environnement des personnages et de régler ses plans comme s’il était réellement sur place. Il a pu ainsi créer son film en réalité virtuelle avant de le mettre en chantier. Des scènes clefs comme la cavalcade des gnous ou le combat final avec les hyènes sont à couper de souffle.

Performances animales

Plus encore que dans Le Livre de la jungle, le spectateur est abasourdi par la justesse des expressions des héros animaux. Jon Favreau a capté les performances de ses acteurs avec six caméras cachées derrière des rideaux de façon à ce que les comédiens oublient la technique comme s’ils jouaient au théâtre. « La technologie s’efface pour saisir la dynamique réelle des acteurs entre eux, explique-t-il. Plus tard, les animateurs ont pris pour source ces émotions authentiques éprouvées et exprimées par des humains. » Là encore, le public est bluffé par un résultat capable de le faire vibrer comme s’il était dans la savane aux côtés de Simba et de ses amis.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr