Connect with us

Monde

Etats-Unis: Si Téhéran «veut se battre», ce sera «la fin officielle de l’Iran», menace Donald Trump

Publié

le

TENSIONS Les tensions entre Washington et Téhéran se sont exacerbées, alors que les Etats-Unis ont annoncé le déploiement dans le Golfe du porte-avions Abraham Lincoln et de bombardiers B-52

 

Le président américain Donald Trump a menacé l’Iran de destruction en cas d’attaque contre des intérêts américains, alors que les relations entre Téhéran et Washington sont extrêmement tendues depuis le rétablissement des sanctions économiques américainesen novembre dernier.

« Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Plus jamais de menaces à l’encontre des Etats-Unis », a lancé dimanche Donald Trump sur Twitter. Les tensions entre Washington et Téhéran se sont exacerbées, alors que les Etats-Unis ont annoncé le déploiement dans le Golfe du porte-avions Abraham Lincoln et de bombardiers B-52, invoquant des « menaces » de la part de l’Iran.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

If Iran wants to fight, that will be the official end of Iran. Never threaten the United States again!

170K

Twitter Ads info and privacy
97.2K people are talking about this

Des relations au plus bas

L’administration Trump a ordonné au personnel diplomatique non-essentiel de quitter l’Irak, citant des menaces émanant de groupes armés irakiens soutenus par l’Iran. Dimanche, une roquette Katioucha, a été tirée contre la Zone Verte à Bagdad, qui accueille des institutions gouvernementales et ambassades, dont celle américaine. Il n’était pas clair dans l’immédiat qui était derrière cette attaque.

Les relations américano-iraniennes sont au plus bas depuis que le président Trump a décidé, il y a un an, de se retirer de l’accord international conclu en 2015, visant à limiter le programme nucléaire iranien en échange d’une levée des sanctions contre Téhéran, et depuis le rétablissement des sanctions économiques américaines contre l’Iran, en novembre dernier.

Un risque de guerre minimisé

Selon les médias américains, le conseiller à la sécurité nationale John Bolton fait pression en faveur d’une ligne dure contre l’Iran, mais d’autres au sein de l’administration sont opposés. Donald Trump lui-même a dit récemment qu’il avait dû « tempérer » John Bolton. Pour sa part, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a cependant minimisé samedi la possibilité d’une nouvelle guerre dans la région. A l’issue d’une visite en Chine, Zarif s’est dit « certain (…) qu’il n’y aurait pas de guerre puisque nous ne souhaitons pas de conflit et puisque personne ne se fait d’illusion quant à sa capacité à affronter l’Iran dans la région », a rapporté l’agence officielle Irna.

L’Arabie saoudite a demandé samedi la convocation de sommets du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et de la Ligue arabe, à la suite du sabotage de navires dans le Golfe et d’attaques contre des stations de pompage dans le royaume. Ces deux sommets extraordinaires auxquels Riyad invite ses partenaires se tiendraient le 30 mai prochain à La Mecque « pour discuter de ces agressions et de leurs conséquences sur la région », a indiqué l’agence de presse officielle saoudienne.

Une réunion entre alliés régionaux

Il s’agit « de se consulter et de se coordonner avec les dirigeants frères » à propos de « tous les sujets susceptibles de renforcer la sécurité et la stabilité dans la région ». Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a affirmé que son pays « ne veut pas une guerre » avec l’Iran et « va tout faire pour la prévenir », tout en assurant que Riyad est prêt « à se défendre et à défendre ses intérêts » si l’autre partie choisit d’aller vers la guerre.

Les alliés régionaux du royaume ont salué l’invitation saoudienne. Le ministère des Affaires étrangères des Emirats arabes unis a indiqué que dans les « circonstances critiques » actuelles les pays du Golfe et arabes devaient faire preuve d’unité. Dimanche, lors d’une réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis se sont inquiétés d’une hausse des stocks mondiaux de pétrole. Les pays exportateurs ont affirmé leur détermination à stabiliser le marché malgré les tensions dans le Golfe.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Mercato: «Il fenomeno, Il fenomeno!»… Franck Ribéry accueilli en véritable rock-star du côté de Florence

Publié

le

FOOTBALL L’ancien Munichois s’est engagé avec la Fiorentina pour une durée de deux ans

 
Ribéry est arrivée à l'aéroport de Florence.
Ribéry est arrivée à l’aéroport de Florence. — Capture d’écrans @beinsports

Le Français Franck Ribéry a été accueilli en rock-star à l’aéroport de Florence mercredi, acclamé par les supporters de la Fiorentina, où il doit s’engager pour deux saisons après avoir passé sa visite médicale.

« Bienvenue légende », a écrit sur Twitter le club toscan de Série A avec une photo sur le tarmac de l’ailier français âgé de 36 ans, polo et écharpe de la Fiorentina sur le dos. L’ancienne gloire du Bayern Munich est libre de tout contrat depuis son départ cet été de Bavière après 12 saisons et 23 titres.

beIN SPORTS

@beinsports_FR

✈ #Mercato 🇮🇹 #SerieA Les fans de la Fiorentina en transe à l’arrivée de Franck Ribéry 🙌🙌

Vidéo intégrée

752

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
226 personnes parlent à ce sujet

Après s’être dit « prêt pour un nouveau défi » lundi sur Instagram, Ribéry a mis en scène mercredi sur ce réseau social son voyage en avion privé puis son arrivée sur le sol italien. On le voit sous ses nouvelles couleurs violettes, signant des autographes et acclamé par des dizaines de tifosi, avant de le voir découvrir sa nouvelle ville, Florence, depuis un panorama accompagné de dirigeants florentins.

Ribéry se débrouille déjà en italien

A l’aéroport, il s’est même targué de quelques phrases en italien : « Je suis heureux, je suis là avec ma famille. J’ai parlé pendant une semaine avec la Fiorentina, j’ai parlé aussi avec Luca Toni (son ex-coéquipier au Bayern, passé par Florence). Il m’a dit que la Fiorentina était un grand club et que la ville était belle », s’est-il enthousiasmé dans une vidéo postée par son futur club sur Facebook. « J’aime aussi l’italien, je le parle un peu même s’il faut que je m’améliore ». Modeste, avec ça.

Daily Mercato@DailyMercato

Ribéry se balade déjà en italien 👌

Vidéo intégrée

3 073

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
1 028 personnes parlent à ce sujet

« Pour moi, il était crucial que je signe un contrat pour deux ans, avait-il confié à la chaîne allemande de Sky Sports. Un autre facteur important est de pouvoir avoir ma famille avec moi. Je suis très heureux de pouvoir jouer au football de haut niveau pendant encore deux ans ».

Continuez la lecture

Election

Italie: Renzi propose un gouvernement «institutionnel» pour éviter des élections précipitées

Publié

le

POLITIQUE Le vote d’une motion de censure pourrait avoir lieu fin août

 

’ancien chef du gouvernement de centre-gauche Matteo Renzi a proposé dimanche à toutes les forces politiques de s’unir derrière un gouvernement « institutionnel » pour « sauver » l’Italie d’une dérive « extrémiste » et préparer des élections sans précipitation.

Pour Matteo Renzi, qui fut à la tête de l’Italie de février 2014 à décembre 2016, « ce serait de la folie qu’aller voter tout de suite », dès l’automne, comme l’a exigé le chef de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, en faisant éclater jeudi la coalition formée il y a 14 mois avec le Mouvement Cinq Etoiles (M5S).

« On vote au Parlement, pas sur la plage »

« Je suis convaincu qu’il y a une majorité pour un gouvernement institutionnel en mesure de sauver l’Italie. Qui refusera devra assumer la responsabilité de livrer à la droite extrémiste l’avenir de nos enfants », a dit Matteo Renzi dimanche sur Facebook et dans des interviews au journal Corriere della Sera et à la télévision Canale 5.

« On vote au Parlement, pas sur la plage. Le match contre Salvini se joue dans les instances institutionnelles, pas en courant derrière un populiste qui gère notre sécurité entre mojito et « cubistes » (animatrices de pistes de danse) », a-t-il dit dans une allusion à la « tournée des plages » lancée par Salvini pour conquérir l’électorat du Sud.

Matteo Renzi a lancé son appel à tous les élus « de la Ligue au M5S, de Forza Italia (parti de Silvio Berlusconi) à la gauche radicale, des autonomistes aux souverainistes, jusqu’aux groupes parlementaires du PD (Parti démocrate) que je sais très solides ».

Il faut « un gouvernement institutionnel qui permettra aux Italiens (via le parlement) de voter la réduction (déjà prévue) du nombre de parlementaires, qui évitera la hausse de la TVA (automatique début 2020, si des mesures budgétaires ne sont pas adoptées avant, ndlr) et qui puisse gérer la tenue d’élections sans manipulations ».

Matteo Renzi a fait sa proposition, à l’orée d’une semaine cruciale où se réuniront les groupes parlementaires pour décider la date du vote d’une motion de censure qui devrait faire tomber le gouvernement de Giuseppe Conte. Les spécialistes tablent sur un tel scrutin autour du 20 août.

Continuez la lecture

justice

VIDÉO. Russie: Une enquête ouverte après la diffusion d’images montrant une femme violemment frappée par un policier

Publié

le

VIOLENCES Le ministère de l’Intérieur a promis que « les coupables devront faire face à leurs responsabilités »

 

Une vidéo récemment partagée sur les réseaux sociaux a provoqué un vif émoi en Russie. On y voit une femme traînée au sol par quatre policiers puis violemment frappée à l’estomac par l’un d’eux lors d’une manifestation à Moscou.

Les images, vues par plus de 360.000 personnes, ont provoqué l’indignation dans les médias et sur les réseaux sociaux. Interrogée, la jeune femme âgée de 26 ans a expliqué avoir été interpellée pour avoir protesté contre l’arrestation d’un handicapé par les autorités.

Une contestation d’ampleur à Moscou

« Des policiers ont commencé à courir vers moi, je ne savais pas qui ils étaient », témoigne-t-elle. « C’était extrêmement désagréable. J’ai immédiatement eu des crampes partout, je ne pouvais plus respirer. Les côtes, le foie se sont contractés. » Elle a ensuite été emmenée au commissariat, où elle n’a pas pu voir d’avocat pendant plusieurs heures avant d’être finalement relâchée.

Le ministère russe de l’Intérieur a annoncé ce lundi avoir ouvert une enquête, promettant que « les coupables devront faire face à leurs responsabilités ». Un avocat de l’ONG Agora avait déjà proposé sur Twitter une récompense de 100.000 roubles (1.350 euros) pour identifier le policier en cause.

Ces dernières semaines, l’opposition a organisé plusieurs manifestations d’ampleur à Moscou pour exiger d’autoriser ses candidats à participer aux élections locales du 8 septembre. La manifestation de samedi dernier a réuni près de 60.000 personnes, le plus grand rassemblement depuis le retour de Vladimir Poutine au Kremlin en 2012. Elle a donné lieu à 256 interpellations.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr