Connect with us

securite

DEFILE Le cortège de ce mercredi ne pourra pas emprunter le cours de l’Intendance, la place de la Comédie et la rue Esprit des Lois pour des raisons de sécurité avance la préfecture

Publié

le

DEFILE Le cortège de ce mercredi ne pourra pas emprunter le cours de l’Intendance, la place de la Comédie et la rue Esprit des Lois pour des raisons de sécurité avance la préfecture

 

La préfecture de la Gironde vient d’annoncer ce mardi une série de mesures exceptionnelles concernant les manifestations de mercredi à Bordeaux. « Les traditionnelles manifestations du 1er-Mai se dérouleront cette année dans un contexte différent compte tenu des appels à rassemblements liés au mouvement des « gilets jaunes » sur les réseaux sociaux », indique la préfecture.

En raison de « risques de trouble à l’ordre public liés à la forte probabilité de présence au sein des cortèges des manifestations déclarées d’individus violents et armés », la préfète de la Gironde Fabienne Buccio, a pris plusieurs mesures dont une interdiction de manifestation sur certaines voies et espaces publics de Bordeaux, « comme cela se pratique chaque samedi depuis plusieurs semaines ».

Triangle d’Or sécurisé

Cette interdiction portera « sur le cours de l’Intendance, la place de la Comédie et la rue Esprit des Lois traditionnellement empruntés par les cortèges du 1er-Mai ». La préfecture assure qu’ « une alternative à ces voies a été proposée aux organisateurs des manifestations, qui l’ont refusée. »

Voir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

Préfète de la Nouvelle-Aquitaine et de la Gironde

@PrefAquitaine33

⚠️ Sécurisation du centre-cille de #Bordeaux lors des manifestations du #1erMai : Fabienne BUCCIO, préfète de la #Gironde, a pris trois mesures en raison des risques de trouble à l’ordre public.
👉 Pour en savoir plus : https://bit.ly/2GThRWf 

4

Voir les autres Tweets de Préfète de la Nouvelle-Aquitaine et de la Gironde
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

La CGT a dénoncé cette décision. Dans les colonnes de Sud Ouest elle affirme que « c’est la première fois à Bordeaux qu’un tel accès est interdit à une manifestation syndicale. Ainsi, devient-il interdit aux organisations de travailleurs de défiler dans les beaux quartiers du « triangle d’or ». Tout un symbole en ce jour du 1er-Mai ».

La manifestation débutera à 10h, place de la République.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

VIDEO. Japon: Au moins 24 morts dans l’incendie du studio Kyoto Animation, un homme arrêté

Publié

le

DECES Un homme aurait versé du liquide inflammable dans le bâtiment avant d’y mettre le feu

 

Au moins 24 personnes ont été retrouvées sans vie ce jeudi dans un studio d’animation incendié dans la matinée à Kyoto au Japon, ont indiqué les pompiers.  L’incendie serait d’origine criminelle : un homme d’une quarantaine d’années a été arrêté.

Le bilan provisoire d’une dizaine de morts s’est alourdi rapidement. Les secours sont toujours en cours d’intervention sur le site. « Douze personnes en arrêt cardiaque ont été découvertes au rez-de-chaussée et au premier étage » de l’immeuble qui compte trois niveaux, venant s’ajouter à un mort déjà confirmé, expliquait plus tôt à l’AFP un porte-parole des pompiers, précisant que plusieurs autres salariés « semblent ne pas avoir réussi à s’échapper » de l’immeuble en feu.

L’expression « en arrêt cardiaque » est employée quand les personnes sont inanimées mais que l’acte de décès n’a pas encore été signé par un médecin. Les médias locaux ont pour leur part confirmé les 13 décès, citant la police. Parmi les blessés graves, plusieurs ont perdu conscience.

⛩ Ryo Saeba ⛩@Ryo_Saeba_3

Ce matin à Uji (Kyoto) après une explosion, il y a un incendie en cours au Studio d’animation KyoAni (Kyoto Animation).

Vidéo intégrée

38

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
45 personnes parlent à ce sujet

Le feu s’est apparemment déclenché aux alentours de 10h30 heure locale (1h30 GMT) dans un immeuble de la compagnie Kyoto Animation, qui produit des séries d’animation télévisées à succès. Il était quasiment éteint trois heures plus tard, même si de la fumée blanche continuait de sortir de quelques fenêtres du bâtiment, selon des images de télévision.

« Vous allez mourir »

« Nous sommes en train de suivre la situation et de voir comment nous allons procéder, nous ne pouvons pas en dire plus pour le moment », a déclaré à l’AFP par téléphone une personne de la maison mère du studio. La police soupçonne une origine criminelle. « Un homme a versé un liquide inflammable et a mis le feu », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la préfecture de police de Kyoto.

« Il a dit « vous allez mourir » », selon un témoignage recueilli par la chaîne publique NHK. « Des témoins ont déclaré avoir entendu des détonations au premier étage de Kyoto Animation et avoir vu de la fumée », selon les pompiers. « J’ai entendu deux fortes explosions », a déclaré un homme à NHK.

James Wang@Ireallylikedyou

Pray for the Kyoto Animation 🙏

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

22

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir les autres Tweets de James Wang

Selon les médias, l’incendiaire présumé est un quadragénaire qui a lui aussi été blessé, et est hospitalisé sous surveillance policière. La société Kyoto Animation est à l’origine des animes Silent Voice, Free !, Tsurune, Violet Evergarden, Liz et l’oiseau bleu. La firme, qui comprend aussi une école d’animation, possède deux immeubles de studios (dont celui qui a été incendié) et son siège dans la préfecture de Kyoto. Elle emploie environ 160 personnes.

Continuez la lecture

INSOLITE

PIQURE Jusque-là, il fallait douze mois d’abstinence pour donner son sang quand on est un homme qui a des relations sexuelles avec des hommes

Publié

le

PIQURE Jusque-là, il fallait douze mois d’abstinence pour donner son sang quand on est un homme qui a des relations sexuelles avec des hommes

 

La période d’abstinence d’un an que doivent actuellement respecter les gays pour pouvoir donner leur sang en France sera réduite à quatre mois à partir du 1er février 2020, a annoncé mercredi le ministère de la Santé. Il s’agit, d’une « évolution » et « d’une première étape » vers un alignement des conditions du don pour les hommeshomosexuels sur celles des hommes hétérosexuels, envisagé « à l’horizon 2022 ».

Un alignement qui, par respect pour la sécurité des receveurs, ne pourra intervenir qu’après une évaluation des risques faite « en toute transparence », assure le ministère. L’abstinence d’un an instituée en 2016, par arrêté, avait suscité les critiques d’associations LGBT qui y voyaient une discrimination à leur égard. Avant 2016, et depuis 1983, en raison des risques du sida, l’exclusion des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) était totale.

Egalité sur le don de plasma

Depuis juillet 2016 également, les homosexuels/HSH peuvent donner leur plasma selon les mêmes critères que les autres donneurs. Le plasma utilisé en cas d’hémorragie, sert aussi à fabriquer des médicaments : des immunoglobulines, des facteurs de coagulation et d’autres produits pour les grands brûlés et des malades en réanimation.

Deux propositions d’évolution par rapport à aux critères de 2016 étaient sur la table, soit l’ouverture aux hommes n’ayant pas eu de relations sexuelles avec des hommes dans les quatre derniers mois avant le don, soit l’ouverture au don aux HSH n’ayant qu’un seul partenaire dans les quatre derniers mois avant le don. L’analyse des risques réalisée par l’agence sanitaire SpF a montré que « le premier scénario n’entraînait pas de modification du risque, contrairement au second avec lequel le risque de contamination théorique était multiplié par deux », relève-on dans l’entourage de la ministre.

1,7 de personnes donnent leur sang chaque année

L’ensemble des données et analyses de risque sur ces deux propositions ont été partagés avec des représentants des donneurs, des receveurs, des associations comme Aides et d’homodonneurs.  Chaque année, 1,7 million de personnes donnent leur sang, générant 3 millions de dons. Et chaque année, il faut en moyenne recruter 170.000 nouveaux donneurs avoir les 10.000 dons par jour nécessaires pour répondre aux besoins des malades. Un million de patients par an sont soignés chaque année avec des produits sanguins.

« Donner son sang n’est pas un droit, mais un geste citoyen vers l’autre, qui nécessite de respecter les conditions du don » pour sa sécurité, rappelle-t-on encore au ministère. Un homme hétérosexuel qui, par exemple, a eu plus d’une partenaire sexuelle au cours des quatre derniers mois doit s’abstenir de donner son sang.

Continuez la lecture

Sante

Handicap: Les associations s’alarment du futur revenu universel d’activité

Publié

le

SOCIAL Le futur revenu universel d’activité (RUA) est censé se substituer d’ici à 2023 au RSA et à plusieurs autres prestations sociales

 

 Ne sacrifions pas les personnes handicapées », avertissent leurs associations dans une tribune publiée par le Journal du dimanche. Le futur revenu universel d’activité (RUA), censé se substituer d’ici à 2023 au RSA et à plusieurs autres prestations sociales, inquiète les personnes handicapées.

Alors que le ministère des Solidarités a réuni jeudi pour la première fois le « comité national » du RUA, « nos associations, représentantes des personnes en situation de handicap et de leurs familles, dénoncent une concertation qui, sous couvert de faire des constats, dessine déjà des orientations auxquelles nous nous opposons fermement », écrit Luc Gateau, président de l’Unapei, au nom d’un comité de 55 organisations.

Un taux de chômage élevé

« L’allocation aux adultes handicapés (AAH) ne doit pas disparaître au profit d’un revenu universel d’activité ne prenant pas en compte la spécificité du handicap », prévient-il. La tribune souligne en particulier que l’attribution d’un revenu minimum d’existence ne doit pas dépendre « d’un potentiel accès au travail, au risque de compromettre la situation de millions de personnes en situation de handicap dont le taux d’incapacité est reconnu et qui ne peuvent pas subvenir seules à leurs besoins ».

« Pourquoi nier systématiquement la vulnérabilité et l’incapacité de milliers de personnes en situation de handicap en laissant sous-entendre qu’elles pourraient accéder à un travail ? », s’interroge le texte. Le taux de chômage des personnes handicapées, autour de 19 % en 2018, est environ deux fois supérieur à la moyenne nationale.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr