Connect with us

INSOLITE

Critérium du Dauphiné: Froome transporté à l’hôpital après une chute pendant la reconnaissance du contre-la-montre

Publié

le

CYCLISME Chris Froome est contraint à l’abandon sur le critérium du Dauphiné

 

nquiétude autour de Christopher Froome. Le leader de la team Ineos a chuté pendant la reconnaissance du contre-la-montre de la quatrième étape du Critérium du Dauphinéauquel il participait. Le quotidien L’Equipe précise que Froome a percuté un mur. Son équipe Ineos​ a annoncé qu’il ne prendrait pas part au chrono de mercredi et qu’il a été transporté à l’hôpital.

Voir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

Team INEOS

@TeamINEOS

Team INEOS can confirm that Chris Froome crashed during a recon of stage four of the Criterium du Dauphine today.

He is currently on his way to a local hospital and won’t start today’s fourth stage.

We will provide a further update in due course.

684

623 personnes parlent à ce sujet
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

La chute du Britannique intervient à mois d’un mois du début du Tour de France, lequel commencera le 6 juillet prochain au départ de Bruxelles. Ineos ne donne pour l’instant aucune information sur d’éventuelles blessures mais les premiers bruits de couloir évoquent une fracture du bassin.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

energie

Réforme des retraites : Corsica Linea annule ses navires entre Marseille et Alger

Publié

le

REFORME DES RETRAITES En raison d’un blocage attendu du port de Marseille pour protester contre la réforme des retraites, Corsica Linea a décidé d’annuler ce mardi et ce mercredi ses liaisons pour l’Algérie 

 

Selon une information de La Provence, la compagnie maritime Corsica Linea a décidé d’annuler ses traversées prévues entre Marseille et Alger ce mardi et ce mercredi. En effet, la Fédération nationale CGT des Ports et Docks a appelé lundi à « poursuivre le combat » par une nouvelle opération « ports morts » dès mardi pour protester contre la réforme des retraites, dont le syndicat demande le retrait.

Les travailleurs des ports et des docks ne disposent pas de régime spécifique mais d’un accord de pénibilité lié à la convention collective de leur branche et qui leur permet de partir deux ou trois ans avant l’âge légal de départ.

Des ouvriers des ports et dockers ont cessé le travail et installé des piquets de grève à plusieurs reprises les 5, 10, 12, 17 décembre puis les 9, 10 et 11 janvier derniers, suivant les mobilisations interprofessionnelles.

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux : Reprise des travaux sur les piles du pont Simone-Veil à l’automne

Publié

le

INFRASTRUCTURE Si les travaux aux abords de l’ouvrage ne se sont jamais arrêtés, la reprise de la construction des piles du pont Simone-Veil est bien à l’arrêt et reprendra à l’automne

 

Le chantier de l’ouvrage qui doit relier Bègles à Floirac a pris beaucoup de retard et sa livraison est espérée pour 2024, contre 2020 au départ. Les travaux ont été interrompus à cause d’un différend technique entre le constructeur Fayat et la Métropole en juin 2018. Un protocole d’accord a été trouvé mais invalidé dans un premier temps par le tribunal administratif à l’été 2019. Finalement, la Cour administrative d’appel a donné son feu vert pour un redémarrage des travaux, après qu’un avenant transactionnel a été signé entre la Métropole et le groupement d’entreprises chargé de la construction du pont.

Désignation d’un nouveau constructeur cet été

Selon le protocole signé, Fayat doit terminer les travaux de voirie et d’appuis sur les deux rives. C’est ce volet du chantier qui s’est poursuivi ces dernières semaines. Un appel d’offres a été relancé et un nouveau constructeur sera désigné cet été pour une reprise de la construction des piles, depuis l’estacade déjà en place, à partir de cet automne, informe la Métropole de Bordeaux. Le tablier métallique du pont sera lui stocké en attendant de pouvoir être positionné sur les piles.

Continuez la lecture

AGRICULTURE

Arcachon : Pourquoi les huîtres du bassin ne sont-elles pas touchées par le virus de la gastro ?

Publié

le

CONSOMMATION En raison de la détection de norovirus, 23 zones conchylicoles ont été fermées, mais le bassin d’Arcachon a été entièrement épargné

 

En raison de la détection de « norovirus », cause la plus courante de gastro-entérite, 23 zones conchylicoles – essentiellement sur la Manche et la façade Atlantique, comme en Charente-Maritime –  ont été fermées depuis début décembre, et « plus de 400 entreprises sont concernées » par ces restrictions. Des interdictions de pêche, collecte et commercialisation ont été émises sur les bassins de production concernés.

Qu’en est-il pour le bassin d’Arcachon ? « Aucune contamination n’est à déplorer sur notre zone de production » insiste le comité régional conchyliculture Arcachon-Aquitaine. « Nos producteurs peuvent donc continuer à servir leurs huîtres sur les marchés, dans les commerces ou à la cabane. » Cela concerne aussi les huîtres du Médoc et d’Hossegor. 20Minutes vous explique pourquoi le bassin a été épargné.

Qu’est-ce qui explique que les huîtres du bassin d’Arcachon ne sont pas touchées par le virus de la gastro ?

« Tous les territoires ne sont pas égaux dans la gestion de leurs eaux », explique-t-on du côté du comité régional conchylicole. Ainsi, le bassin d’Arcachon « est doté d’un réseau d’assainissement très performant, permettant de préserver le milieu marin. » Le virus de la gastro peut en effet survivre dans les collecteurs d’eaux usées, et contaminer une zone de production s’il y a contact entre les deux.

Quelle est la particularité de ce réseau d’assainissement ?

Créé il y a cinquante ans, le réseau d’assainissement du bassin d’Arcachon ceinture complètement le bassin, et il n’y a donc aucun rejet direct dans le bassin. « Le rejet, après traitement, s’effectue dans l’océan à l’extérieur du bassin, à un endroit très brassé où le taux de dilution et de diffusion est extrêmement important, sans aucun retour vers le bassin », insiste Sabine Jeandenand, directrice générale des services du Siba, le Syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon. « Par ailleurs, notre réseau ne comporte aucun déversoir d’orage, ce qui fait que le bassin est protégé. » Ce système est « complètement atypique, puisqu’on le retrouve uniquement autour du lac d’Annecy », ajoute la directrice.

De quels équipements se compose-t-il ?

Géré à l’échelle des 12 communes riveraines du bassin d’Arcachon, ce réseau est composé d’une canalisation [un collecteur] qui part de la pointe du Cap-Ferret et qui traverse toutes les communes jusqu’à Biganos, lieu où se trouve la première station d’épuration. « Un maillage de 420 postes de pompage ramène les eaux usées vers ce collecteur, précise Sabine Jeandenand. Nous sommes ainsi équipés de 1.200 km de réseau pour le territoire, ce qui est très conséquent au regard de notre superficie. »

Où les eaux usées sont-elles rejetées ?

A partir de Biganos, une grosse canalisation emmène les eaux traitées par la station, 15 km plus loin, au wharf de La Salie. « Le papetier Smurfit Kappa, à Biganos, possède sa propre usine de traitement, et ses eaux rejoignent également le même collecteur, ajoute Sabine Jeandenand. De même, il récupère au passage les eaux usées de l’usine d’épuration de La Teste, qui traite les communes du sud-Bassin, ainsi que les eaux traitées de la petite station de Cazaux. »

Le wharf de La Salie déverse les eaux usées, et traitées, du bassin d'Arcachon, dans l'océan.
Le wharf de La Salie déverse les eaux usées, et traitées, du bassin d’Arcachon, dans l’océan. – TRAVERS/SIPA

Le rejet des eaux traitées dans l’océan est une pratique courante, tout le long du littoral. Mais la particularité du wharf de La Salie, « est qu’il s’agit d’une canalisation aérienne, donc visible, alors que les autres points de rejet du littoral sont enterrés et ne se voient pas. »

Ce collecteur traite chaque jour 30.000 m3 d’eau urbaine (pour 120.000 habitants) et 30.000 m3 d’eau industrielle.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr