Connect with us

Social

C’est quoi Navigo Easy, le «nouveau carnet de tickets de métro» dématérialisé

Publié

le

TRANSPORTS Lancé ce mercredi, la carte Navigo Easy est un passe rechargeable destiné principalement aux touristes et voyageurs occasionnels du réseau RATP

 

« C’est fini le ticket de métro ! », lance Valérie Pécresse. Son remplaçant, la présidente de la région Ile-de-France le tient entre les mains : la Navigo Easy. Une carte bleue et blanche au même format que la carte Navigo standard, déjà bien connue des Franciliens.

Disponible en station à partir de ce mercredi, le passe s’achète aux guichets pour deux euros. Rechargeable en illimité, il fonctionne comme une sorte de « portefeuille » numérique, selon Valérie Pécresse. Chaque utilisateur peut charger au choix tickets de métro à l’unité, carnets, forfait Navigo Jour et tickets Roissybus ou Orlybus sur un même titre. « Nous étions en retard sur la billétique par rapport aux autres métropoles européennes, nous sommes en train de mettre les bouchées doubles », s’est réjouit Valérie Pécresse en conférence de presse ce mardi.

500 millions de tickets jetés par an

Les derniers jours du traditionnel ticket de métro sont comptés en Ile-de-France. Selon la présidente de région, le petit rectangle de carton à bande marron compte trop de défauts pour perdurer : il se décharge, se perd facilement et surtout il pollue. « Il y a un enjeu écologique. Chaque année, ce sont 500 millions de titres qui sont jetés », affirme Sébastien Mabille, attaché de presse chez Ile-de-France Mobilités.

Pour y remédier, la région lance une carte rechargeable en illimité. Si pour l’instant, les usagers ont toujours le choix entre les tickets traditionnels et la carte, le passe est clairement destiné à remplacer à terme son aîné, ce « ticket d’un autre siècle », selon la présidente de région. « Aujourd’hui, le carnet de tickets s’appelle Navigo Easy », affirme-t-elle.

Un passe pour les touristes et les usagers « occasionnels »

Pas de changement pour la carte Navigo annuelle standard. Le nouveau passe RATP est proposé à des utilisateurs au profil bien différent. « Navigo Easy est destiné aux usagers occasionnels. C’est pour les touristes ou les Franciliens qui viennent régulièrement à Paris, mais qui ne font pas le trajet de façon quotidienne », indique Sébastien Mabille. Pour Valérie Pécresse, l’objectif est de permettre à ces touristes réguliers de gagner du temps en ne faisant pas la queue à chacune de leurs venues.

Comme les autres cartes Navigo, le passe Easy se recharge directement aux guichets. L’usager charge un ticket ou un carnet en fonction de ses besoins, aux mêmes prix que dans leur version cartonnée. Il peut utiliser le titre dans le métro, le bus ou le tramway, en remplacement du ticket t + classique en le validant sur une borne comme la carte Navigo classique.

Navigo Easy se recharge aux guichets comme les passe Navigo déjà existants.
Navigo Easy se recharge aux guichets comme les passe Navigo déjà existants. – Juliette Desmonceaux

Le titre ne fonctionne qu’à Paris et en petite couronne

Mais comme le ticket, Navigo Easy n’est pas un passe nominatif. Plusieurs personnes peuvent donc utiliser le même titre… mais à condition que ce ne soit pas pour le même trajet. Une famille en vacances dans la capitale doit donc s’acquitter de deux euros par carte pour chacun de ses membres. Une dépense parfois non négligeable. Autre défaut : le titre ne fonctionne pour l’instant que pour les lignes de métro et de RER situées à Paris ou en petite couronne. Pour aller au château de Versailles, il faudra donc encore s’acheter un ticket cartonné.

Navigo Easy n’est pas la seule nouveauté RATP cette année. A la rentrée, les Franciliens pourront utiliser leur smartphone comme titre de transport et en novembre prochain, ce sera le tour de la carte Navigo Liberté+ de faire son arrivée. Nominatif, ce passe permettra aux utilisateurs de voyager librement avant d’être débité à hauteur du nombre de trajets réalisés seulement le mois suivant. La région Ile-de-France vise la fin des tickets de métrod’ici 2021.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

Bordeaux: Une violente rixe éclate au milieu des badauds en plein centre-ville

Publié

le

BAGARRE On ne connaît pas pour le moment les raisons de cette bagarre

 

Les terrasses étaient bondées. La boisson coulée à flots. Il y avait même un air de fête sur la place Meynard, quartier Saint-Michel en plein centre-ville de Bordeaux, comme souvent quand les beaux jours arrivent. Mais ce jeudi soir, elle a été un peu gâchée.

En effet, vers 20h, une violente rixe a éclaté entre deux groupes au milieu des badauds rapporte Sud Ouest. Une dizaine de personnes seraient arrivées de la rue des Faures poursuivies par d’autres individus armés de barres de fer et de bâtons avant que la bagarre explose au milieu des terrasses.

La vitrine d’un salon de thé cassée

Alors que certains participants trouvaient refuge dans un salon de thé, d’autres balançaient des chaises et des tables contre celui-ci. Au point de casser la vitrine à plusieurs endroits. Avant l’arrivée des forces de l’ordre, l’un des deux groupes prenait la fuite en voiture « manquant d’écraser des personnes dans la rue des Faures. En tout, cette scène a duré à peine 5 minutes, mais fut très violente », selon un témoin.

La rixe a éclaté place Meynard à Bordeaux.
La rixe a éclaté place Meynard à Bordeaux. – Capture écran / Google Maps

On ne connaît pas pour l’instant les raisons de cette rixe et s’il y a eu des blessés. Ce vendredi matin, il n’y avait toujours eu aucune interpellation. « L’enquête est en cours » précise-t-on simplement du côté de la police.

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux: La moitié des urgences d’un hôpital en arrêt maladie

Publié

le

SANTE Aux urgences de Saint-André, un des sites du CHU de Bordeaux, huit infirmiers sur 13 et six des 10 aides-soignants étaient en arrêt maladie, ce mercredi

 

Mercredi très difficile pour les urgences de l’hôpital Saint-André de Bordeaux. Plus de la moitié des aides-soignantes et infirmières du service n’ont pu assurer mercredi leur travail « pour raisons de santé », a-t-on appris auprès du collectif Inter-Urgences qui a dénoncé un « sous-effectif quasi quotidien ».

« En grève depuis un mois déjà, les paramédicaux de Saint-André dénoncent un sous-effectif quasi quotidien. L’effectif minimum n’étant que rarement atteint malgré les assignations, la direction pallie le problème par le recours à des professionnels extérieurs, non habitués aux spécificités du service », a expliqué le collectif dans un communiqué.

« Les agents s’épuisent chaque jour à prendre en charge dans des conditions anormales les patients, et ce depuis trop longtemps. La ministre de la Santé Agnès Buzyn comme la direction de l’hôpital entend manifestement garder un cap mortifère et laisser la situation pourrir », a-t-il poursuivi. « Après les services d’urgences de Lons-le-Saunier, Saint-Antoine, Châlon-sur-Saône ou encore Lariboisière, les soignants sont dans l’incapacité d’assurer le travail », selon le collectif.

« Les collègues craquent les uns après les autres »

Aux urgences de Saint-André, un des sites du CHU de Bordeaux, huit infirmiers sur les 13 nécessaires chaque jour étaient en arrêt maladie mercredi. Pour les aides-soignants, six étaient en arrêt, alors qu’ils devraient être 10, selon une aide soignante membre du collectif, qui ne souhaite pas être nommée.

« Depuis 15 jours, les collègues craquent les uns après les autres. En plus, on a eu une vague ces dernières semaines d’accidents du travail. L’une s’est blessée avec un brancard, une autre s’est arrêtée en burn-out… », a-t-elle dénoncé.

« C’est l’aboutissement d’un processus qui dure depuis longtemps. […] Ça fait plus de trois ans qu’on est dans une démarche d’alerte. Les conditions de travail se sont dégradées à partir de 2013 lorsque les départs n’ont pas été remplacés. On a perdu une équipe de 10 infirmiers en 10 ans », a-t-elle précisé.

Un mouvement national a démarré il y a près de trois mois et est suivi par quelque 80 services d’urgences dans toute la France, selon Inter-Urgences.

La direction du CHU de Bordeaux n’a pu être jointe.

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux: Un site pour permettre aux cyclistes de recenser les points noirs du réseau

Publié

le

MOBILITE La métropole bordelaise va donner accès à une cartographie du réseau cyclable pour permettre aux usagers de faire remonter les dysfonctionnements

 

Signaler une discontinuité cyclable, un trou dans la chaussée, une peinture effacée, demander la création d’aménagements… Ce sera possible à partir du 20 juin pour les cyclistes de la métropole bordelaise, sur une plateforme accessible sur le site de Vélo Cité.

La métropole bordelaise donnera accès à une cartographie sur laquelle l’usager pourra localiser le point noir, cliquer pour décrire son problème et joindre une photo. « Ensuite, Vélo-Cité transmet la demande aux équipes de Bordeaux Métropole avec des propositions concrètes. Après étude et concertation, la réponse est formulée quant à la possibilité de résorption du problème et les travaux sont réalisés », indique Bordeaux Métropole.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr