Connect with us

Sports

Cagnes-sur-Mer : Le champion de skateboard Georges Agonkouin se bat pour des skateparks « praticables »

Publié

le

SUR LA PLANCHE Il milite pour que chaque ville adopte des équipements pour la pratique de ce sport

 
eorges Agonkouin tentera de se qualifier pour les Jeux de Tokyo 2020. — G. Agonkouin

Georges Agonkouin prend des notes sur les skateparks. Pour celui de Cagnes-sur-Mer, où il réside, le triple champion de France de skateboard a écrit : « Sol abrasif, module mou et qui bouge, design trop vieux. » Ce type de commentaires revient pour un grand nombre d’installations de la Côte d’Azur. Georges Agonkouin se bat désormais pour l’installation de skateparks adaptés dans toutes les villes.

Il y a les communes qui n’ont pas de skatepark. Et celles qui viennent d’en adopter un inapproprié. « Le problème, c’est que les gens qui les fabriquent ne pratiquent pas. Ils nous font des lieux inadaptés, pointe-t-il. Pour prendre un saut et apprendre les tricks [figures], il faut de l’espace. Eux, ils font une salade avec pleins de choses à l’intérieur. Mais rien n’est praticable. »

« Pour les trottinettes »

Georges Agonkouin a commencé le skateboard dans la rue. « Il existe deux pratiques : le mobilier urbain et le skatepark. C’est un endroit sécurisé où on n’embête personne, et où on ne se fait pas embêter. Mais dans la région, pour avoir un lieu potable, il faut aller à Marseille. »

Régulièrement, le champion de France doit quitter de Cagnes-sur-Mer pour se rendre au palais omnisports de Marseille. C’est sur ce terrain couvert que Georges Agonkouin prépare sa qualification aux JO 2020 pour le compte du Bénin. Il partira à Londres, Los Angeles ou Mexico pour tenter de décrocher son ticket. « Je ne parle pas uniquement pour les sportifs de haut niveau. Mais aussi pour les trottinettes, les rollers, les BMX, précise le skateboardeur de 35 ans. Pour se faire plaisir, il faut des infrastructures. Je n’ai pas de problème avec les terrains de boules mais il y en a dans toutes les villes, alors qu’on n’a pas tous 60 ans. De la même manière, il devrait y avoir systématiquement un skatepark. »

 

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

VIDEO. Formule 1: Romain Grosjean se crashe (encore) tout seul… Et cette fois-ci, c’est dans la voie des stands

Publié

le

AUTOMOBILE Le Français a innové, bien malgré lui

 

On devrait lui remettre un trophée à force. Vendredi, à l’occasion de la première séance d’essais libres du Grand Prix de Grande-Bretagne, Romain Grosjean est parti en tête-à-queue et s’est crashé dans le virage de… la sortie des stands.

On ne sait pas trop ce qu’il s’est passé, mais le pilote français a réussi à arracher l’aileron avant de sa Haas. De retour sur le circuit peu de temps après, Grosjean est à nouveau parti à la faute, sans conséquence cette fois, pour terminer finalement avec le 19e (et avant-dernier) temps de la séance.

Vidéo intégrée

Formula 1

@F1

🙈 @RGrosjean #BritishGP 🇬🇧 #F1

1 205

63 personnes parlent à ce sujet
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Malheureux, le pilote français les accumule, en tout cas. Déjà en avril 2018 lors du Grand Prix d’Azerbaidjan, il était parti à la faute tout seul alors que les pilotes étaient coincés derrière la voiture de sécurité. Grosjean n’est non plus pas le seul à être parti dans le décor pendant cette séance. Norris, Russell, Albon y sont allés de leur tête-à-queue, tandis que Leclerc, Hamilton et Verstappen sont sortis de piste.

 

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux: Trois ex-rugbymen de Grenoble seront jugés pour viol en réunion

Publié

le

JUSTICE Accusés d’avoir violé une étudiante à Bordeaux un soir de match, trois ex-joueurs de Grenoble seront jugés aux assises. Ils contestent les faits.

 

L’instruction est close et trois ex-joueurs du club de rugby de Grenoble devraient donc jugés devant la Cour d’assises de Gironde pour « viol en réunion ». Le juge d’instruction bordelais chargé de l’affaire a en effet rendu son ordonnance de mise en accusation à l’encontre de Denis Coulson (25 ans), Rory Grice (29 ans) et Loïck Jammes (24 ans).

L’affaire remonte au mois de mars 2017. Les trois rugbymen sont accusés d’avoir violé une étudiante de 21 ans qu’ils avaient ramenée à leur hôtel de Mérignac après un match contre l’Union Bordeaux-Bègles et une soirée bien arrosée.

Une « une instruction exclusivement à charge »

Les joueurs ont toujours affirmé que la jeune femme, qui avait bu, était consentante. L’avocate de Denis Coulson a même dénoncé une « une instruction exclusivement à charge ».

La date du procès​ n’a pas encore été fixée. En attendant les trois rugbymen poursuivent leur carrière. En Pro D2 pour l’Irlandais Denis Coulson et le Néo-Zélandais Rory Grice, respectivement à Carcassonne et Oyonnax, et en Top 14 à Brive pour Loïck Jammes.

Continuez la lecture

Bordeaux

JO 2024: Lacanau et Bordeaux Métropole candidates en tandem pour les épreuves de surf

Publié

le

VAGUE La station balnéaire de Lacanau et Bordeaux Métropole ont officialisé leur candidature commune pour accueillir les épreuves de surf des JO de Paris en 2024

 

ahiti et La Torche (Finistère) ont un nouvel adversaire dans la course aux JO 2024 et à l’obtention des épreuves de surf. La station balnéaire girondine de Lacanau et Bordeaux Métropole ont officiellement annoncé ce vendredi leur entrée en tandem dans la compétition.

« Lacanau a une longue histoire avec le surf et le Lacanau Pro [une des plus anciennes étapes du circuit international] fête ses 40 ans cette année », a plaidé Laurent Peyrondet​, le maire de la commune du Médoc située à une cinquantaine kilomètres de la capitale girondine. Cette dernière doit aussi accueillir des matchs de foot olympiques. L’édile défend donc la cohérence d’une « mutualisation » avec Bordeaux Métropole pour la dynamique mais aussi le parc hôtelier.

Peut-être Biarritz aussi

Biarritz et ses « voisines » (Hossegor, Capbreton, Seignosse) seraient en négociations pour concourir, elles aussi, sous la même bannière.

Mais elles doivent faire vite : les sites intéressés ont jusqu’à lundi pour présenter leur candidature à l’épreuve de surf, validé fin juin comme épreuve additionnelle des JO 2024 par le Comité olympique international (CIO).

Le Comité d’organisation des JO (Cojo) veut en effet profiter de l’été pour visiter les sites candidats en conditions réelles. Le « spot » retenu devrait être connu début 2020.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr