Connect with us

Bordeaux

Bordeaux: Tiny houses, colocations dans le parc social… Les propositions d’un élu local pour s’attaquer à la crise du logement étudiant

Publié

le

INFO «20 MINUTES» Matthieu Rouveyre, élu PS de Bordeaux, a travaillé avec des architectes, des urbanistes et des étudiants pour proposer des solutions d’urgence et à plus long terme pour faire face à la pénurie de logements étudiants sur la métropole

 

Les deux dernières rentrées universitaires ont été particulièrement tendues à Bordeaux. Les étudiants se sont retrouvés face à une pénurie de logements de petites surfaces, cumulée à des prix à la hausse. Depuis 2017, les étudiants et la communauté éducative alertent les pouvoirs publics sur la situation. Le Crous loge 12 % des 87.700 étudiants bordelais et dans le parc privé le prix moyen d’un studio est de 488 euros.

« Je fais des maraudes avec Graines de solidarité, et les étudiants qui organisent les récupérations d’invendus auprès des boulangeries demandent à récupérer pour eux aussi », raconte Juliette, une étudiante qui a travaillé aux côtés de Matthieu Rouveyre. En quelques années, elle a vu ce public se paupériser, et certains étudiants atterrir dans des squats ou dormir dans leur voiture.

« Et ce qu’on dit, c’est que les mêmes causes produiront les mêmes effets », s’alarme Matthieu Rouveyre, conseiller municipal PS et vice président du département de la Gironde. Celui qui a lancé un observatoire Airbnb sur Bordeaux, travaille depuis plusieurs mois avec des architectes, des urbanistes et des étudiants pour proposer des solutions à cette crise. « Tous les ingrédients sont réunis pour que pour la troisième année consécutive on ait une rentrée explosive », avertit-il.

  • Des tiny houses pour répondre à l’urgence

Un tiny house, c’est une petite maison déplaçable dont l’espace intérieur est optimisé. Matthieu Rouveyre propose de commencer à en déployer dès la rentrée prochaine sur trois secteurs du campus bordelais, qui s’étend sur 240 hectares. « Ce n’est pas totalement incongru puisque le Crous l’a expérimenté à Pau, fait valoir l’élu socialiste. Donc ça existe à petite échelle, mais ça existe. »

Matthieu Rouveyre propose d'installer près de 200 tiny houses sur le campus bordelais.
Matthieu Rouveyre propose d’installer près de 200 tiny houses sur le campus bordelais. – Loïc Loisel Architecte

Les spécialistes sollicités sur ce dossier estiment qu’il est possible d’installer 178 tiny houses pour un coût de 6,3 millions d’euros, qui prend en compte les frais de viabilisation et de réseaux. « Elles peuvent être prêtes fin décembre début janvier si on se saisit du dossier maintenant, souligne Matthieu Rouveyre. Il faut trouver des solutions même atypiques pour que les étudiants ne dorment plus dans leurs voitures. »

  • Veiller à ce qu’une part du foncier de l’Université soit dévolue au logement étudiant

Il a aussi travaillé sur des solutions à plus long terme. « L’Etat a décidé de confier aux universités autonomes une partie de leurs fonciers et l’Université de Bordeaux va en récupérer beaucoup, explique-t-il. Il faut qu’elle veille à faire du logement étudiant et que le foncier ne soit pas confié uniquement à des promoteurs. » De son point de vue, cette dévolution est une opportunité pour accélérer le rythme de construction. « La production de 2.000 logements étudiants Crous supplémentaires sur 5 ans en plus des 1.800 supplémentaires déjà prévus pour 2020-2021 permettrait un passage de 12 % à plus de 15 % d’étudiants logés à Bordeaux », détaille son projet.

  • Développer des offres de colocations dans le parc social

A Paris, l’association L’Aclef a lancé un dispositif « coop coloc » qu’elle tente de dupliquer sur Bordeaux. Constatant que les logements sociaux sont peu occupés par les étudiants qui sont beaucoup plus mobiles que les autres occupants, l’association est l’unique locataire du bailleur social et s’occupe de toute la gestion locative. Chaque étudiant dispose ensuite de son propre bail, ce qui facilite les entrées et les sorties. « On essaye d’adapter le modèle aux besoins des bailleurs bordelais, explique Anne-Cécile Dockès, coordinatrice générale de l’association. On gère 40 logements pour 104 places à Paris. » « On a lancé une étude de faisabilité pour identifier les potentiels locatifs sur la Métropole », complète Simon Capbern, chargé de projet L’Aclef à Bordeaux.

Face à une crise du logement qui s’annonce durable, il n’y a pas qu’une réponse à apporter selon Matthieu Rouveyre, mais toute une panoplie qu’il est urgent de déploye

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

Réforme des retraites: «Age d’équilibre», réversion… Quelles sont les préconisations de Jean-Paul Delevoye?

Publié

le

TRAVAIL Le haut-commissaire à la réforme des retraites propose notamment un « âge d’équilibre » à 64 ans, assorti d’un système de décote-surcote

 

A quoi va ressembler la retraite du futur ? Ce jeudi, le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a rendu son rapport et ses préconisations pour ce futur « système universel ». « Age d’équilibre », décote, minimum augmenté à 85 % du Smic, réversion… 20 Minutes liste ses propositions.

Un « âge d’équilibre » à 64 ans avec décote/surcote

Le haut-commissaire a proposé que le futur « système universel » comprenne un « âge d’équilibre » assorti d’un système de décote-surcote, à 64 ans pour la génération née en 1963, dans son rapport rendu public jeudi. Pour inciter « au prolongement de l’activité » et garantir l’« équilibre du système » en place dès 2025, il préconise que « l’âge du taux plein » permettant une retraite complète « soit le même pour tous, contrairement à aujourd’hui où il est compris entre 62 et 67 ans en fonction de la durée travaillée ». Cet âge « évoluera comme l’espérance de vie », précise Jean-Paul Delevoye.

Un minimum de retraite augmenté à 85 % du Smic net

Jean-Paul Delevoye propose de garantir un minimum de retraite égal à 85 % du Smic net, contre 81 % pour les salariés et 75 % pour les agriculteurs actuellement. Ce nouveau minimum « bénéficiera notamment aux exploitants agricoles, aux artisans, aux commerçants et aux personnes, souvent des femmes, qui ont durablement travaillé à temps partiel », précise-t-il dans ces préconisations qu’il doit remettre en fin de matinée au Premier ministre Edouard Philippe.

Une majoration de 5 % dès le 1er enfant

Les droits à la retraite pourront être majorés de 5 % par enfant et dès le premier enfant, contre 10 % actuellement pour les parents de trois enfants et plus, écrit-il dans son rapport. Cette majoration des points acquis pourra être partagée entre les deux parents, alors que la majoration actuelle est accordée aux deux parents. A défaut, elle sera attribuée à la mère, les femmes, qui « ont une pension moyenne inférieure de 42 % à celle des hommes », devant être « les principales bénéficiaires des mesures de solidarité liées aux droits familiaux », selon les préconisations que Jean-Paul Delevoye.

Un dispositif de réversion garantissant au survivant 70 % de la retraite du couple

Les pensions de réversion versées aux veuves et veufs dans le futur « système universel » garantissent 70 % du total des retraites perçues par le couple, propose-t-il. Ce « dispositif unique » pour tous remplacerait « les 13 règles différentes existant actuellement », sans modifier « les règles applicables aux retraités actuels », précise Jean-Paul Delevoye. Les femmes sont les principales bénéficiaires des pensions de réversion.

Continuez la lecture

Art

VIDEO. «Le Roi Lion»: Cette nouvelle version «live» est une merveille de techniques et d’émotions

Publié

le

LIVE Jon Favreau a utilisé des technologies de pointe pour sa version live du « Roi Lion » qui sort en salle ce mercredi

 

Jon Favreau a eu envie de recréer Le Roi Lion en images de synthèses d’un réalisme ahurissant après un safari en Afrique. Après avoir signé la version live du Livre de la jungle en 2016, le réalisateur démontre qu’il peut aller encore plus loin sans perdre en émotions.

Le succès du dessin animé de 1994 et de la comédie musicale de 1997 a rendu inoubliable l’histoire de Simba, lionceau dont le père a été assassiné et le trône usurpé par son oncle Scar. « J’étais convaincu que l’on pouvait respecter l’œuvre originale tout en lui donnant vie autrement », explique Jon Favreau dans le dossier de presse. Et c’est une réussite.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Olivier Dion

@OlivierDion

Guyssss vous dire à quel point j’ai passé un bon moment. Frissons, émotions, nostalgie… Moment unique hier à l’avant-première du Roi Lion merci @DisneyFR 🦁 #LeRoiLion

437

102 personnes parlent à ce sujet
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

En terrain connu

La lionne Nala, le phacochère Pumba, le suricate Timon et l’oiseau Zazu, le calao à bec rouge sont de nouveau présents dans cette nouvelle version dont les péripéties demeurent fidèles au film de 1994. Les amoureux du Roi Lion évolueront en terrain familier. « Je savais que je devrais procéder avec beaucoup de soin, que c’était une immense responsabilité. Il fallait surtout ne rien abîmer », reconnaît Jon Favreau. Les musiciens Elton John, Tim Rice et Hans Zimmer ont, eux aussi, remis leurs chansons de premier opus au goût du jour.

Animation ou réalité ?

Entre prises de vues réelles et animation, le réalisateur des deux premiers Iron Manpousse encore plus loin la technologie pour livrer une expérience immersive. « C’est comme de la magie. Nous réinventons le média, » annonce-t-il. Les décors du film ont tous été intégrés à un moteur de jeu permettant à Jon Favreau d’évoluer dans l’environnement des personnages et de régler ses plans comme s’il était réellement sur place. Il a pu ainsi créer son film en réalité virtuelle avant de le mettre en chantier. Des scènes clefs comme la cavalcade des gnous ou le combat final avec les hyènes sont à couper de souffle.

Performances animales

Plus encore que dans Le Livre de la jungle, le spectateur est abasourdi par la justesse des expressions des héros animaux. Jon Favreau a capté les performances de ses acteurs avec six caméras cachées derrière des rideaux de façon à ce que les comédiens oublient la technique comme s’ils jouaient au théâtre. « La technologie s’efface pour saisir la dynamique réelle des acteurs entre eux, explique-t-il. Plus tard, les animateurs ont pris pour source ces émotions authentiques éprouvées et exprimées par des humains. » Là encore, le public est bluffé par un résultat capable de le faire vibrer comme s’il était dans la savane aux côtés de Simba et de ses amis.

Continuez la lecture

Bordeaux

Météo Bordeaux: Prévisions du mercredi 18 juillet 2019

Publié

le

MÉTÉO La météo va peu à peu s’améliorer dans la journée et laisser place à des éclaircies. Les températures seront de 24°C le matin et de 28°C l’après-midi…

 
À Bordeaux, petits et grands pourront passer leur journée sous un ciel légèrement nuageux. Une petite brise de nord-ouest sera ressentie par les habitants. Il va faire 24°C en moyenne le matin. Les températures vont connaître une hausse de quelques degrés durant l’après-midi. Elles seront de 25°C au plus bas et de 29°C au maximum. Le ciel va s’éclaircir dans la soirée. Le thermomètre affichera 23°C en moyenne. Entre mercredi et jeudi, la nuit sera claire.

Demain, un ciel avec des éclaircies va peu à peu prendre la place des nuages dans la Belle endormie. Un vent d’ouest soufflera un peu, avec 12 km/h. Il fera environ 21°C, le matin. Les valeurs seront comprises entre 22 et 24°C durant l’après-midi. Le temps devrait s’améliorer pendant la soirée.

Le temps sera relativement instable les jours qui suivent. On prévoit une amélioration samedi, après un jour pluvieux vendredi.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr