Connect with us

Sports

Bordeaux : Semi Radradra, le «facteur X» qui peut emmener l’UBB vers les sommets

Publié

le

RUGBY Le centre fidjien est en train de devenir l’un des meilleurs joueurs du monde.

 

Depuis le début de la saison, un murmure traverse les tribunes du stade Jacques Chaban-Delmas à chaque fois que Semi Radradra s’emparent du ballon. L’attente est toujours immense autour du magicien fidjien de 26 ans. A l’image d’un Lionel Messi ou d’un Kylian Mbappé au football. Que va-t-il encore inventer ? « Il est capable de faire des choses incroyables, c’est notre facteur X » savoure son entraîneur, Joe Worsley, alors que le centre de l’Union Bordeaux-Bègles régale le public comme samedi dernier face à Grenoble. Lors de la large victoire des Girondins (47-31), il a signé une performance individuelle hallucinante. Peut-être même record dans l’histoire du Top 14.

Radradra à l'oeuvre face à Grenoble.
Radradra à l’oeuvre face à Grenoble. – Thibaud MORITZ / AFP

Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder les chiffres de son match :

  • 197 – comme le nombre de mètres parcourus ballon en main par Semi Radradra. Le Fidjien a donc traversé deux fois le terrain. Atteindre les 100 mètres lors d’un match de rugby est déjà jugé comme exceptionnel aujourd’hui.
  • 10 – comme le nombre de Grenoblois battus en 80 minutes. La moyenne se situe autour de deux en Top 14.
  • 24 – comme le nombre de ballons qu’il a touchés. Des ballons presque tous bonifiés puisqu’il est impliqué sur quatre des sept essais de l’UBB.

Pierre Ammiche@PierreAmmiche

Radradra est incroyable. Il touche combien de ballon par match ? 30 ? 40 ? Et il en bonifie combien ? C’est un joueur exceptionnel. On paye des places pour voir des mecs comme lui !

38

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir les autres Tweets de Pierre Ammiche

Un talent à l’état pur

Après une période d’adaptation, celui qui est allé à la mine jusqu’à l’âge de 19 ans donne la pleine mesure de son immense talent à l’UBB. Un talent déjà aperçu à Toulon la saison dernière pour sa toute première expérience à XV. Le président bordelais, Laurent Marti,qui a fait un (très) gros effort financier pour attirer l’ancien joueur de rugby à VII et à XIII peut être content de son coup aujourd’hui : « On sent qu’il pèse sur l’adversaire, qu’il crée de l’incertitude. Il sait tout faire, il peut déposer un mec sur 5 mètres, te faire une passe vissée de 20 mètres des deux côtés à pleine vitesse. »

Vidéo intégrée

Canal Rugby Club

@CanalRugbyClub

#CRC
Semi Radradra, plaisir d’offrir 🏉🎁 @UBBrugby

18

Voir les autres Tweets de Canal Rugby Club
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Parfois, il en fait même trop comme face aux Isérois en fin de match. Alors qu’il avait une nouvelle fois déposé toute la défense et filé tranquillement l’essai, il a préféré faire une passe à une main à un coéquipier pour lui offrir l’essai… Et ce dernier a chuté en réceptionnant le ballon. Quelques minutes plus tôt, il avait fait la même chose en donnant carrément le ballon à Alexandre Roumat dans l’en but après une course de 70 mètres : « C’était le bon moment, il avait couru derrière moi, alors pourquoi ne pas partager cela avec lui ? », glissera tout sourire celui qui avait martyrisé le XV de France avec les Fidji en novembre dernier en inscrivant notamment un essai malgré trois joueurs français sur le dos.

L’UBB veut en profiter un maximum

Ces actions résument un peu tout ce qu’il est. Un joueur hors du commun qui doit « éviter de prendre de la masse musculaire » selon Frédéric Marcerou, le préparateur physique de l’UBB, pour garder sa vivacité et sa dextérité. Un paradoxe dans le rugby moderne. Reste maintenant à savoir si Semi Radradra permettra enfin au club d’atteindre les phases finales du championnat. C’est là qu’il est attendu au tournant dans les prochaines semaines. Pour l’instant, l’Union Bordeaux-Bègles est dans les clous (5e) à 9 journées de la fin de la saison régulière.

Semi Radradra avait martyrisé le XV de France avec les Fidji en novembre dernier.
Semi Radradra avait martyrisé le XV de France avec les Fidji en novembre dernier. – A-C.Poujoulat / AFP

S’il n’y arrivera pas tout seul bien évidemment, c’est tout de même un gros plus pour le demi d’ouverture international Matthieu Jalibert : « Il est hyper important pour nous car il permet d’ouvrir des brèches pour ses coéquipiers et ça, on ne le voit pas forcément. On attend que ce soit lui qui traverse le terrain à chaque fois mais il est aussi très utile sans le ballon. » Alors qu’il est sous contrat jusqu’en juin 2020, certains rêvent déjà de le voir prolonger l’aventure à Bordeaux. Lui affirme se sentir très bien ici et ce n’est pas les températures estivales en plein mois de février qui risque de le faire changer d’avis l’îlien.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

Bordeaux: «L’arrivée d’un homme ne peut pas tout changer», pourtant Christophe Urios est bien attendu comme le messie à UBB

Publié

le

RUGBY Les Bordelos-Bèglais attaquent le Top 14, samedi (20h45), face au Stade Toulousain avec leur nouveau charismatique manager

 

Christophe Urios par-ci, Christophe Urios par-là. Dans les tribunes du petit stade André Moga de Bègles, les supporters de l’UBB n’ont d’yeux que pour lui en regardant leur équipe préparer le premier match de la saison de Top 14 contre le Stade Toulousainsamedi (20h45). C’est un véritable plébiscite pour le nouvel homme fort de l’Union Bordeaux-Bègles : « C’est notre meilleure recrue cette saison ! Sans aucun doute ! », lance Patrice tout sourire.

Certains sont même déjà tombés amoureux à l’image de Nicolas : « Franchement, je l’adore. C’est énorme de l’avoir ici. C’est le meilleur manager français aujourd’hui. Et puis, je suis complètement fan de son style, de son franc-parler. C’est un monsieur ! » Il faut dire que Christophe Urios est un peu attendu comme le messie à l’UBB. En particulier par ses supporters qui rêvent des phases finales depuis la remontée du club dans l’élite du rugby français en 2011. Cette marche, le président Laurent Marti et ses joueurs butent dessus inlassablement chaque saison.

Laurent Marti abat sa dernière carte

Alors pour mettre fin à cela, le patron de l’Union a donc décidé de tout miser sur l’un des meilleurs managers du moment. Un homme qui emmena Oyonnax de la ProD2 à la Coupe d’Europe et surtout, le Castres Olympique au titre de Champion de France en 2018. Son nom avait été évoqué pour prendre la tête du XV de France en vue de la Coupe du monde 2023 mais c’est finalement à l’UBB que le charismatique Christophe Urios a signé un contrat de 4 ans au printemps dernier.

20 Minutes

@20Minutes

Bordeaux: «Son parcours parle pour lui»… Urios, le chaînon gagnant de l’UBB? http://bit.ly/2FwxAMg 

Voir l'image sur Twitter

3

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir les autres Tweets de 20 Minutes

Bref, on comprend mieux l’attente de certains au vu du CV du bonhomme : « Oui, oui, je la sens cette attente (sourires) ! Mais, c’est pour ça que je suis là donc, ça ne me pose pas de problème, explique l’intéressé dans sa gouaille habituelle, je ne suis pas quelqu’un qui stresse, quelqu’un qui a peur. Je viens avec mon état d’esprit. Je viens avec tout ce que j’ai, je donnerai tout après… » Après comme on dit, ce sont les joueurs qui sont sur le terrain. Et pour l’instant, l’ancien talonneur n’a pas prévu de remettre le maillot pour pousser en mêlée.

Il n’y arrivera pas tout seul

En revanche, on peut compter sur lui pour pousser ses hommes dans leurs derniers retranchements comme il sait si bien le faire. Mais attention, Christophe Urios, n’est pas un magicien et il tient tout de suite à le rappeler :

« L’arrivée d’un homme ne peut pas tout changer ! C’est tout un ensemble de choses qui doit changer. Si les joueurs ne changent pas eux-mêmes notamment les anciens, il n’y a aucune raison qu’on soit dans le top 6 puisqu’ils n’y sont jamais allés. Et ça, il faut bien que tout le monde l’entende. »

Christophe Urios avec l'une de ses recrues, l'Autralien Higginbotham.
Christophe Urios avec l’une de ses recrues, l’Autralien Higginbotham. – NICOLAS TUCAT / AFP

Sa patte se fait en tout cas déjà sentir sur et en dehors du terrain à l’image de la phase de préparation avec les « bacchus ». Pendant trois jours les joueurs se sont en effet affrontés par groupe dans une sorte d’olympiade où le nouveau manager bordelo-béglais avait mélangé travail et plaisir afin de créer un état d’esprit et de resserrer les rangs. Avec des espaces de jeu comme le Bassin d’Arcachon ou les vignes d’une propriété viticole du Médoc, lui, qui tient énormément à l’identité du territoire dans lequel évolue son équipe.

Une culture club à développer

En effet, Christophe Urios ne s’en cache pas, même si gagner des matchs reste son job, sa priorité aujourd’hui est bien « de regagner le cœur des supporters », très déçus des derniers échecs de l’Union Bordeaux-Bègles. Pour ça, cet incomparable meneur d’hommes veut notamment (re) créer une vraie culture club. Et le jeune pilier Thierry Païva l’a déjà bien intégré :

« Comme dans tous les clubs où il est passé, il tient à avoir une basse solide qui s’appuie sur la culture du club. On a fait beaucoup de réunions pour développer cette identité. Il y a bien sûr l’union pour l’état d’esprit mais aussi cette envie de retrouver le vrai jeu de l’UBB, ce jeu dynamique. Le cœur, ça fait partie des détails importants qu’il nous a entre autre manqué ces dernières saisons. »

Au point que le premier public d’Europe (en termes d’affluence) a fini par déserter un peu le stade Chaban-Delmas au fil des saisons. Contre le champion de France samedi près de 25.000 spectateurs sont attendus pour voir l’UBB. Mais surtout pour voir l’UBB de Christophe Urios. Et Thierry Païva en a « conscience car les supporters y croient à cette équipe mais nous aussi, on y croit vraiment. » Alors y’a plus qu’à…

Clement Carpentier@clementcarpet

🏉 Christophe Urios annoncent le conseil des sages de @UBBrugby :
👉Diaby et Lamerat (capitaines)
👉Jalibert et Botica (capitaines de jeu)
👉Tauleigne et Dubié (responsables de la vie de groupe)
👉Marais et Connor (représentants des valeurs du club) #UBB #Bordeaux #rugby

Voir l'image sur Twitter

29

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir les autres Tweets de Clement Carpentier
Continuez la lecture

Monde

Mercato: «Il fenomeno, Il fenomeno!»… Franck Ribéry accueilli en véritable rock-star du côté de Florence

Publié

le

FOOTBALL L’ancien Munichois s’est engagé avec la Fiorentina pour une durée de deux ans

 
Ribéry est arrivée à l'aéroport de Florence.
Ribéry est arrivée à l’aéroport de Florence. — Capture d’écrans @beinsports

Le Français Franck Ribéry a été accueilli en rock-star à l’aéroport de Florence mercredi, acclamé par les supporters de la Fiorentina, où il doit s’engager pour deux saisons après avoir passé sa visite médicale.

« Bienvenue légende », a écrit sur Twitter le club toscan de Série A avec une photo sur le tarmac de l’ailier français âgé de 36 ans, polo et écharpe de la Fiorentina sur le dos. L’ancienne gloire du Bayern Munich est libre de tout contrat depuis son départ cet été de Bavière après 12 saisons et 23 titres.

beIN SPORTS

@beinsports_FR

✈ #Mercato 🇮🇹 #SerieA Les fans de la Fiorentina en transe à l’arrivée de Franck Ribéry 🙌🙌

Vidéo intégrée

752

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
226 personnes parlent à ce sujet

Après s’être dit « prêt pour un nouveau défi » lundi sur Instagram, Ribéry a mis en scène mercredi sur ce réseau social son voyage en avion privé puis son arrivée sur le sol italien. On le voit sous ses nouvelles couleurs violettes, signant des autographes et acclamé par des dizaines de tifosi, avant de le voir découvrir sa nouvelle ville, Florence, depuis un panorama accompagné de dirigeants florentins.

Ribéry se débrouille déjà en italien

A l’aéroport, il s’est même targué de quelques phrases en italien : « Je suis heureux, je suis là avec ma famille. J’ai parlé pendant une semaine avec la Fiorentina, j’ai parlé aussi avec Luca Toni (son ex-coéquipier au Bayern, passé par Florence). Il m’a dit que la Fiorentina était un grand club et que la ville était belle », s’est-il enthousiasmé dans une vidéo postée par son futur club sur Facebook. « J’aime aussi l’italien, je le parle un peu même s’il faut que je m’améliore ». Modeste, avec ça.

Daily Mercato@DailyMercato

Ribéry se balade déjà en italien 👌

Vidéo intégrée

3 073

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
1 028 personnes parlent à ce sujet

« Pour moi, il était crucial que je signe un contrat pour deux ans, avait-il confié à la chaîne allemande de Sky Sports. Un autre facteur important est de pouvoir avoir ma famille avec moi. Je suis très heureux de pouvoir jouer au football de haut niveau pendant encore deux ans ».

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux-Montpellier: En attendant mieux (et surtout des recrues), Paulo Sousa répond sur le terrain face au MHSC (1-1)

Publié

le

FOOTBALL Très critiqué après la large défaite à Angers, le Portugais a cette fois-ci permis à son équipe de prendre son premier point de la saison grâce à ses choix

 

A une jambe près Souleymane Camara aurait pu tout gâcher. Mais l’attaquant montpelliérain était bien hors jeu à la 88e minute de jeu quand il a cru redonner l’avantage (et la victoire) au MHSC. Quelques instants, certains supporters bordelais ont dû se dire : « Ce n’est pas possible ! » Mais non, cette fois-ci, les Girondins de Paulo Sousa ont bien échappé à la défaite. Et c’est déjà pas mal quand on connaît le bilan du coach portugais depuis son arrivée au club au mois de mars dernier (deux victoires en 12 matchs de Ligue 1).

Le très critiqué entraîneur bordelais a donc répondu sur le terrain ce samedi face à Montpellier. Et il était temps car à la mi-temps, le bateau tanguait encore sérieusement après l’ouverture du score de Delort sur une magnifique reprise de volée. Mais Paulo Sousa n’a pas froid aux yeux alors il a sorti un milieu de terrain (Basic) pour le remplacer par un attaquant (Maja) pour tenter de récreer un électrochoc. Un choix payant puisque c’est le jeune Anglais qui a égalisé après une erreur du vétéran Hilton.

Kocielny rassure déjà

L’entrée du jeune Benrahou aura également été un bon choix du Portugais puisqu’il a dynamisé le jeu des Girondins. « Ça me donne plus de motivation que jamais de continuer à travailler avec cet effectif-là. Dans l’implication individuelle et collective, j’ai beaucoup aimé ce que j’ai vu en seconde mi-temps », expliquait-il après la rencontre. Et les 30.000 spectateurs du Matmut Atlantique, aussi, auront apprécié ce second acte.

Laurent Kocielny a joué son premier match avec les Girondins.
Laurent Kocielny a joué son premier match avec les Girondins. – NICOLAS TUCAT / AFP

Comme ils ont apprécié la première de Laurent Kocielny sous le maillot des Girondins. L’international français a livré une bonne copie même s’il est un peu pris sur le but héraultais et qu’il a écopé d’un carton jaune en fin de match. Mais sa présence rassure déjà les autres à l’image de Mexer et Pablo en grande difficulté la semaine dernière à Angers. Reste maintenant à trouver un autre patron au milieu de terrain.

L’oiseau rare se fait attendre

Le dossier est prioritaire au club. Les dirigeants y travaillent depuis des semaines voire des mois. Mais pour le moment l’oiseau rare se fait attendre. Une chose est sûre, ce ne sera pas Maxime Gonalons. L’ancien lyonnais n’a jamais vraiment intéressé le club et selon nos informations, son état de santé a fini par convaincre les dirigeants de ne pas se pencher sur son cas.

Autre piste un peu plus approfondie par le club, celle du jeune Olivier Ntcham.L’international Espoir français du Celtic Glascow (23 ans) a été proposé car les Ecossais ne comptent plus vraiment sur lui mais aujourd’hui, ce n’est pas la priorité et surtout, ça reste trop cher pour le club selon les informations de 20 Minutes.

Clement Carpentier@clementcarpet

⚽️Quand on voit ce que font les Ultramarines @ub87officiel semaine après semaine (cf Angers) malgré les défaites qui s’enchaînent depuis plusieurs saisons, on peut dire chapeau. Ce serait bien qu’il y ait un renvoi d’ascenseur sur le terrain… #Bordeaux #Girondins #FCGB

Voir l'image sur Twitter

291

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
74 personnes parlent à ce sujet

Un joueur reste en tout cas la priorité du club pour le poste de milieu relayeur où Paulo Sousa souhaite également se renforcer, il s’agit de Youssef Aït Bennasser. Un contrat de quatre ans attend le Morocain aux Girondins mais Monaco et Bordeaux doivent encore se mettre d’accord. En revanche, la piste du jeune ailier Matteo Tramoni s’est refroidie ces derniers jours. Enfin, côté départ, les dirigeants espèrent trouver rapidement un accord pour Younousse Sankharé et Daniel Mancini.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr