Connect with us

Alimentation

Bordeaux : Pourquoi le tribunal administratif a-t-il annulé le permis de construire de Philippe Etchebest ?

Publié

le

URBANISME Le tribunal administratif de Bordeaux a annulé le 31 octobre, le permis de construire déposé par le chef Philippe Etchebest, pour son nouveau projet de restauration aux Chartrons

 

Le tribunal administratif de Bordeaux a annulé le 31 octobre le permis de construire du chef Philippe Etchebest, qui souhaite transformer un immeuble de la rue Rode, aux Chartrons, en deux restaurants et une épicerie.

Pointant des « insuffisances » et des « inexactitudes » dans le dossier du permis de construire déposé par la SCI Chartrons de Philippe Etchebest, le tribunal a par exemple expliqué que « les plans joints font apparaître une toiture plate sur la partie arrière de la construction alors que les photographies aériennes produites démontrent l’existence d’une pente. »

Il ressort aussi du jugement que nous avons consulté, que « la SCI Chartrons a réalisé des travaux de démolition de la quasi-totalité de l’intérieur de la construction existante, non autorisés par le permis de construire et ayant donné lieu à un procès-verbal d’infraction dressé le 3 avril 2019. » Des travaux qui « n’apparaissent pas susceptibles de faire l’objet d’une mesure de régularisation » ajoute le tribunal.

« Les agences immobilières ont dit à mon client que la valeur de son bien devait être dévaluée de 130.000 euros »

Contacté par 20 Minutes, Me Thomas Rivière, avocat du voisin qui a attaqué le permis de construire, explique que son client « était en passe de vendre son appartement fin 2018 », mais qu’« après la signature du compromis, l’acquéreur a eu vent du projet de restaurant de Philippe Etchebest, comprenant notamment la construction d’un mur qui va faire obstacle à la vue, et il a décidé de casser la vente. »

Après avoir consulté plusieurs agences immobilières, ce voisin aurait alors appris que « la valeur de son bien devait être dévaluée d’environ 130.000 euros » assure son avocat. « Non seulement à cause du mur, mais aussi des nuisances liées à l’activité de restauration. » Le voisin aurait alors « regardé attentivement le permis et découvert plusieurs défauts », notamment la toiture en pente et les démolitions non autorisées, pointées par le tribunal. « Philippe Etchebest a dessiné un plan volontairement faux » accuse Me Thomas Rivière.

« Il n’y a eu aucune négociation »

Alors que Philippe Etchebest accuse le voisin qui l’attaque de vouloir le « racketter », son avocat dément. « Je n’ai même pas encore demandé de dommages et intérêts sur le fond du dossier. J’ai pour le moment uniquement exposé le préjudice subi par mon client, de l’ordre de 130.000 euros. C’est une base de réflexion, où est l’extorsion ? Aucune demande n’a été déposée de payer cette somme, et il n’y a eu aucune négociation. Et si mon client a bien proposé à M. Etchebest qu’il lui rachète son appartement, ce dernier a refusé après l’avoir visité, et nous en sommes restés là. »

Il faudra maintenant attendre l’audience en cour d’appel pour voir si l’affaire prend une nouvelle tournure. « Je sais que M. Etchebest cherche à trouver une solution nouvelle pour régulariser son permis, mais je ne sais pas ce qu’il va mettre dedans, ajoute Me Thomas Rivière. Et en appel, je ne vois pas quelles sont les pièces qui manquaient au tribunal administratif qu’il pourra produire. Le procès a déjà été long et argumenté des deux côtés. »

Dans une interview à 20 Minutes, Philippe Etchebest assure de son côté que les démolitions ont été rendues nécessaires par « l’état de vétusté de l’immeuble », et s’il reconnaît qu’il existait bien une pente sur le toit qui ne figurait pas dans les plans du permis de construire, il assure qu’il n’y avait « rien d’intentionnel », et que son architecte « s’est basé sur le schéma initial du géomètre. »

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AGRICULTURE

Bordeaux : « On boit quoi avec ? », un nouveau service digital pour accorder mets et vins

Publié

le

TECHNOLOGIE La start-up Winespace vient de lancer fin 2019 un service en ligne pour proposer des recommandations de vin en fonction des plats que s’apprêtent à déguster les utilisateurs

 

Vous êtes incapable de choisir parmi les nombreuses références de vin dans les rayons du supermarché ou indécis face aux bouteilles de votre propre cave ? La start-up bordelaise Winespace, créée par trois jeunes ingénieurs du cru, propose depuis fin 2019 un service en ligne gratuit « On boit quoi avec? » qui permet des recommandations au grand public, en fonction des plats que se préparent à déguster les utilisateurs.

La start-up a été créée en janvier 2017 dans le but de « changer la manière d’aborder le vin et de le recommander. Le leitmotiv a été d’essayer de changer ce côté un peu angoissant du vin quand il faut choisir », explique Sylvain Thibaud, l’un des cofondateurs de Winespace. L’idée est de proposer des conseils personnalisés en sommellerie aux consommateurs de vin.

L’IA connaît déjà plus de 130.000 recettes

« Vous écrivez votre recette [dans la barre de recherche] et on a créé une intelligence artificielle qui va comprendre l’intitulé du plat et décomposer ce qu’il y a à l’intérieur. Par exemple pour le bœuf bourguigon, elle est capable de comprendre que c’est du bœuf, que c’est un plat mijoté dans du vin rouge et originaire de Bourgogne. Une fois qu’elle a identifié la sauce, l’assaisonnement, elle est capable d’identifier le profil du vin qui va le mieux se marier avec ce plat parce qu’on lui a appris des règles de sommellerie ».

L’utilisateur indique son budget et on lui recommande plusieurs appellations (toutes françaises pour le moment) en fonction de toutes ces données. L’utilisateur se voit proposer le choix du sommelier mais aussi à chaque fois du blanc et du rosé, dans cette version grand public. « On lui a appris 130.000 recettes et elle est capable de faire des liens et d’en comprendre d’autres qu’on ne lui a pas apprises, précise Sylvain Thibaud. Par exemple, la tarte aux asperges, elle comprend ce qu’est une tarte et ce que sont des asperges. »

Une vitrine pour une version pro

Winespace a commencé par réaliser de la vente directe en ligne avec un réseau de producteurs, en utilisant des outils de recommandations et, fin 2018, elle a intégré l’incubateur Bordeaux Technowest sur le site du Bouscat dédié à l’e-commerce.

« Pour se différencier, on a décidé de développer des solutions de recommandations pour mimer les experts du vin avec de l’intelligence artificielle », précise Sylvain Thibaud. La version gratuite doit entraîner l’algorithme destiné à une version professionnelle qui recommande des bouteilles spécifiques.

« On est en discussion avec quelques acteurs du marché du vin, ce sont des solutions qu’on va vendre à des grandes surfaces, à des chaînes de cavistes et à des restaurateurs intéressés par ce type de conseils », détaille le cofondateur de Winespace. La version grand public joue un rôle de vitrine et la version professionnelle, en cours de finalisation, sera terminée au printemps.

Continuez la lecture

AGRICULTURE

Alcool : Mais pourquoi boit-on globalement moins en Ile-de-France qu’ailleurs ?

Publié

le

DRY LIFE En France métropolitaine, c’est en Ile-de-France que la consommation est la moins fréquente selon une étude de Santé Publique France

 

« Ça faisait 12 bières que je m’enfilais », attaquait en 1981 le Parisien Renaud dans sa chansonJ’ai raté Téléfoot. Aujourd’hui, un tel comportement est devenu plus que minoritaire, selon une étude de Santé Publique France publiée mardi. En effet, « la consommation d’alcool, à la fois chez les jeunes âgés de 17 ans et chez les adultes de 18 à 75 ans, était plus faible en Ile-de-France en 2017 que dans les autres régions métropolitaines », indique le rapport. Mieux, les alcoolisations ponctuelles importantes (6 verres ou plus en une seule occasion) mensuelles – en gros, ce qu’on appelle le binge drinking – sont les plus faibles de métropole avec un taux de 13,9 % en Ile-de-France, tandis que la consommation quotidienne dans la région capitale a chuté de 13,8 points, de 19,9 % à 6,1 %.

Mais comment s’explique cette moindre consommation francilienne ? Pour François Beck, chercheur à l’Inserm et ancien directeur de l’OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies), rien de neuf sous le soleil. « Cette différence de l’Ile-de-France par rapport aux autres régions, c’est quelque chose que l’on observe depuis une vingtaine d’années et qui s’affine, explique-t-il. Mais ça reste un sujet d’interrogation. » D’autant, ajoute-t-il que ces observations de moindre consommation valent autant pour les adultes que pour les populations adolescentes.

Les facteurs culturels jouent à plein

Malheureusement, « ce sont des tendances qui ne sont pas très faciles à décrypter, note le chercheur, car là on observe dans cette étude le niveau régional, mais c’est très entremêlé avec d’autres facteurs, notamment sociaux et culturels ». Adieu donc certitudes et explications toutes faites, place aux hypothèses. La première d’entre elles est qu’il y a « des facteurs culturels qui jouent fortement, avec des environnements moins favorables qu’ailleurs à certains modes d’alcoolisation. » Ainsi dans certaines régions, comme la Bretagne, l’ivresse est positivement associée à la fête, ce qui est globalement moins le cas en Ile-de-France. « En province, on prend un apéritif ou un afterwork et on va dîner derrière, en Ile-de-France, on rentre dîner chez soi », ajoute Nicolas El Hakim, président des restaurateurs de l’Umih et propriétaire de deux restaurants à Paris.

Par ailleurs, même si ce n’est pas le facteur le plus important, la moindre accessibilité à l’alcool en Ile-de-France, notamment en raison du prix plus élevé, joue aussi. « Le fait de ne pas avoir à disposition des alcools très peu chers va contribuer à limiter la consommation », affirme François Beck. « On a une barrière au niveau du prix donc on consomme moins, abonde Nicolas El Hakim. En Ile-de-France, le cocktail, type Moscow mule ou Cosmopolitan, est très à la mode mais va chercher dans les 15 -18 euros. En province, on est plus à 10-12 euros. »

Enfin le président des restaurateurs de l’Umih avance une raison plutôt triviale. « Les consommateurs d’alcool franciliens sont beaucoup plus vigilants sur la limite de consommation d’alcool avant de prendre le volant, car il y a beaucoup plus de contrôles routiers qu’en province. Les gens sont sur un verre d’alcool ou deux au maximum. On sait que si un client prend l’apéro, il ne va pas prendre de vin, ou un seul verre, il n’ira pas sur la bouteille. » Il y aurait plus de Sam en Ile-de-France qu’ailleurs et donc moins de buveurs.

Continuez la lecture

AGRICULTURE

Auchan Retail va supprimer 517 emplois nets dans le cadre d’un projet de « réorganisation »

Publié

le

TRAVAIL Trois CSE extraordinaires ont réuni ce mardi des élus et la direction du groupe Auchan

 
Un magasin Auchan au Mans (image d’illustration). — SICCOLI PATRICK/SIPA

Auchan va supprimer plus de 500 emplois nets via un plan de départs volontaires (PDV). Le distributeur nordiste a fait cette annonce ce mardi dans le cadre d’un projet de « réorganisation » de son activité, sur fond d’essoufflement du modèle de l’hypermarché.

Afin d’être « plus à l’écoute des nouveaux besoins et attentes du marché », la direction d’Auchan Retail estime que l’entreprise doit « adapter » son organisation et ses méthodes de travail, ce qui doit conduire à la « suppression nette de 517 emplois », précise-t-elle dans un communiqué.

Un plan de redressement annoncé en août

Ce projet a été présenté ce mardi matin aux instances représentatives du personnel au cours de trois CSE extraordinaires dans le Nord, à Lesquin et Marcq-en-Baroeul. « Les nouvelles attentes des consommateurs nécessitent de faire évoluer l’entreprise » : « afin de gagner en efficacité opérationnelle et en agilité, Auchan Retail projette de réorganiser ses fonctions supports sur le territoire français », affirme le distributeur dans son communiqué. Dans ce cadre, ajoute-t-il, « il est envisagé un projet de réorganisation », qui verra les équipes actuelles être « redimensionnées ».

Le PDV envisagé concerne ainsi « les salariés des fonctions  » siège  » et  » produits  » d’Auchan Retail France et des services d’appui de l’organisation commerciale territoriale des activités françaises ». Selon le distributeur, 677 postes seraient supprimés, dont 652 actuellement occupés, tandis que 135 postes seraient créés, soit une « suppression nette de 517 emplois actuellement occupés ».

Le groupe de distribution, en difficulté, avait déjà lancé un premier volet de son plan de « redressement » au printemps 2019, avec la cession de 21 sites concernant potentiellement entre 700 et 800 salariés. En juillet, la direction avait affirmé avoir trouvé des repreneurs pour dix des sites mis en vente. Ces actions visent un « retour à l’équilibre financier et un changement profond à horizon 2022 », qui passera par « la réduction de ses coûts de fonctionnement », avec pour « ambition à terme » de réaliser 1,1 milliard d’euros d’économies de coûts, ajoute Auchan.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr