Connect with us

Sports

Bordeaux: «C’est une icône du club», Baptiste Serin et son histoire d’amour inachevée avec l’UBB

Publié

le

RUGBY Après 10 ans au club, le demi de mêlée international va disputer son dernier match au stade Chaban-Delmas avant de prendre la direction de Toulon la saison prochaine

 

Le moment risque d’être rempli d’émotion. Certains auront sûrement la larme à l’œil. A commencer par Baptiste Serin, lui-même, sur le terrain. Et pour cause après 10 ans à l’Union Bordeaux-Bègles, le demi de mêlée international français va dire au revoir au stade Chaban-Delmas à l’occasion de l’avant-dernier match de la saison de Top 14 contre le Stade Toulousain, ce dimanche après-midi (16h50). La saison prochaine, il prendra la direction de la rade de Toulon.

« Ça risque de sérieusement le remuer ! », avoue l’ancien de la maison béglaise Guy Accoceberry, alors que « ça va faire très bizarre, à Marco Tauleigne son coéquipier, je ne me rends pas encore compte qu’il va partir. » Ce n’est pas une page qui se tourne pour Baptiste Serin mais un chapitre de sa vie. Il va quitter « sa maison » comme il le dit. Et les chiffres sont là pour le rappeler. Depuis sa première apparition en équipe première avecl’UBB, le 13 octobre 2012, contre les London Irish en Challenge Cup, Baptiste Serin, c’est :

  • 123 matchs
  • 452 points
  • 15 essais
  • 2 cartons jaunes et 0 carton rouge

Il symbolise l’évolution de l’UBB

Alors que retenir de cette décennie sous le maillot girondin. Tous se rejoignent sur un point comme le souligne David Ortiz qui l’a entraîné dès l’âge de 15 ans en sélection régionale puis avec les Espoirs du club : « Sa simplicité et son accessibilité. Il a des valeurs humaines très fortes. Toujours un mot, un geste pour tout le monde. Il est apprécié de tous. » Guy Accoceberry, demi de mêlée du XV de France dans les années 1990, à qui il a souvent été comparé, lui, retient « son évolution assez fulgurante jusqu’au niveau international. Il a su saisir sa chance à chaque fois et s’imposer même si les deux dernières saisons furent plus compliquées… »

Baptiste Serin et l'UBB ont fini par renverser Toulon.
Baptiste Serin et l’UBB ont fini par renverser Toulon. – Nicolas Tucat

Son évolution symbolise aussi celle de l’Union Bordeaux-Bègles. Avec d’autres, il a amené ce club jusqu’aux portes des phases finales et disputé pour la première fois, la Champions Cup en 2016 et 2017. « Il a grandi avec l’UBB. Baptiste (Serin) est l’image de la réussite du club et notamment de sa formation », rappelle David Ortiz. Au point d’être devenu « une icône » de celui-ci pour Marco Tauleigne : « C’est quelqu’un qui a l’UBB dans le cœur et dans le sang ! »

Les phases finales, l’éternel regret

Pourtant, l’histoire ne fut pas toujours un long fleuve tranquille à l’image des sifflets reçus à sa sortie du terrain un soir de décembre 2016 : « Le public a parfois été très dur avec lui. Quelques semaines plus tôt, ces mêmes spectateurs l’acclamaient », se souvient Guy Accoceberry. Une sorte de « Je t’aime, moi non plus » qui avait fait sortir de ses gonds à l’époque un autre enfant du club, Jefferson Poirot : « Choqué d’entendre des sifflets à l’encontre d’un tel joueur ! Combien de matchs nous a-t-il fait gagner ? »

Jefferson Poirot@Jeff_Poirot

Choqué d’entendre des sifflets à l’encontre d’un tel joueur @Serin_Baptiste !
Combien de matchs nous a t il fait gagner? #tellementpasrugby

Rugby-Scapulaire.com@RugbyScapulaire

Les sifflets à l’encontre de @Serin_Baptiste, c’est d’une débilité sans nom, qu’on se le dise. #UBBSP

356

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
237 personnes parlent à ce sujet

Beaucoup, pourrait-on répondre à son capitaine. Mais malheureusement pas assez pour amener l’UBB en phases finales. Sauf miracle, cette saison encore le club manquera le top 6. « Je ne veux pas parler à sa place mais je pense qu’il a un peu d’amertume voire beaucoup par rapport à ça », confirme le troisième ligne. Les deux amis rêvaient comme leur président de jouer une demi-finale au Matmut Atlantique cette saison. C’est aussi pour cette raison qu’il a choisi de rejoindre le RCT, une place forte du rugby français ces dernières années même si le club de Moura Boudjellal traverse une période difficile.

Toulon, un second souffle pour sa carrière

Un choix mûrement réfléchi. Si beaucoup le regrettent comme David Ortiz, « c’est aussi bien de voir autre chose, de sortir de sa zone de confort » pour l’entraîneur des Espoirs de l’UBB. « C’est un choix de carrière, c’est le rugby d’aujourd’hui. Mon regret c’est qu’il ne jouera pas encore la Coupe d’Europe la saison prochaine et puis, je l’aurais plus vu à Clermont et son jeu de mouvements pour prendre la suite de Morgan Parra ou Greg Laidlaw », dixit Acco.

En attendant, ce nouveau défi en club sur la rade, Baptiste Serin en a un autre à relever. Celui de la Coupe du monde de rugby au Japon. Ce serait sa première.

Voir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

20minutesbordeaux@20minutesbord

XV de France: Comment Baptiste Serin a réussi à revenir dans la mêlée http://dlvr.it/QrPSDK  via @20minutesBord

Voir les autres Tweets de 20minutesbordeaux
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Titulaire à la mêlée avec le XV de France en 2017, le Landais est redescendu un peu dans la hiérarchie depuis avec notamment l’éclosion du Toulousain Antoine Dupont et le retour épisodique de Morgan Parra. Mais à quelques semaines de la liste de Jacques Brunel, son nom reste en bonne position. En tout cas, dans le trio de tête à ce poste. Avant de penser à tout ça, Baptiste Serin a déjà un premier rendez-vous important avec ses adieux à l’UBB.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Bordeaux-OM : « Défaite interdite les gars », les vestiaires du Matmut dégradés avant le match

Publié

le

FOOTBALL Une ou plusieurs personnes se sont introduites dans le stade dans la nuit de samedi à dimanche

 

On le sait Bordeaux-Marseille est le match de l’année pour les supporters des Girondins. Ce dimanche, leur club de cœur a conservé son incroyable invincibilité à domicile contre l’ennemi juré (42 ans) grâce au match nul (0-0) entre les deux équipes.

Si les supporters ont l’habitude de se rendre au château du Haillan pour rappeler l’importance de cette rencontre aux joueurs comme ce fut le cas samedi, un ou plusieurs d’entre eux ont souhaité aussi le faire savoir dans le vestiaire même des joueurs. Dans la nuit de samedi à dimanche, celui-ci a été dégradé avec les inscriptions suivantes, rapporte Sud Ouest : « Défaite interdite les gars. Les sardines, on les tue ce soir, ok. »

Une enquête ouverte

D’autres pièces du Matmut Atlantique ont été visitées lors de cette intrusion : le bureau détente de l’arbitre et stadium manager et la salle d’échauffement des joueurs. Le stade généré par SBA était alors sous la responsabilité des Girondins de Bordeaux en vue des préparatifs pour la rencontre. La police a été immédiatement appelée et une enquête est ouverte. Les dégradations auraient été très légères.

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux : Le marathon nocturne disparaît, le semi-marathon devrait survivre

Publié

le

COURSE A PIED La mairie met notamment en avant le surcoût financier de l’édition 2019 après son report

Chineese tourists wear face mask near the Louvre Museum in Paris, France, on 26 January 2020. (Photo by Jerome Gilles/NurPhoto via Getty Images)

Cinq. C’est le nombre d’éditions qu’aura connu le marathon nocturne de Bordeaux. L’aventure n’ira pas plus loin. Un souhait de la métropole notamment après une édition 2019 très compliquée avec le report de l’événement d’avril à octobre en raison du mouvement des « gilets jaunes », rapporte Sud Ouest.

La difficulté à trouver des signaleurs et bénévoles mais surtout le surcoût financier de cette dernière édition ont fini par convaincre Nicolas Florian, le maire, de mettre fin au marathon nocturne de Bordeaux (dont seulement 15 % des inscrits aux différents formats de course participaient). Selon un élu, l’édition 2019 a coûté près de 150.000 euros au lieu de 65.000 euros les années précédentes. Les retombées économiques n’étaient pas non plus au rendez-vous notamment pour les deux autres villes traversées dans la métropole : Talence et Pessac.

20minutesbordeaux@20minutesbord

Bordeaux : La métropole va devoir mettre la main à la poche pour le report du marathon http://dlvr.it/RGtMCh  via @20minutesBord

Voir l'image sur Twitter

2

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir les autres Tweets de 20minutesbordeaux

Ironman se retire

Si la société Ironman, prestataire du marathon avec le Stade Bordelais, a réfléchi à un nouveau tracé depuis plusieurs mois, finalement aucun accord n’a été trouvé. L’événement ne va pas complètement disparaître puisque la mairie de Bordeaux a demandé au club bordelais de plancher sur un « un événement de masse, de sport pour tous, très ouvert sur le patrimoine ». Il devrait s’agir d’un semi-marathon classique organisé en octobre prochain.

Continuez la lecture

Bordeaux

Nantes-Bordeaux : « On ne s’y attendait pas », les Girondins ont mis fin au partenariat avec le centre de formation argentin de Sala

Publié

le

FOOTBALL Après 17 ans de collaboration, le partenariat avec le « Proyecto Crecer » s’est arrêté début janvier

 

Sans cette structure peut-être que le monde entier n’aurait jamais découvert le talent d’Emiliano Sala. Le « Proyecto Crecer » (« Projet Grandir ») fut en effet un véritable tremplin pour l’attaquant argentin disparu tragiquement il y a un an. Créé en 2002 par Julio Di Meola, un ancien joueur, ce centre de formation situé à San Francisco de Cordoba en Argentine a permis grâce à son partenariat avec les Girondins de Bordeaux à des jeunes du pays de réaliser leur rêve : devenir joueur professionnel.

Emiliano Sala mais aussi Valentin Vada (Almeria) ou Daniel Mancini (Aris Salonique) en sont les meilleurs exemples. Une belle réussite pour toutes les parties. Pourtant cette collaboration de 17 ans vient de s’arrêter : « La convention qui nous liait a pris fin le 31 décembre dernier. Il avait fait l’objet de plusieurs prolongations jusqu’en 2019. Le « Proyecto Crecer » a été informé de cette décision de façon transparente et officielle depuis plusieurs mois », explique aujourd’hui le club bordelais qui semble vouloir réorienter sa politique sur ce sujet avec des partenaires plus locaux (voir encadré).

Le « Proyecto Crecer » est installé à San Francisco de Cordoba.
Le « Proyecto Crecer » est installé à San Francisco de Cordoba. – « Proyecto Crecer

Un partenariat gagnant-gagnant

Si pour Guillermo, qui a repris le flambeau avec sa sœur Gisela à la mort de leur père en 2017, cela a été « surprenant après de nombreuses années de collaboration », et qu’il « ne s’y attendait pas », il n’en veut pas aux Girondins :

« Nous ne sommes pas du tout en colère contre le club. Nous adorons toujours les Girondins. Il n’y a eu aucun conflit. Tout s’est bien terminé. Cela met juste fin à une étape très positive pour nous. »

C’était du gagnant-gagnant. D’un côté, la structure argentine recevait un soutien logistique (équipements pour les entraîneurs et les 250 jeunes joueurs) et une aide financière mensuelle. De l’autre, les meilleurs éléments rejoignaient le club au scapulaire pour parfaire leur formation. Et parfois, il fallait insister comme avec Emiliano Sala. L’Argentin a fait plusieurs allers et retours avant de s’installer en Gironde et de venir un bon buteur (94 buts en 239 matchs).

Deux jeunes argentins encore au club

Alors que le partenariat est officiellement terminé, il se poursuit tout de même un peu dans les faits pour le moment. Deux jeunes argentins de 16 ans (Maximiliano Gay et Valentin Aiassa) jouent cette saison avec les U17 des Girondins, et le club les accompagnera jusqu’au bout. De l’autre de l’Atlantique, Guillermo assure que « dans tous les cas, [son] club a maintenant une structure solide qui s’appuie sur de nombreuses années d’expérience et de travail. Nous ne sommes pas du tout inquiets. »

Le « Proyecto Crecer » va poursuivre sa route même sans Emiliano Sala et les Girondins de Bordeaux. La famille Di Meola compte bien trouver un nouveau club partenaire dans les prochaines semaines : « Il y a des contacts avec de nombreux clubs européens aujourd’hui mais encore rien de concret. On parlera en temps voulu. » D’ici là, ils vont suivre devant leur TV dimanche après-midi (17h) le vibrant hommage qui sera rendu à leur ancien joueur lors de Nantes-Bordeaux au stade de la Beaujoire.

20 Minutes Nantes@20minutesnantes

FC Nantes : Le club dévoile le maillot porté par les joueurs dimanche en hommage à Sala http://dlvr.it/RNRkgL  via @20minutesnantes

Voir l'image sur Twitter

5

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir les autres Tweets de 20 Minutes Nantes

Les Girondins se recentrent sur le local

Si le club a mis fin au partenariat avec « Proyecto Crecer », c’est en partie pour en développer de nouveaux plus « locaux ». Les dirigeants viennent de créer avec la ligue le « cercle de Nouvelle-Aquitaine » qui regroupe tous les clubs qui souhaitent devenir partenaire des Marine et Blanc. Pour ça, les Girondins proposent quatre formules : une gratuite et trois payantes (de 500 à 3.000 euros par club). En échange, le club met à disposition des formations administratives et sportives, des visuels avant les matchs, des visites du centre d’entraînement ou du stade, des places et d’autres animations.

Un système dénoncé par certains supporters sur les réseaux sociaux dont les Ultramarines en conflit avec la direction et par des dirigeants du football amateur. Des critiques auxquelles souhaite répondre le club : « Ce sont les clubs qui choisissent. Il n’y a aucune obligation. On a déjà 30 clubs signataires et 80 % ont pris un partenariat payant. C’est leur choix. Nous sommes simplement là pour les accompagner et les soutenir ».

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr