Connect with us

securite

Bordeaux: A quand un trafic de marchandises sur le fleuve pour sortir les camions des routes?

Publié

le

ENVIRONNEMENT Le nouveau maire de Bordeaux Nicolas Florian a fait part de sa volonté de développer le transport de marchandises sur la Garonne

 

Si des gabares transportaient des matériaux sur la Garonne au XIXe siècle, ce trafic s’est aujourd’hui réduit à peau de chagrin. Pourtant, il pourrait participer à sortir des camions des routes girondines, très encombrées.

Sur ce point tous les acteurs semblent d’accord et Nicolas Florian, maire (LR) de Bordeaux a, début avril, souligné sa volonté de développer ce pan d’activité, à l’occasion de l’inauguration du ponton Ariane sur la rive gauche, quai des Chartrons. Il est destiné à l’accueil de grands voiliers, superyachts, paquebots fluviaux et navires militaires. Mais si la volonté est affichée, la mise en place effective d’un tel fret ne paraît pas pour demain.

Les acteurs semblent unanimes…

« Nous sommes la première ville à avoir mis en place l’évacuation par la Garonne des déchets des paquebots fluviaux jusqu’à l’usine Astria de Bègles », rappelle Stéphan Delaux, adjoint au maire chargé de l’attractivité économique et de la vie fluviale. Mais il reconnaît qu’il faut aller plus loin : « Il faut stimuler les acteurs, le fleuve est au milieu de la métropole et peut nous rendre plus de services, tout le monde est concerné ».

« Il faut une utilisation beaucoup plus importante de l’axe fluvio-maritime, abonde Philippe Dorthe, conseiller régional (PS) et administrateur du grand port maritime de Bordeaux. Je pense au Libournais, au Langonnais, au Pauillacais, à toutes les communes qui bordent les fleuves Garonne et Dordogne ». Il constate aujourd’hui des situations aberrantes, « par exemple les livraisons pour l’entreprise Pro Loisirs, basée au Verdon-sur-Mer, arrivent par camions ».

… mais rien de concret n’est programmé pour l’instant

« Tout le long de l’estuaire, les appontements et les infrastructures existent, relève le nouveau directeur du grand port maritime de Bordeaux Jean-Frédéric Laurent. Mais tout est à construire en ce qui concerne le fret ». Il n’y a pas d’étude à ce stade et le modèle entier reste à imaginer, en dialoguant avec le réseau des voies navigables, la métropole et les acteurs privés auprès desquels des appels d’offres pourraient être envisagés. Une convention existe entre le port, la région, le département et la métropole et pourrait servir de cadre pour le lancement d’une éventuelle étude.

Pour Philippe Dorthe, cette réflexion autour du transport de marchandises ne peut faire l’économie d’une prise en compte des carburants propres, comme l’hydrogène, pour ne pas louper le coche de la transition énergétique.

Il y voit un vrai potentiel économique pour le territoire : « Plus il y a de bateaux, plus la réparation navale va se développer », résume-t-il. De belles perspectives mais qui n’auront de réalité que si ce projet de fret émerge enfin…

Tourisme et fret: la résurrection du canal du Midi

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Etats-Unis: Si Téhéran «veut se battre», ce sera «la fin officielle de l’Iran», menace Donald Trump

Publié

le

TENSIONS Les tensions entre Washington et Téhéran se sont exacerbées, alors que les Etats-Unis ont annoncé le déploiement dans le Golfe du porte-avions Abraham Lincoln et de bombardiers B-52

 

Le président américain Donald Trump a menacé l’Iran de destruction en cas d’attaque contre des intérêts américains, alors que les relations entre Téhéran et Washington sont extrêmement tendues depuis le rétablissement des sanctions économiques américainesen novembre dernier.

« Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Plus jamais de menaces à l’encontre des Etats-Unis », a lancé dimanche Donald Trump sur Twitter. Les tensions entre Washington et Téhéran se sont exacerbées, alors que les Etats-Unis ont annoncé le déploiement dans le Golfe du porte-avions Abraham Lincoln et de bombardiers B-52, invoquant des « menaces » de la part de l’Iran.

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

If Iran wants to fight, that will be the official end of Iran. Never threaten the United States again!

170K

Twitter Ads info and privacy
97.2K people are talking about this

Des relations au plus bas

L’administration Trump a ordonné au personnel diplomatique non-essentiel de quitter l’Irak, citant des menaces émanant de groupes armés irakiens soutenus par l’Iran. Dimanche, une roquette Katioucha, a été tirée contre la Zone Verte à Bagdad, qui accueille des institutions gouvernementales et ambassades, dont celle américaine. Il n’était pas clair dans l’immédiat qui était derrière cette attaque.

Les relations américano-iraniennes sont au plus bas depuis que le président Trump a décidé, il y a un an, de se retirer de l’accord international conclu en 2015, visant à limiter le programme nucléaire iranien en échange d’une levée des sanctions contre Téhéran, et depuis le rétablissement des sanctions économiques américaines contre l’Iran, en novembre dernier.

Un risque de guerre minimisé

Selon les médias américains, le conseiller à la sécurité nationale John Bolton fait pression en faveur d’une ligne dure contre l’Iran, mais d’autres au sein de l’administration sont opposés. Donald Trump lui-même a dit récemment qu’il avait dû « tempérer » John Bolton. Pour sa part, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a cependant minimisé samedi la possibilité d’une nouvelle guerre dans la région. A l’issue d’une visite en Chine, Zarif s’est dit « certain (…) qu’il n’y aurait pas de guerre puisque nous ne souhaitons pas de conflit et puisque personne ne se fait d’illusion quant à sa capacité à affronter l’Iran dans la région », a rapporté l’agence officielle Irna.

L’Arabie saoudite a demandé samedi la convocation de sommets du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et de la Ligue arabe, à la suite du sabotage de navires dans le Golfe et d’attaques contre des stations de pompage dans le royaume. Ces deux sommets extraordinaires auxquels Riyad invite ses partenaires se tiendraient le 30 mai prochain à La Mecque « pour discuter de ces agressions et de leurs conséquences sur la région », a indiqué l’agence de presse officielle saoudienne.

Une réunion entre alliés régionaux

Il s’agit « de se consulter et de se coordonner avec les dirigeants frères » à propos de « tous les sujets susceptibles de renforcer la sécurité et la stabilité dans la région ». Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a affirmé que son pays « ne veut pas une guerre » avec l’Iran et « va tout faire pour la prévenir », tout en assurant que Riyad est prêt « à se défendre et à défendre ses intérêts » si l’autre partie choisit d’aller vers la guerre.

Les alliés régionaux du royaume ont salué l’invitation saoudienne. Le ministère des Affaires étrangères des Emirats arabes unis a indiqué que dans les « circonstances critiques » actuelles les pays du Golfe et arabes devaient faire preuve d’unité. Dimanche, lors d’une réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis se sont inquiétés d’une hausse des stocks mondiaux de pétrole. Les pays exportateurs ont affirmé leur détermination à stabiliser le marché malgré les tensions dans le Golfe.

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux: L’incendie du parking en cours de maîtrise, d’éventuelles victimes recherchées

Publié

le

FAITS DIVERS Samedi à 20 h 30, un incendie s’est déclaré dans le parking souterrain des Salinières, dans le quartier Saint-Michel à Bordeaux. Ce dimanche en fin de matinée, le feu est en cours de maîtrise

 

de communication pour le service départemental d’incendie et de secours (SDIS).

L'accès au foyer de l'incendie a été compliqué pour les pompiers;
L’accès au foyer de l’incendie a été compliqué pour les pompiers; – E.Provenzano / 20 Minutes

Samedi soir vers 20 h 30 un incendie s’est déclaré dans le parking souterrain des Salinières, dans le quartier Saint-Michel de Bordeaux et a donné beaucoup de fil à retordre aux soldats du feu. Enfin, ce dimanche en tout début d’après-midi le SDIS annonce que le feu est en cours de maîtrise.

Les niveaux passés au peigne fin

« On recherche d’éventuelles victimes, en passant chaque niveau au peigne fin», détaille l’officier de communication. A hauteur du niveau -3, la structure du parking paraît fragilisée et un risque (non imminent) d’effondrement est pris en compte par les pompiers, il est évalué par l’architecte de la mairie de Bordeaux.

Une trentaine de pompiers est encore à l'oeuvre ce dimanche en début d'après-midi.
Une trentaine de pompiers est encore à l’oeuvre ce dimanche en début d’après-midi. – E.Provenzano / 20 Minutes

Au plus fort de l’intervention, il y avait une centaine d’hommes et 35 véhicules mobilisés pour ce feu qui serait parti du niveau -3. Jusque là, il était très difficile pour les pompiers de pénétrer à l’intérieur du parking. « Samedi soir, des hommes sont rentrés et trois d’entre eux ont été intoxiqués aux fumées et hospitalisés », précise Matthieu Jomain. Ce dimanche les trois soldats du feu sont sortis de l’hôpital. Deux immeubles voisins du parking ont été évacués samedi soir, par principe de précaution.

Les pompiers ont mobilisé beaucoup de moyens sur place.
Les pompiers ont mobilisé beaucoup de moyens sur place. – E.Provenzano / 20 Minutes

On sait qu’environ 370 véhicules étaient stationnés dans ce parking au moment de l’incendie mais on ignore encore combien ont été détruits. Une trentaine de pompiers continue son intervention sur place ce dimanche.

TBM Tram C@TBM_TramC

#TBMTram C interrompu entre Quinconces et Gare Saint-Jean. Des bus relais se mettent en place.
+ d’infos >> https://www.infotbm.com/perturbations/3465 

7

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Voir les autres Tweets de TBM Tram C

Le tram C est interrompu depuis samedi soir entre Quinconces et gare Saint-Jean. Un périmètre a été bouclé autour du parking.

Le quartier a été bouclé par les forces de l'ordre.
Le quartier a été bouclé par les forces de l’ordre. – E.Provenzano / 20 Minutes

 

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux: Ce que l’on sait de l’incendie qui aurait détruit 200 à 250 véhicules dans un parking souterrain

Publié

le

FAITS DIVERS L’incendie qui s’est déclaré samedi soir serait maîtrisé mais reste sous surveillance. Le parking est en cours d’inspection. La ligne C du tramway qui circule sur la dalle du parking va être suspendue pendant au moins une semaine

 

Vers 20 h 30 samedi, un incendie, dont on ignore encore l’origine, s’est déclaré au troisième sous-sol du parking des Salinières, situé dans le quartier Saint-Michel à Bordeaux. Après avoir faibli dans la soirée, le feu était reparti de plus belle donnant beaucoup de fil à retordre à la centaine de pompiers mobilisée au plus fort de l’incendie. La situation s’est améliorée en début d’après-midi dimanche.

Le feu est-il maîtrisé ?

« Il est maîtrisé, sous réserve que ça ne reparte pas, commente en milieu d’après-midi dimanche Jean-Louis David, adjoint au maire chargé de la vie urbaine et de la proximité. Dans ce genre de situation souterraine, les pompiers sont extrêmement vigilants ».« Depuis 15 h, le feu est éteint, avance le capitaine Matthieu Jomain, en charge de la communication. Il n’y a plus de feu ni de fumée donc le périmètre de sécurité a été réajusté ».

Y a-t-il eu des blessés ?

Trois pompiers ont été intoxiqués par les fumées à l’intérieur du parking. Ils ont été hospitalisés samedi et sont sortis ce dimanche. Une inspection de l’ensemble des cinq niveaux du parking est en cours pour rechercher d’éventuelles victimes. Deux immeubles proches du parking avaient été évacués par précaution samedi. 20 des 40 habitants concernés par l’évacuation avaient été accueillis dans une salle de sport du cours Victor-Hugo. « Ils pourront normalement réintégrer leurs appartements ce dimanche soir », annonce Jean-Louis David.

Quels sont les dégâts ?

La mairie estime que « 200 à 250 voitures pourraient avoir été détruites » selon les premières estimations, alors que 370 véhicules au total étaient stationnés dans le parking au moment de l’incendie. « Au troisième sous-sol d’où est parti le feu il y a énormément de dégâts, de gravats et une partie de la dalle du deuxième niveau s’est effondrée sur le troisième », détaille Jean-Louis David. Les températures extrêmes provoquées par l’incendie ont fragilisé certaines structures du parc de stationnement.

Quelles conséquences ?

Le tramway de la ligne C circule sur la dalle du parking qui a été endommagé par l’incendie. « Le tramway ne pourra pas circuler avant qu’on ait levé tous les doutes, il faudra compter au moins une semaine », avance Jean-Louis David. Les services d’astreinte des bâtiments de la Métropole et les bureaux de contrôle accrédités en la matière devront donner leur feu vert avant que le tramway ne soit remis en service entre les Quinconces et la gare Saint-Jean. Des bus sont déployés pour assurer cette liaison.

Une enquête a été ouverte pour cerner l’origine de l’incendie.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr