Connect with us

Entertainment

Blogger Rumi Neely: Where to Eat, Drink and Shop in LA

Lorem ipsum dosectetur adipisicing elit, sed do.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur Nulla fringilla purus at leo dignissim congue. Mauris elementum accumsan leo vel tempor. Sit amet cursus nisl aliquam. Aliquam et elit eu nunc rhoncus viverra quis at felis. Sed do.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur Nulla fringilla purus Lorem ipsum dosectetur adipisicing elit at leo dignissim congue. Mauris elementum accumsan leo vel tempor

Aliquam et elit eu nunc rhoncus viverra quis at felis et netus et malesuada fames ac turpis egestas. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes

Publié

le

Lorem ipsum dosectetur adipisicing elit, sed do.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur Nulla fringilla purus at leo dignissim congue. Mauris elementum accumsan leo vel tempor. Sit amet cursus nisl aliquam. Aliquam et elit eu nunc rhoncus viverra quis at felis. Sed do.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur Nulla fringilla purus Lorem ipsum dosectetur adipisicing elit at leo dignissim congue. Mauris elementum accumsan leo vel tempor

Elit bespoke vinyl art party Pitchfork selfies master cleanse Kickstarter retro. Drinking vinegar stumptown yr pop-up artisan sunt. Deep v cliche lomo biodiesel Neutra Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laore.et dolore magna aliquam erat volutpat.

 

The road to success and the road to failure are almost exactly the same

Mauris elementum accumsan leo vel tempor. Sit amet cursus nisl aliquam. Aliquam et elit eu nunc rhoncus viverra quis at felis. Sed do.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur Nulla fringilla purus Lorem ipsum dosectetur adipisicing elit at leo

Emotional discomfort, when accepted, rises, crests and falls in a series of waves.

Success seems to be connected with action. Successful people keep moving. They make mistakes, but they don’t quit

Aliquam et elit eu nunc rhoncus viverra quis at felis et netus et malesuada fames ac turpis egestas. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes

Lorem ipsum dosectetur adipisicing elit, sed do.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur Nulla fringilla purus at leo dignissim congue. Mauris elementum accumsan leo vel tempor. Sit amet cursus nisl aliquam. Aliquam et elit eu nunc rhoncus viverra quis at felis.

Aliquam et elit eu nunc rhoncus viverra quis at felis et netus et malesuada fames ac turpis egestas. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes

Good design is making something intelligible and memorable.
Great design is making something memorable and meaningful.

Aliquam et elit eu nunc rhoncus viverra quis at felis et netus et malesuada fames ac turpis egestas. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes. Lorem ipsum dosectetur adipisicing elit.

 

Some people dream of success while others wake up and work

Aliquam et elit eu nunc rhoncus viverra quis at felis et netus et malesuada fames ac turpis egestas. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes

ECONOMIE

Stations de ski : Une fréquentation en hausse pendant les vacances de Noël

Publié

le

LOISIRS Le bilan est particulièrement positif pour les stations des Pyrénées

 

L’année commence par une bonne nouvelle pour les stations de ski françaises. Lors des vacances de Noël, celles-ci ont enregistré une hausse de 1,7 point de leur fréquentation par rapport à l’année dernière, a indiqué vendredi l’Observatoire national des stations de montagne (ONSM). Pour cette période de fêtes, un taux d’occupation moyen de 85,6 % a été enregistré dans les stations hexagonales, a précisé l’ONSM dans un communiqué, d’après des données compilées par l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM).

Un chiffre à mettre au crédit d’une semaine du Nouvel An particulièrement satisfaisante, durant laquelle la fréquentation des hébergements des stations françaises a atteint 92,5 %, soit une augmentation de 6,2 points au regard des chiffres publiés en janvier 2019, affirme l’ONSM. Cette embellie a été spectaculaire dans les stations des Pyrénées, qui avec 86,6 % d’occupation de moyenne, ont enregistré une hausse de six points par rapport à l’année passée, pour seulement 1,5 point de croissance du côté des Alpes (85,6 % d’occupation).

Les petites stations ont la cote

Les vacances de Noël, qui s’achèvent ce week-end, ont aussi livré des chiffres encourageants dans les stations de Savoie, où selon les premières estimations de l’Observatoire Savoie Mont-Blanc, « la fréquentation touristique progresse de trois points ». À l’instar de la tendance nationale, l’observatoire ajoute que dans le département, la semaine du Nouvel An « pourrait atteindre cette année les sommets en culminant à 96 %, soit un bond de sept points dans le locatif ».

Les stations de moins de 5.000 lits sont les principales bénéficiaires de cette progression, puisqu’elles enregistrent un taux moyen de fréquentation de 90,5 %, soit 9,5 points d’augmentation. Celle-ci est moins palpable du côté de celles proposant davantage de lits : entre 1,3 et 2,4 points supplémentaires « seulement » par rapport à la saison passée. Le reste de la saison s’annonce « encourageant », estime l’ANMSM, qui évoque une hausse globale de la fréquentation de 0,5 point en janvier, où elle sera « plus marquée » dans les stations de basse altitude (+3,4 points), et de 0,3 point en février.

Continuez la lecture

Art

VIDEO. En 2020, ces stars deviendront parents

Publié

le

CARNET ROSE De Quentin Tarantino à Milla Jovovich en passant par Richard Gere, l’année 2020 sera riche en heureux événements

 

Ces derniers mois, vous avez certainement remarqué que certaines stars avaient le ventre rond. On vous propose donc de dresser un petit inventaire des naissances les plus attendues de 2020.

Commençons avec quelqu’un qu’on n’imaginait même pas devenir père, à savoir Quentin Tarantino ! Seulement un an après son mariage, le réalisateur et son épouse, Daniella Pick, attendent avec impatience leur premier enfant.

Une flopée de faire-part en perspective

Une autre grossesse qu’on suit avec beaucoup d’attention est bien sûr celle de Milla Jovovich, qui attend un nouvel enfant avec Paul W. S. Anderson. Ça a été une joie et aussi un grand soulagement d’apprendre la nouvelle quand on sait que l’actrice avait été contrainte d’avorter en urgence lors de sa précédente grossesse, il y a deux ans.

Mais ce n’est pas tout ! En 2020, les faire-part de naissance vont fuser, que ce soit dans les familles de Jenna Dewan et Steve Kazee ou encore celle de Felicity Jones. Cerise sur le gâteau, Richard Gere va être papa pour la seconde fois avec son épouse, Alejandra Silva !

Continuez la lecture

Art

Règles et art : Ces artistes qui ont représenté les menstruations

Publié

le

ART Avec Tout sur le rouge, Elise Thiébaut explore le tabou des règles au théâtre. Avant elle, quelques rares artistes s’y sont frottés

 

C’est une première du genre : depuis le 27 novembre se joue à la Manufacture des Abbesses, à Paris, une pièce de théâtre entièrement consacrée au sujet des menstruations. Du jamais vu, selon l’autrice de ce texte et spécialiste du sujet, Elise Thiébaut, qui a aussi écrit une « petite histoire des règles », Ceci est mon sang. L’occasion de revenir sur les artistes qui s’y sont intéressés, ou plutôt intéressées puisqu’il s’agit essentiellement de femmes. La liste est non-exhaustive, bien entendu…

Gina Pane, du sang et du lait

C’est dans les années 1970 qu’on trouve, selon Emilie Bouvard, directrice scientifique de la Fondation Giacometti et autrice d’un article scientifique sur la présence de règles chez les artistes, les premières traces de sang menstruel dans l’art. Aux Etats-Unis, Judy Chicago qui a co-fondé la Womanhouse, un espace d’expérimentations artistiques féministes, porte comme un étendard son Red Flag, une lithographie où l’on voit une femme retirer un tampon, tandis qu’en Europe, Valie Export filme sa miction, un mélange de sang et d’urine.

C’est à un autre genre de mélange que l’italienne Gina Pane fera référence, dans une performance intitulée « Action Autoportrait(s) : mise en condition/contraction/rejet », réalisée en janvier 1973. Dans une pièce où est exposée une semaine de son sang menstruel, on la voit d’abord s’étendre sur un lit métallique surplombant des bougies ; puis s’inciser la lèvre inférieure et le bord des ongles avec une lame de rasoir ; enfin gargariser du lait, qu’elle régurgite dans un mélange de sang et de liquide blanc… « C’est un œuvre sur l’aliénation des femmes, elle incarne une position de femme en souffrance » commente Emilie Bouvard.

ADVERTISING
inRead invented by Teads

Tracey Emin expose ses protections périodiques

On trouve assez peu d’œuvres faisant référence au sang des règles dans les années 1980, peut-être à cause de l’épidémie de VIH, mais aussi surtout, selon Emilie Bouvard, parce que dans ces années le féminisme décroît. Il faut attendre les années 1990 pour voir apparaître les traînées rouges de Kiki Smith, ou la serviette hygiénique gisant dans une chambre en désordre de Tracey Emin, une artiste britannique, dans My Bed. Une œuvre vendue près de 3 millions d’euros, et qui fait écho au drap de lit souillé du couple d’artistes Christian Boltanski et Annette Messager, exposé trois ans plus tôt au château de Rochechouart.

Marianne Rosenstiehl, les règles tout en métaphore

Ces dernières années, de nombreuses artistes ont participé à mettre le sujet des règles sur la table et dans le débat public. Celle qui entraîna dans sa suite une foule de journalistes à s’intéresser à ce sujet est sans nul doute Marianne Rosenstiehl. Fin 2014, elle expose au Petit espace des clichés tout en métaphore comme cette armée de soldats remontant la cuisse d’une femme, à l’image de l’expression utilisée en Russie pour désigner les règles (« Voilà l’armée rouge ! »). Ou ces femmes qui traversent les champs pendant leurs règles pour éradiquer chenilles, limaces ou sauterelles, comme ce fut la tradition en Anjou.

A la fin du XIX siècle, en Anjou, la tradition paysanne voulait que les femmes traversent les champs pendant leurs règles pour faire éradiquer les chenilles, limaces ou sauterelles.
A la fin du XIX siècle, en Anjou, la tradition paysanne voulait que les femmes traversent les champs pendant leurs règles pour faire éradiquer les chenilles, limaces ou sauterelles. – Marianne Rosenstiehl

D’autres artistes, explique Elise Thiébaut, ont pointé leur objectif sur le sang des femmes, comme la poétesse indienne Rupi Kaur, le franco-américain Victor D’allant (un homme, enfin !), l’américaine Nolwen Cifuentes ou encore la française Maël Baussand, avec sa série Dentelles, réalisée entre 2010 et 2015 : « On y voit émerger une forme de beauté qu’on n’attend pas forcément sur des tampons… » commente l’artiste dans l’excellent épisode de la série LSD de France Culture consacré aux « règles de l’art menstruel. »

Deborah De Robertis, du sang réel contre le consensuel

Et voilà que le portrait de la Femen Sarah Constantin, prise par l’artiste Bettina Rheims, s’est recouvert de deux longues traces de sang. L’autrice de cette attaque est connue pour réinterpréter les œuvres à sa manière : il s’agit de Deborah de Robertis, qui avait déjà par exemple écarté les jambes en 2014 et posé sexe à nu devant le tableau de Courbet, L’Origine du monde, au musée d’Orsay. Une façon de lui redonner ses couleurs révolutionnaires…

« Je me propose de rétablir le caractère politique des images que vous avez désincarnées et donc dépolitisées au profit d’images consensuelles (…) L’art ne devrait pas simplement se dire politique et se complaire dans l’esthétisme, mais éveiller les consciences », écrit Deborah De Robertis dans la description d’une vidéo adressée à sa consœur artiste. Une critique en forme de machette…

Laëticia Bourget, une forme d’Arte povera

Moins connue, la démarche de Laeticia Bourget n’en est pas moins intéressante, aussi parce que c’est l’une des rares artistes, comme Paola Daniele, à se servir du sang menstruel dans la durée, de manière répétée, sur plusieurs années. Habituée à se débrouiller, faute de moyens, avec les matériaux qui l’environnent, sans forcément les « acheter », l’artiste s’est mise à peindre avec son sang menstruel à partir de la fin des années 1990. A la manière de l’ Arte povera, qui utilise des « produits pauvres ». Une façon aussi, dit-elle à 20 Minutes, de transformer ce moment douloureux en « opportunité d’explorer » : « C’est une stratégie de vie, nous ne sommes pas obligés de voir négativement nos expériences… »

Le «journal menstruel»
Le «journal menstruel» – Laëtitia Bourget

Sur des mouchoirs s’étalent des formes géométriques, plus tard des portraits et des peintures vibratoires, aux motifs organiques. Et de commenter : « Le sang c’est une matière magique, dont on ne se lasse jamais de découvrir les variations »

Mais attention à ne pas être leurré par l’effet d’accumulation de cet article : les démarches de ces artistes sont très différentes, prévient Emilie Bouvard. Et les initiatives sont rares, et parfois entravées : l’artiste Joana Vasconcelos s’est par exemple vue refuser les portes du château de Versailles en 2012, pour son œuvre La fiancée. Constituée de 25.000 tampons, elle fut jugée trop « sexuelle » par l’établissement. Même si le tabou « se craquelle », il reste compliqué d’aborder les menstruations, estime Elise Thiébaut : « Avec le sang de la guerre, des films d’horreur, on n’a pas de problème. Mais une goutte de sang menstruel dans une pub et le monde est terrorisé… »

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr