Connect with us

securite

Attentat à Strasbourg : Un an après, où en est-on dans l’enquête ?

Publié

le

TERRORISME Des gardes à vues ont encore eu lieu début décembre, alors que cinq personnes sont toujours mises en examen

 

La porte de l’immeuble a depuis été changée mais des traces de balles sont encore visibles au mur. C’est là, rue du Lazaret, que s’était achevée la traque de Cherif Chekatt le 13 décembre 2018. Deux jours plus tôt, il avait semé la terreur au centre-ville de Strasbourg, tuant 5 personnes et en blessant 27 autres.

La mort du terroriste n’a pas mis fin à l’enquête sur l’attentat. Une information judiciaire a été ouverte. L’objectif ? Découvrir comment le tueur a pu se procurer des armes, en particulier ce revolver du XIXe siècle utilisé le jour du drame. L’enquête a été confié à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a été co-saisie.

Cinq personnes mises en examen

Un an après, les investigations se poursuivent. Dernier exemple en date, les gardes à vue de deux hommes, le 2 décembre dernier. Ils avaient été remis en liberté après 48 heures d’interrogatoire, sans faire l’objet de poursuite. Ce n’est pas le cas de cinq autres personnes, âgées de 19 à 79 ans, mises en examen pour association de malfaiteur terroriste et infraction à la législation sur les armes. Toutes ont été placées en détention provisoire. Il s’agit d’Audrey M., Christian H. ainsi que d’Albert, Frédéric et Stéphane B..

Que reproche-t-on à ce dernier ? « Une non-dénonciation d’infraction », selon son avocat , Me Bergmann, qui s’explique. « En clair, il y a eu, dans la cour de sa maison, une rencontre le 5 décembre entre trois hommes, dont Audrey M. et Cherif Chekatt. Mon client était chez lui et ne savait pas ce qu’il se passait. Il n’avait eu aucun contact avec eux, précise le conseil. Et le 12 décembre, un de ses enfants a reconnu Chekatt à la télé et l’a signalé à son père. Stéphane est tombé de l’armoire et a appelé Audrey M. pour lui demander ce que c’était ce bordel. » Sans prévenir les forces de l’ordre dans la foulée…

Pourquoi un tel silence ? « Je lui ai posé la question, reprend Me Bergmann. Il m’a dit que s’il avait donné cette information aux policiers, il aurait été mis en détention à la veille de Noël. » L’incarcération est arrivée le 2 février, après une garde à vue le 29 janvier. Soit aux mêmes dates que pour son frère Frédéric et leur grand-oncle, Albert, soupçonnés eux d’avoir procuré des armes au terroriste.

Un rappeur comme intermédiaire ?

Les plus lourdes charges reposent aujourd’hui sur Audrey M.. Ce rappeur strasbourgeois, bien connu dans le quartier d’Hautepierre, avait été interpellé dès le 17 décembre 2018. Il lui serait reproché d’avoir servi d’intermédiaire à Cheriff Chekatt dans sa quête d’armes. Il avait même hébergé le tueur chez lui, à Lingolsheim, quelques jours avant l’attentat…

Enfin, la mise en examen de Christian H. est liée à la perquisition qui avait eu lieu le 11 décembre au matin chez Cherif Chekatt, à Strasbourg-Koenigshoffen. Une grenade défensive, un revolver de calibre 22 long rifle chargé, des munitions et quatre couteaux avaient été découverts. Christian H., arrêté mi-mai, est lui aussi soupçonné d’avoir eu un rôle dans la fourniture de ces armes. L’enquête, loin d’être finie, pourrait permettre de le déterminer.

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Monde

Etats-Unis : Le capitaine d’un centre de détention pour immigrés clandestins lié à un site néonazi

Publié

le

MALAISE Travis Trey fréquentait le site néonazi Iron March et comptait développer le suprémacisme blanc dans sa région

 

C’est un épisode inquiétant pour la gestion des prisons de l’administration américaine. Travis Frey, 31 ans, était capitaine pénitencier depuis au moins 2018 dans un centre de détention pour migrants clandestins au Nevada. Jusqu’à ce qu’il se fasse démasquer comme membre actif d’un site néonazi. L’un de ses projets était de développer un parti de suprémacistes blancs en Indiana, révèle Vice News.

« Tout le monde s’en fout du racisme »

Sa double identité a pu être exposée grâce à la fuite d’archives d’un ancien site néonazi, Iron March, permettant de dévoiler les informations personnelles de 1.200 membres ainsi que les rouages de l’alt right qui tente de construire un mouvement suprémaciste blanc international. Le site est fermé depuis 2017.

Après son inscription en mars 2013, il est connu sous le pseudonyme « In Hoc Signo Vinces », une locution latine signifiant « Par ce signe, tu vaincras ». Et qui est aussi le nom du manifeste du parti nazi américain. Dans une publication datant de 2016, Travis minimisait la gravité des accusations de racisme à l’encontre du parti. « Au fond, tout le monde s’en fout du racisme » écrit-il dans une autre publication.

Pas encore de sanctions

Plus révélateur, une publication mettait en lumière son désir de passer à l’action violente : « Ces sombres merdes dans les arcanes du pouvoir et ces rats doivent être purgés de leur nid ».

C’est un an plus tard qu’il franchit le pas et propose son aide au Traditionalist Worker Party. Un parti politique néonazi, notable dans l’univers de l’alt right et qui s’est fait connaître lors de la violente manifestation de Charlottesville en 2017, regroupant les suprémacistes blancs de tout le pays. Suite à des affaires de coucheries impliquant la femme du porte-parole, le parti implose en 2019.

Travis Trey est aujourd’hui toujours employé dans le centre de détention mais a été placé en congé administratif par la direction qui mène une enquête, ce qui n’est pas une sanction et lui permettra de continuer à être payé. « Nous reconnaissons la dignité fondamentale de chaque être humain et le besoin de les traiter avec respect » a déclaré à Vice une représentante de CoreCivic, la firme qui dirige le centre de détention et emploie Travis Trey.

Un cas parmi d’autres

Deux sénatrices du Nevada demandent aujourd’hui au Département de la Sécurité Intérieure de mener une enquête sur les méthodes de recrutement de CoreCivic, qui gère chaque des milliards de dollars liés au  le business florissant des prisons.

« Il est impératif que tous les prestataires de services en contrat avec le gouvernement fédéral pour diriger un établissement pénitentiaire mettent en place les plus hauts standards de recrutement et de management » déclarent les deux sénatrices.

Véritable plaie des institutions, les cas d’officiers en liens avec l’alt right ne sont pas rares. Fin décembre, 30 surveillants de prisons en formation ont été licenciés en Virginie pour avoir fait un salut nazi. Sur le même site néonazi Iron March, il a été démontré que trois militaires américains y étaient influents. L’un d’entre eux utilisait le site à des fins de recrutement pour monter un groupe paramilitaire fasciste…

Continuez la lecture

justice

Lille : La justice reconnaît une responsabilité de l’Etat dans la mauvaise qualité de l’air dans la métropole

Publié

le

POLLUTION Le tribunal administratif de Lille considère que « l’insuffisante amélioration de la qualité de l’air dans l’agglomération lilloise caractérise une faute de l’Etat »

 

L’Etat en partie responsable de la pollution dans la métropole de Lille. Cette fois, c’est un jugement du tribunal administratif de Lille qui le dit dans une décision concernant une requête déposée en 2017 par l’ancienne élue écologiste du Nord, Sandrine Rousseau.

Cette dernière avait engagé cette procédure judiciaire pour faire reconnaître que sa sinusite chronique était due à la pollution de l’air. Et que l’Etat ne faisait rien pour lutter contre cette pollution.

Insuffisante amélioration de la qualité de l’air

Le TA a rejeté la requête et les demandes d’indemnisation contre la maladie de Sandrine Rousseau, estimant que le lien entre pollution et maladie ne pouvait être prouvé. Mais il a néanmoins retenu la responsabilité de l’Etat. « Pour n’avoir pas pris, pour la métropole de Lille, un plan de protection de l’atmosphère susceptible de réduire les dépassements des valeurs limites de particules fines et de dioxyde d’azote », précise l’écologiste.

Dans sa décision, le TA écrit : « Il résulte […] que l’insuffisante amélioration de la qualité de l’air dans l’agglomération lilloise caractérise une faute de l’Etat dans l’exécution [de ses] obligations. » Un nouveau pavé dans la mare de l’Etat, dejà condamné pour son manque d’action dans la lutte contre la pollution de l’air.

Protection de la santé des citoyens

Car, aussi étonnant que cela puisse paraître, la métropole lilloise ne fait pas partie des 14 agglomérations visées par la Cour de justice de l’Union européenne. En octobre 2019, cette instance juridique avait condamné la France pour violations de ses obligations communautaires en matière de lutte contre la pollution de l’air.

« La plus grosse problématique lilloise concerne les particules très fines PM 2,5 pour lesquelles il n’existe pas de réglementation », souligne Sandrine Rousseau qui « espère que cette décision de justice permettra de passer un cap dans la lutte contre la pollution de l’air, notamment dans la métropole de Lille, et dans la protection de la santé des citoyens ».

Continuez la lecture

Bordeaux

Bordeaux : Le parking incendié des Salinières doit rouvrir au mois de mai

Publié

le

STATIONNEMENT Le parking des Salinières sur les quais bordelais devrait ouvrir de nouveau ses portes en mai prochain, soit un an après le violent incendie qui a détruit plusieurs centaines de véhicules

 

La réouverture du parking des Salinières, oùun feu s’est déclaré au mois de mai 2019​, a été annoncée pour le mois de mai 2020 par Christophe Duprat, chargé des transports à la métropole, lors des vœux conjoints du président de la métropole et du maire de Bordeaux, vendredi.

Si ce délai est respecté, le parc de stationnement sera resté fermé une année entière après le violent incendie qui l’a ravagé. Plusieurs centaines de véhicules ont été détruites dans cet incendie et l’enquête a donné lieu à quatre arrestations. Un collectif réunissant 50 des 300 sinistrés s’est aussi constitué partie civile.

Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr