Connect with us

media

Affaires Rugy: Le ministre, qui a rencontré le déontologue de l’Assemblée, espère que tout sera terminé fin juillet

Publié

le

HOMARGATE Dans une interview au JDD, le ministre de la Transition écologique et solidaire a dit avoir rencontré la déontologue de l’Assemblée nationale pour justifier ses dépenses

 

François de Rugy, le ministre de la Transition écologique et solidaire, est dans l’œil du cyclone et espèce que c’est bientôt terminé. Dans une interview donnée au Journal du dimanche, l’ancien député écologiste affirme avoir vu la déontologue de l’Assemblée nationale pour justifier de ses dépenses lors de son passage à la tête de la Chambre basse.

Le ministre se retrouve au cœur de plusieurs polémiques depuis le début de la semaine au sujet de dépenses jugées somptuaires alors qu’il était président de l’Assemblée nationale, puis au ministère, depuis l’automne dernier. Les révélations, de Mediapart et d’autres médias, se sont succédé cette semaine. François de Rugy a réussi à sauver son poste au gouvernement en promettant de justifier chaque euro dépensé et en s’engageant à rembourser en cas de problème.

« Édouard Philippe souhaitait qu’il puisse y avoir une forme de process, un regard extérieur… », a expliqué François de Rugy dans les colonnes du Journal du Dimanche, expliquant son entretien avec le déontologue de l’Assemblée. Le ministre espère donc que ces démarches seront terminées avant la fin du mois. « Personne n’a envie de laisser traîner ça. »

Continuez la lecture
Ajoutez un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bordeaux

Municipales 2020 à Bordeaux : Promesses de 2014, on fait le bilan du tandem Alain Juppé-Nicolas Florian

Publié

le

POLITIQUE   dresse le bilan des promesses de 2014 les plus emblématiques d’Alain Juppé, et de Nicolas Florian qui lui a succédé en cours de mandat

 

Le bilan, c’est celui d’Alain Juppé et de Nicolas Florian, martèle-t-on dans les rangs du nouveau maire élu depuis un an. Quand bien même ce dernier n’est entré fonction qu’en mars 2019, il tient à assumer les six années passées, d’autant qu’auparavant il était l’adjoint aux finances d’Alain Juppé. 20Minutes dresse un état des lieux de ce qui a été réalisé, ou pas, depuis les promesses de 2014…

L’aménagement des boulevards : un projet qui émerge tout juste des cartons

Alain Juppé avait été très clair au moment de l’annonce de son programme : il souhaitait s’attaquer aux boulevards, et pas de manière anecdotique. « Il va falloir lancer un grand projet, et je ne me contenterai pas d’une simple diminution du nombre de files de circulation, promettait-il en janvier 2014. Il faudra prévoir des circulations pour les vélos, s’attaquer aux trottoirs, installer des parkings relais… Cela va nous occuper toute la mandature ! », promettait-il alors.

Résultat ? Bordeaux Métropole a tout juste lancé une concertation publique le 1er octobre dernier, avec une réunion publique dans la foulée… On est donc bien loin des promesses de campagne. L’avantage, c’est que Nicolas Florian, candidat à sa succession, va ainsi pouvoir reprendre ce sujet à son compte, pour en faire sans doute un des principaux éléments de son programme… Mais, clairement, l’objectif n’a pas été atteint.

Atteindre la part de 20 % de logements sociaux : du progrès, mais

Concernant les logements sociaux, Alain Juppé estimait début 2014 que Bordeaux « pourra atteindre 20 % de logements sociaux en 2020, et 25 % en 2025, grâce à la construction de 35 % de logements sociaux par an, et de 20 % de logements en accession sociale à la propriété, sur 3.000 réalisations annuelles. »

Résultat ? C’est mieux, il faut le reconnaître. Sur les 13.000 nouveaux logements construits sous la mandature (grâce notamment aux nouveaux quartiers Ginko, Bassins à flot et Euratlantique), on recense 5.500 logements sociaux, dont 35 % de logements très sociaux. Mais Bordeaux dépasse à peine les 18 % de logements sociaux à ce jour, contre 16,6 % en 2014. Elle n’a donc pas atteint le quota de 20 % promis. De surcroît le déséquilibre reste fort entre les quartiers et parallèlement les prix dans le privé se sont envolés ces cinq dernières années. Enfin, à ce rythme, il paraît difficile de pouvoir arriver aux 25 % en 2025… L’objectif n’a donc pas été atteint.

La réforme du stationnement payant en ville : un projet délicat qui n’a pu être mené à son terme

Alain Juppé avait aussi l’ambition de s’attaquer à cette problématique, ô combien sensible. Outre un objectif de constructions de parkings qui a permis de passer de 5.000 places en parking relais à 8.800, il souhaitait surtout réformer la politique du stationnement payant.

Résultat ? Alors qu’il voulait généraliser le stationnement payant, même au-delà des boulevards, il a dû reculer face à la gronde de certains habitants des quartiers Caudéran et Saint-Augustin. Début 2019, il annonçait que l’extension du stationnement payant se ferait finalement au cas par cas, après concertation avec les habitants des secteurs concernés. En attendant, des situations anarchiques se sont créées, comme dans le quartier du Grand-Parc, où la mairie devrait mettre en place un stationnement payant d’ici à quelques mois.

Parallèlement, plusieurs nouveaux abonnements et tarifs spécifiques, notamment à destination des associations, ont été créés. L’objectif global a donc été partiellement atteint.

Rendre la ville économiquement attractive : la vitalité retrouvée de Bordeaux

Anticipant la mise en place de la LGV, entrée en service en 2017, Alain Juppé avait compris dès 2014 que l’attractivité grandissante de Bordeaux, devait s’accompagner d’installations de nouvelles entreprises.  L’arrivée de Virginie Calmels comme première adjointe, et la création d’un conseil des entrepreneurs, devaient participer à la réussite de ce programme.

Résultat ? Selon des chiffres de l’Urssaf, il a été créé 13.000 emplois nets à Bordeaux entre 2014 et 2019, avec une pointe à 4.000 emplois créés en 2017.Des retombées qui ont concerné toute la métropole , avec notamment 9.100 emplois nets créés en 2016, puis 11.000 en 2017, alors qu’il s’en créait 1.200 en 2014. Et avec, au passage, quelques jolis coups réalisés, comme les arrivées d’Ubisoft et de Betclic. Clairement, l’objectif dans ce domaine a été atteint.

Développer la culture : une offre qui s’est diversifiée

C’était un enjeu « clivant » de la campagne de 2014, a récemment rappelé l’adjoint à la culture Fabien Robert, faisant référence aux traditionnelles critiques de l’opposition sur la supposée « pauvreté » de l’offre culturelle à Bordeaux à l’époque.

Résultat ? Sans même parler des nouveaux grands équipements tels la Cité du vin (financé à 38 % par la ville) ou le Musée Mer Marine (un projet privé), il y a eu la réouverture du muséum d’histoire naturelle, en mars 2019. La salle des fêtes du Grand Parc a aussi été rénovée et rouverte au public. Parallèlement, les bibliothèques ont été rendues gratuites et ouvertes le dimanche, tandis qu’un deuxième dimanche gratuit sera bientôt proposé pour les musées municipaux. L’objectif a donc été atteint.

Continuez la lecture

ECONOMIE

Claude Perdriel rachète la part de Renault dans le groupe « Challenges »

Publié

le

MEDIAS Renault s’était engagé en 2017 dans le groupe « Challenges »

 

’homme d’affaires Claude Perdriel a racheté la part de Renault dans le groupe du magazine Challenges, qu’il dirige, ont indiqué lundi les directions des deux groupes, confirmant une information des Echos.

Renault avait annoncé fin 2017 un engagement inédit dans le groupe de presse, à hauteur de 40 %, pour une douzaine de millions d’euros. Il voulait y tester la création de contenus adaptés aux utilisateurs de voitures connectées, tels des podcasts, dans le cadre d’un projet appelé « Augmented editorial experience » (AEX).

6 millions d’euros

Claude Perdriel a racheté en décembre 2019 la part du constructeur automobile pour 6 millions d’euros, a confirmé la direction du groupe de presse. Outre l’hebdomadaire économique Challenges, le groupe publie le magazine Sciences et Avenir et les revues L’HistoireHistoria et La recherche.

Claude Perdriel avait déjà recapitalisé son groupe en août 2019 sans l’aide de Renault, faisant ainsi diminuer légèrement la participation du constructeur automobile dans l’éditeur de magazines.

« Challenges » reste fragile

Un porte-parole de Renault a confirmé la vente lundi soir, assurant cependant que le projet AEX ne « s’arrêtait pas pour autant » et que le groupe a souhaité « lui donner une dimension plus internationale ». « En avançant dans le projet, on se rend compte qu’on peut clairement avancer autrement avec des collaborations plus classiques, sans forcément investir de manière capitalistique ».

Du côté de Challenges, la situation financière du groupe reste fragile, même si les pertes ont été réduites de 4 millions d’euros il y a deux ans à 2,6 millions aujourd’hui, pour un chiffre d’affaires d’une cinquantaine de millions. Dans un marché des magazines en crise, la diffusion de l’hebdomadaire économique était en légère baisse en 2019, autour de 190.000 exemplaires.

Continuez la lecture

Buzz

Bordeaux candidate pour accueillir une maison du dessin de presse souhaitée par le ministère de la Culture

Publié

le

LIBERTE D’EXPRESSION La ville de Bordeaux se porte candidate pour accueillir une maison du dessin de presse et satirique, voulue par le ministère de la Culture, cinq ans après l’attentat qui a visé la rédaction du journal satirique « Charlie Hebdo »

 Bordeaux, l’Hôtel Ragueneau, un bâtiment du 17 e siècle qui abritait les archives municipales, pourrait accueillir une maison du dessin de presse. — E.Provenzano / 20 Minutes

Mardi 7 janvier, le ministre de la Culture Franck Riester a annoncé la création d’une maison du dessin et de la caricature de presse, cinq ans après l’attentat qui a frappé la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo. Ce projet avait été pensé et voulu par Georges Wolinski

Ministère de la Culture

@MinistereCC

[CP] @franckriester ministre de la Culture, annonce la création d’une maison du dessin de presse et du dessin satirique. http://bit.ly/2FstCBt 

Franck Riester, ministre de la Culture, annonce la création d’une maison du dessin de presse et du…

Franck Riester, ministre de la Culture, annonce la création d’une maison du dessin de presse et du dessin satirique. Ce projet, pensé et voulu par Monsieur Georges Wolinski, a pour objectif de…

culture.gouv.fr

103

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
72 personnes parlent à ce sujet

Lors de ses vœux à la presse, Nicolas Florian, maire de Bordeaux, a annoncé la candidature de la ville à l’accueil de cette maison du dessin et de la caricature de presse, pointant que de grands noms du genre, comme Michel Iturria, Jean-Jacques Sempé, Rodolphe Urbs et d’autres sont originaires de la région.

Emoi dans la commune de Saint-Just-le-Martel

Fabien Robert, adjoint au maire en charge de la culture, a précisé dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux que le bâtiment de l’hôtel de Ragueneau, qui accueillait autrefois les archives municipales en plein cœur de la ville, pourrait abriter cette future maison du dessin de presse. « C’est une forme d’art formidable et aussi un engagement pour la liberté d’expression parfois menacée des journalistes et dessinateurs », a-t-il commenté.

Fabien ROBERT@fabienrobert

#Bordeaux candidate pour accueillir la Maison du dessin de presse voulue par @franckriester

Un art à défendre et un engagement pour la liberté d’expression !

Vidéo intégrée

60

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
41 personnes parlent à ce sujet

Reste que la commune de Saint-Just-le-Martel, en Haute-Vienne, s’est émue de cet appel à candidature du ministère et de la réponse de Bordeaux arguant qu’elle abrite le centre international de la caricature du dessin de presse et de l’humour depuis 2011…

⭐️⭐️Thomas Jouhannaud📸@TomJouhannaud

Comment vous dire Mr le ministre @franckriester juste pour vous éviter de perdre votre temps précieux, ce lieu existe déjà et il est un peu offensant que vous ne le sachiez point. Il se trouve à Saint Just le Martel en Haute-Vienne et c’est juste La Mecque du dessin de presse! https://twitter.com/franckriester/status/1214932473542561794 

Franck Riester

@franckriester

🗞 Nous avons besoin d’un lieu de rencontre, de formation et d’exposition dédié au dessin de presse et au dessin satirique. Un lieu d’expression, libre, où on explique, où on montre.https://www.lefigaro.fr/culture/charlie-hebdo-la-france-sera-dotee-d-une-maison-du-dessin-de-presse-et-satirique-20200108 

46

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
33 personnes parlent à ce sujet
Continuez la lecture

Trending

Copyright © 2019 www.bordeaux24.fr